1 Allemand sur 6 saute des repas pour économiser de l’argent (sondage)

0
96

Un autre 13% craignent de devoir endurer la faim occasionnelle à mesure que le coût de la nourriture augmente, selon l’enquête

Près d’un Allemand sur six a été contraint de sauter régulièrement des repas pour joindre les deux bouts, selon un sondage réalisé en début de semaine par l’Institute for New Social Answers et publié vendredi par le journal Bild. Un autre 13% disent craindre une telle situation si la hausse des prix alimentaires se poursuit.

Sans surprise, les plus durement touchés parmi les répondants au sondage étaient les ménages à faible revenu – ceux dont le revenu mensuel est inférieur à 1 000 € (1 052 $) – dont 32 % ont été régulièrement contraints de sauter des repas pour des raisons financières.

Lire la suite

Les Allemands avertis d’un “automne difficile” et d’un “hiver rigoureux”

Une proportion beaucoup plus importante de répondants au sondage (42 %) ont déclaré avoir été obligés de cuisiner avec moins de parcimonie en raison de difficultés financières, soit en omettant certains ingrédients des repas, soit en renonçant au dessert. Presque autant (41 %) ont déclaré dépendre des offres spéciales et des remises des supermarchés afin d’en avoir le plus possible pour leur argent.

Le président de l’Association allemande pour les affaires sociales, Adolf Bauer, qui avait mis en garde Berlin contre l’adhésion à l’embargo énergétique proposé à l’échelle de l’UE contre la Russie, a déclaré à Bild qu’il était “très inquiet» par les résultats de l’enquête. Il avait précédemment prévu que les efforts pour punir économiquement Moscou entraîneraient des flambées des prix de l’énergie, de la nourriture et du logement et prédit que ces efforts causeraient plus de souffrances aux Allemands ordinaires qu’en Russie.

Verena Bentele, présidente de l’Association sociale d’Allemagne, un groupe de défense basé à Berlin, a déclaré que les résultats du sondage faisaient écho aux préoccupations de son organisation. “Les membres nous disent qu’ils ne peuvent s’offrir que des pâtes et des toasts“, a-t-elle déclaré au point de vente. Elle a plaidé auprès du gouvernement pour qu’il supprime la taxe sur la valeur ajoutée sur les aliments frais et accorde davantage d’aide financière aux personnes dans le besoin.

Le prix de la nourriture et du carburant en Allemagne a monté en flèche ces derniers mois en raison des sanctions occidentales sur le charbon, le pétrole et le gaz russes. Cela survient alors que l’inflation a continué d’augmenter à la suite de la réponse économiquement dévastatrice du gouvernement à la pandémie de Covid-19. Pire encore, grâce aux sanctions de l’UE sur les engrais russes et biélorusses, le pays devrait manquer jusqu’à 3 millions de tonnes métriques de récolte au cours de l’année à venir.

Le reste de l’Europe souffre dans des conditions similaires, l’UE s’approvisionnant l’année dernière en 4,6 millions de tonnes métriques sur les 13 millions qu’elle a utilisées l’année dernière auprès des deux pays sanctionnés. Un sondage publié le mois dernier a révélé qu’un bon quart des personnes au Royaume-Uni sautent également des repas en raison de l’aggravation de l’inflation et de la menace de pénurie alimentaire.

Les gouvernements du monde entier ont fait de sombres prédictions de famine alors que les perturbations causées par les fermetures de Covid-19, l’inflation, les sanctions et les blocus navals ont empêché la Russie et l’Ukraine, deux des plus grands producteurs de blé au monde, de récolter et de vendre leurs récoltes de la manière habituelle. Alors que l’Ukraine a insisté sur le fait que l’échec de la distribution des céréales stockées dans ses ports de la mer Noire est le fait de la Russie, Moscou a répliqué que «militants” de Kiev “bataillons nationalistes» a délibérément mis le feu à 50 000 tonnes de céréales à Marioupol afin de rendre la Russie responsable de la crise alimentaire mondiale qui a suivi.

LIRE LA SUITE: Céréales brûlées par les nationalistes ukrainiens – Moscou

La Russie a attaqué l’État voisin fin février, à la suite de l’échec de l’Ukraine à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et de la reconnaissance éventuelle par Moscou des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Les protocoles négociés par l’Allemagne et la France ont été conçus pour donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles il prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire