Biden d’Arabie – CounterPunch.org

0
100

Le 1er juin, la représentante Pramila Jayapal (D-WA7) et Peter DeFazio (D-OR4), ainsi que quarante autres membres de la Chambre, ont présenté HJ Res. 87 : une nouvelle résolution des puissances de guerre (« WPR ») pour le Yémen. Le sénateur Bernie Sanders (I-VT) a déclaré qu’il introduirait un compagnon WPR au Sénat.

Depuis 2015, les États-Unis ont aidé et encouragé la coalition dirigée par l’Arabie saoudite (« SLC ») en guerre au Yémen avec le partage de renseignements, la logistique, le repérage de cibles, la vente d’armes, des pièces de rechange pour les avions de guerre de la coalition et (jusqu’en novembre 2018) ravitaillement en vol des avions de combat de la coalition. Ni Obama, ni Trump, ni Biden n’ont demandé l’approbation du Congrès pour le rôle des États-Unis dans la guerre. Jayapal et DeFazio ont écrit dans La nation en février que l’implication des États-Unis au Yémen est en “violation manifeste de l’article I de la Constitution et de la résolution sur les pouvoirs de guerre de 1973, qui accorde au Congrès le pouvoir de déclarer la guerre et d’autoriser l’implication militaire des États-Unis”.

Il s’agit de la troisième tentative de promulgation d’une résolution sur les puissances de guerre pour mettre fin à l’aide américaine à la coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite qui détruit le Yémen depuis sept ans. Le Sénat a déposé un WPR antérieur en mars 2018. Le Congrès a adopté un WPR pour le Yémen en 2019, mais le président Trump a opposé son veto.

Ma crainte est que le président Joe Biden oppose également son veto au nouveau WPR. La raison : le pétrole. Les prix à la pompe ont grimpé en flèche depuis le 8 mars, date à laquelle Biden a déclaré un embargo sur le pétrole brut russe en réponse à l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février. Le 1er juin, la moyenne nationale américaine pour l’essence a atteint un nouveau record de 4,67 $ le gallon, contre 3,04 $ il y a un an. En Californie, les prix du gaz ont dépassé 6 $ le gallon. Le 2 juin, l’OPEP+ (les 13 pays de l’OPEP plus 10 autres producteurs de pétrole, dont la Russie) a convenu d’une modeste augmentation de la production pour juillet et août, mais les prix de l’essence n’ont pas bougé.

Est-il ou n’est-il pas ?

Malgré la tentative de Biden de détourner l’indignation des électeurs américains vers la “hausse des prix de Poutine”, les prix exorbitants de l’essence pourraient réduire les chances déjà faibles des démocrates à mi-mandat en novembre. Ainsi, Biden se rend à Riyad pour implorer le prince héritier Mohammed bin Salman, le dirigeant de facto du royaume, d’ouvrir davantage les robinets.

Ou est-il? Pas plus tard que le 2 juin, le New York Times a rapporté que, bien que le voyage n’ait pas été officiellement confirmé, Biden devait se rendre en Arabie saoudite plus tard ce mois-ci. Pourtant, lors d’une conférence de presse le 3 juin, le président a déclaré qu’il n’était “pas sûr” s’il se rendrait dans le royaume. Plus tard, NBC News a rapporté que selon « plusieurs responsables », le voyage de Biden en Arabie saoudite, ainsi qu’une visite en Israël, auraient lieu en juillet.

Si Biden se rend en Arabie saoudite et si MBS daigne lui accorder une audience, Biden devra manger une bonne portion de corbeau pour expier les nombreuses façons dont il a coché le prince héritier. Le prédécesseur de Biden, le président Donald Trump, a connu une belle bromance avec MBS. Pas si Biden. Lors de sa candidature à la présidence en 2020, Biden a promis une “réévaluation” des relations américaines avec l’Arabie saoudite qui placerait les droits de l’homme au premier plan. Biden a dénoncé l’Arabie saoudite comme un « paria » lors du débat présidentiel démocrate du 20 novembre 2019. Il a juré de faire « payer le prix » aux Saoudiens pour l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi ; et jura de ne plus vendre d’armes au royaume.

Dans une déclaration publiée à l’occasion du deuxième anniversaire du meurtre de Khashoggi, le 2 octobre 2020, Biden a déclaré :

Sous une administration Biden-Harris, nous réévaluerons nos relations avec le Royaume, mettrons fin au soutien américain à la guerre de l’Arabie saoudite au Yémen et veillerons à ce que l’Amérique ne vérifie pas ses valeurs à la porte pour vendre des armes ou acheter du pétrole. L’engagement de l’Amérique envers les valeurs démocratiques et les droits de l’homme sera une priorité, même avec nos partenaires de sécurité les plus proches.

Valeurs démocratiques ! Droits humains! Fini la diplomatie pétrolière ! Vous pouviez entendre les bruits sourds alors que des progressistes évanouis touchaient le sol. Et, pendant un moment, il a semblé que Biden suivait. En février 2021, désormais installé dans le bureau ovale, le président Biden a publié un rapport des services de renseignement américains qui imputait à MBS la responsabilité d’avoir personnellement ordonné l’assassinat de Khashoggi. Les ventes d’armes au royaume et à son partenaire de coalition, les Émirats arabes unis, ont été suspendues dans l’attente d’un examen. Biden s’est fait un devoir d’éviter de traiter directement avec MBS, mais plutôt de parler avec le père malade du prince héritier, le roi Salman, âgé de 86 ans.

Le 4 février 2021, dans son premier grand discours de politique étrangère en tant que président, Biden a annoncé que les États-Unis « mettaient fin à tout soutien aux opérations offensives dans la guerre au Yémen, y compris les ventes d’armes pertinentes ».

Aujourd’hui, la politique saoudienne axée sur les droits de l’homme de Biden est en ruine. Les Saoudiens n’ont pas payé le prix de l’assassinat de Khashoggi. L’administration Biden a sanctionné quelques responsables saoudiens, mais MBS n’en fait pas partie. Les ventes d’armes américaines au royaume se poursuivent. En novembre, Biden a annoncé une vente d’armes de 650 millions de dollars à l’Arabie saoudite. Selon le New York Times l’administration Biden a “renforcé la coopération avec l’Arabie saoudite sur une variété de questions”.

Malgré sa promesse du 4 février 2021, Biden a continué de fournir à l’Arabie saoudite l’aide dont elle a besoin pour détruire le Yémen. L’expression «opérations offensives» a donné à Biden une échappatoire suffisamment grande pour diriger un pétrolier. L’administration Biden a simplement recadré son aide à la coalition comme “défensive”. Quelques mois après le discours de Biden, il était évident que les États-Unis avaient réduit une partie de leur assistance, mais fournissaient toujours aux avions de combat saoudiens de la maintenance et des pièces de rechange. Cela peut sembler peu, mais Bruce Riedel de la Brookings Institution a déclaré que sans pièces de rechange, la Royal Saudi Air Force serait « clouée au sol ».

Il reste une étape à franchir pour que le renversement de la politique initiale de Biden envers l’Arabie saoudite soit complet : Biden peut opposer son veto à la résolution des puissances de guerre du Yémen si elle parvient à son bureau. Peut-être qu’alors, tous les péchés de Biden seront oubliés et que MBS trouvera du pétrole bon marché pour les consommateurs américains.

Paix en vue ?

Le 2 juin, la nouvelle est tombée qu’une trêve négociée par l’ONU au Yémen en avril serait prolongée de deux mois supplémentaires. Biden a accueilli la nouvelle avec de nouveaux camions vers les Saoudiens. Dans un communiqué, Biden a déclaré que “l’Arabie saoudite a fait preuve d’un leadership courageux en prenant très tôt des initiatives pour approuver et mettre en œuvre les termes de la trêve dirigée par l’ONU”. Trita Parsi, fondatrice et ancienne présidente du Conseil national irano-américain, maintenant membre du Quincy Institute for Responsible Statecraft, a répondu que “applaudir le ‘courage’ de MBS pour avoir soutenu un cessez-le-feu dans une guerre que le prince héritier saoudien lui-même a déclenchée… témoigne du désespoir de Biden à la baisse des prix du gaz, ainsi qu’à notre besoin de mettre fin à cette dépendance vis-à-vis de l’Arabie saoudite. Parsi aurait pu ajouter que non seulement la déclaration de Biden exonère l’Arabie saoudite, mais qu’elle passe sous silence la façon dont les États-Unis ont perpétué le conflit.

Le Dr Annelle Sheline de l’Institut Quincy pense que l’introduction de la résolution sur les pouvoirs de guerre a incité les parties belligérantes à prolonger la trêve. Si MBS pense que les États-Unis sont sur le point de lui couper l’herbe sous le pied, il sera motivé pour régler le conflit maintenant afin d’éviter l’embarras plus tard. Elle a peut-être raison. Ou MBS peut être encore plus motivé pour saborder le WPR.

Biden est outrageusement hypocrite pour attaquer l’agression (réelle) de la Russie en Ukraine, alors qu’il rend possible l’agression saoudienne au Yémen. Biden a raison de dénoncer les crimes de guerre de la Russie, mais a tort de garder le silence sur les crimes saoudiens, notamment les frappes aériennes sur les infrastructures civiles yéménites qui ont amené le Yémen au bord de la famine. Un jour, bientôt espérons-le, la guerre au Yémen prendra fin, mais ce ne sera pas grâce à Joe Biden.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/10/biden-of-arabia/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire