A l’aube du capitalisme, Charles Fourier imagine une utopie socialiste-féministe

0
114

Il y a deux siècles et demi la semaine dernière, Charles Fourier est né à Besançon, en France, fils d’un petit homme d’affaires prospère. Il devient vendeur chez un marchand de draps à Lyon, ainsi qu’un écrivain plein d’esprit et imaginatif. Et en tant que penseur socialiste et féministe, il était très en avance sur son temps.

En effet, Fourier est parfois crédité d’avoir inventé le terme « féminisme ». Non seulement un ardent défenseur de l’égalité des femmes, il a également été l’un des premiers à comprendre que l’ordre patriarcal ne pouvait être entièrement détruit sans le socialisme. Fourier était également très en avance sur son temps pour comprendre comment la politique de genre était étroitement liée à toutes les réactions et tous les progrès sociaux. En 1808, il écrit :

En tant que proposition générale : le progrès social et les changements d’époque se produisent en vertu du progrès des femmes vers la liberté, et la régression sociale se produit à la suite d’une diminution de la liberté des femmes. D’autres événements influencent ces changements politiques ; mais il n’y a pas de cause qui produise le progrès ou le déclin social aussi rapidement qu’un changement dans la condition des femmes.

Après sa mort, Friedrich Engels lui a attribué l’idée d’aliénation, selon laquelle sous le capitalisme nous manquons d’un lien personnel avec notre travail parce qu’il profite à quelqu’un d’autre. Les idées de Fourier ont inspiré Marx et Engels à développer davantage l’idée de « travail aliéné ». Il imaginait de petites sociétés communautaires dans lesquelles le travail serait agréable (« travail attractif »), voire libidinal, en partie à cause de l’amour des participants pour le collectif, mais aussi parce que lorsque cela était possible, les gens pourraient être affectés à un travail qui leur plaisait. La plupart des gens n’aiment pas, par exemple, les ordures malodorantes et se salir, mais les petits garçons oui ; pourquoi ne pas, alors, raisonna-t-il, donner aux jeunes garçons les emplois sales et puants ?

Fourier a de nombreuses idées imaginatives et étrangement pratiques dans ce sens. Il imaginait que dans sa communauté utopique, personne n’aurait besoin de se passer de sexe : les personnes récemment rejetées ou autrement sexuellement privées pourraient être visitées par une “armée d’amoureux” (et oui, cela deviendrait le nom d’un acte pop des années 1980). L’attrait de l’idée grandit quand on considère les crimes violents et les terribles politiques de droite parfois perpétrés par les incels dans notre monde contemporain, bien qu’il ne soit pas difficile de deviner pourquoi l’idée n’a jamais décollé dans aucune communauté humaine réelle. Cependant, certaines des idées de Fourier sont courantes aujourd’hui : il était bien en avance sur son temps en plaidant pour l’acceptation de l’homosexualité, par exemple.

La société socialiste qu’il envisageait était en partie agraire et basée sur de petites sociétés coopératives d’environ quatre-vingts à cent personnes, dans lesquelles toutes les tâches et l’éducation des enfants seraient partagées. Blanca Missé, professeur au département de français de l’État de San Francisco, a fait valoir dans un article de 2020 que Fourier pouvait être lu comme un ancêtre de la théorie de la reproduction sociale, une souche de la pensée féministe socialiste qui a connu un renouveau ces dernières années. La libération sexuelle était également au cœur de sa vision : contrairement aux mœurs en vigueur à son époque, les femmes et les hommes de plus de dix-huit ans seraient libres de choisir leurs partenaires sexuels, et il n’y aurait aucun besoin économique ou pression morale obligeant quiconque à faire partie de une famille nucléaire ou un mariage.

Le socialisme de Fourier est un socialisme centré sur le plaisir, dans lequel les humains peuvent profiter du travail, du sexe, de l’amitié, de la nourriture et de bien d’autres délices. De manière significative, aussi, étant donné qu’il est devenu majeur pendant la Révolution française, Fourier a compris l’idéal de liberté, et, immédiatement, quelle notion creuse c’était pour la plupart des gens sous le capitalisme. Au lendemain de la Révolution – au cours de laquelle il a combattu et purgé une peine de prison – il a été désabusé, écrivant,

La philosophie avait raison de vanter la liberté ; c’est le premier désir des créatures de toutes les sociétés. Mais la philosophie a oublié que dans les sociétés civilisées la liberté est illusoire si le commun des mortels manque de richesses. Quand les classes salariées sont pauvres, leur indépendance est aussi fragile qu’une maison sans fondations. L’homme libre qui manque de richesse retombe aussitôt sous le joug des riches. L’esclave nouvellement affranchi s’effraie de la nécessité de subvenir à ses propres besoins et s’empresse de se revendre en esclavage pour échapper à cette nouvelle angoisse qui plane sur lui comme l’épée de Damoclès.

Avec la liberté, il a trouvé les deux autres mots à la mode de la Révolution française, égalité et fraternité, tout aussi ridicules tant que les gens souffraient de la précarité économique et étaient contraints de subir la faim ou l’esclavage salarié. Si Fourier n’envisageait pas une société complètement sans classes, il imaginait un « splendide minimum » de niveau de vie que tout le monde partagerait.

Marx et Engels ne souffraient d’aucune aversion vulgaire pour les idées de Fourier, même les plus farfelues. Ils n’ont pas non plus manqué de le prendre au sérieux, comme l’ont fait certains marxistes autoproclamés. Leur principale critique de ce qu’ils appelaient le « socialisme utopique » n’était pas le sexe ou la fantaisie ; à leur avis, Fourier et d’autres penseurs comme lui – Henri de Saint-Simon, par exemple – n’avaient aucune idée de la façon dont leur société imaginée pourrait se produire, et ils manquaient d’une analyse de classe. Marx et Engels ont compris que les capitalistes voudraient conserver leurs richesses et leurs biens, et se battraient donc pour préserver le capitalisme et auraient l’État de leur côté. Il faudrait donc une révolution menée par les perdants matériels du capitalisme pour parvenir au socialisme. Ils avaient une théorie de la lutte politique qui donnerait naissance au socialisme, imaginant que l’agent de ce changement serait le prolétariat – la classe ouvrière – tandis que Fourier et d’autres socialistes utopiques semblaient imaginer que tout le monde verrait les avantages de vivre sous des conditions plus joyeuses. et des arrangements rationnels.

Les communautés socialistes utopiques inspirées par des penseurs comme Fourier – satirisées dans le roman de 1852 prudemment lubrique de Nathaniel Hawthorne, La romance de Blithedale – espérait que leur exemple montrerait aux autres que le socialisme fonctionnait, et qu’en raison de cette prise de conscience généralisée, il serait ensuite largement adopté. La voie vers le « socialisme utopique » est volontariste. Il y a quelque chose d’étrangement charmant dans le fait qu’ils étaient tellement convaincus de l’attrait d’une réorganisation de la société selon leurs lignes de prédilection qu’il ne semblait pas leur venir à l’esprit que l’État ou la classe dirigeante pourraient résister.

Certains écrits de Fourier ne tiennent pas du tout. Ses attitudes à l’égard des cultures non européennes étaient racistes et il était également antisémite. De nombreux écrivains européens du XIXe siècle ont souffert de ces préjugés, mais dans son cas, non seulement ils semblent en contradiction avec bon nombre de ses idées étonnamment modernes, mais ils reflètent aussi probablement le type de confusion analytique sur le capitalisme pour laquelle Marx et Engels l’ont pris à partie. . L’idée que les Juifs sont plus responsables que les autres groupes de la finance et du commerce, et sont plus sensibles à la cupidité capitaliste, est fanatique – mais ce n’est pas du tout la façon dont fonctionne le capitalisme. Le capitalisme est un phénomène matériel et non culturel. Le capitalisme est un système, pas un échec moral de la part de personnes ou de groupes spécifiques.

Les problèmes avec la pensée de Fourier sont toujours importants. Mais ses idées sur la libération des femmes et la liberté humaine, et sa vision d’un socialisme en quête de plaisir, peuvent être encore plus durables.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire