Capitaine Erdogan : À la poursuite d’un jeu d’inflation dangereux

0
138

On nous apprend à ne jamais abandonner. Persévérer dans l’adversité est une maxime de toute une vie, où garder le cap difficile à court terme finira par porter ses fruits. Malgré cette sagesse, il est parfois tout aussi utile d’admettre ses erreurs et de corriger les décisions passées. Ne pas comprendre la réalité peut être mortel, comme ce fut le cas pour le capitaine Achab dans Moby Dick.

Cela n’est nulle part plus évident qu’avec le président turc Recep Tayyip Erdoğanla stratégie monétaire chancelante et l’approche antagoniste de l’UE à l’égard de l’UE. Compte tenu de la chute libre de la lire, la logique le conduirait à revenir à une attitude plus conformiste sur les taux d’intérêt et la diplomatie. Alors que le président turc est habitué à défier les attentes, cette crise va-t-elle initier une nouvelle culture stratégique et un nouveau dialogue politique entre Ankara et l’UE, ou la fierté va-t-elle obscurcir sa prise de décision ?

Pendant un moment, le modèle économique actuel préconisé par Erdogan, axé sur des capitaux bon marché et des prêts lourds pour stimuler la croissance économique, a été couronné de succès. Dans le cadre de ce programme, il a supervisé une période de croissance économique soutenue qui comprenait des investissements importants dans les infrastructures. La modernisation des routes, des aéroports et des réseaux ferroviaires a fait entrer la Turquie dans le 21e siècle et en a fait une formidable économie émergente. Malgré les premiers signes de surchauffe de l’économie, le président turc a résisté à un changement de cap.

L’arrivée de la crise migratoire de 2015 ainsi qu’une autre crise monétaire en 2018 ont mis la pression sur l’économie précaire de la Turquie qui a déclenché une récession. L’arrivée de Covid et sa longue durée de vie n’ont fait que bouleverser le modèle économique non dynamique de la Turquie qui fonctionnait sur du temps emprunté. La perte du maire d’Istanbul par le Parti de la justice et du développement (AKP) en 2019 aurait dû être un réveil brutal pour faire une pause et évaluer la viabilité de sa politique. Au lieu de cela, le président turc est resté aussi engagé que le capitaine Achab envers la cause et a renvoyé d’innombrables gouverneurs et banquiers centraux pour désaccord.

Alors que ses partisans ont fait preuve d’un engagement remarquable à supporter ses prétendues pratiques corrompues et antidémocratiques, sa mauvaise gestion économique et ses aventures sauvages en matière de politique étrangère, leur patience diminue. Le récent cycle d’inflation est particulièrement dévastateur. Il a augmenté les coûts des produits nationaux de base, écarté l’achat de produits importés et fait s’évaporer les bénéfices. De plus, Ankara brûle les réserves étrangères pour étayer la plongée du nez de la livre sans fin en vue.

Le bilan douloureux de ces politiques ne prépare pas seulement le terrain pour une future fuite des cerveaux, mais stimule les protestations à Istanbul et à Ankara. La référence d’Erdogan aux enseignements musulmans pour justifier sa politique confirme son désespoir ou apaise le mécontentement croissant. Dans la perspective des élections de 2023, le président turc apparaît battable.

Compte tenu de la situation intérieure cauchemardesque et de l’obsession du président de gouverner, il serait prudent d’au moins jouer sur les mérites d’un réengagement avec Bruxelles si cela servait son agenda. Certes, la file des points de désaccord est longue là où les relations bilatérales ont été au mieux transactionnelles et au pire ouvertement belliqueuses.

Sous le président Erdogan, la Turquie a connu une phase de transformation problématique qui a érodé son cadre d’État de droit qui s’est étendu à la justice, aux médias et à la société civile, avec de nombreuses politiques adaptées à l’atmosphère post-coup d’État de 2016. Décision de la Turquie se retirer de la Convention d’Istanbul sur la violence à l’égard des femmes était particulièrement inquiétant et totalement contraire à l’éthique de l’UE.

En octobre, un crescendo d’hostilité s’est ensuivi avec la quasi-expulsion de six ambassadeurs de l’UE. Parmi eux, l’Allemagne et les Pays-Bas qui représentent respectivement son principal partenaire commercial et la plus grande source d’investissement étranger. Alors que le président Erdogan a promu un pays assiégé par des puissances extérieures à ses citoyens, l’UE a servi de repoussoir commode à blâmer pour les problèmes de la Turquie et de punching-ball à intimider.

Compte tenu de l’acrimonie, la Turquie a cherché à établir davantage de ponts et à diversifier ses positions diplomatiques et économiques, notamment avec la Chine. L’ère post-coup d’État entre Ankara et Pékin a été manifestement productive et a simultanément prouvé qu’Erdogan n’était pas isolé, ce qui a alimenté son modèle de croissance des infrastructures d’investissement étranger. De la musique aux oreilles des planificateurs de l’initiative “la Ceinture et la Route” de la Chine.

Mais comme la plupart des expériences diplomatiques prolongées, les relations se sont détériorées avec Ankara exprimant son mécontentement sur la question ouïghoure, et Pékin répondant par une accusation turque de droits humains contre les Kurdes en Syrie. Alors que la Chine n’a jamais été du genre à critiquer les politiques internes de la Turquie, intégrer la question kurde dans le courant dominant est une ligne rouge sur laquelle le président Erdogan ne bougera pas.

Avec Erdogan acculé, la porte tournante des engagements pourrait s’ouvrir à l’UE qui aiderait la Turquie à s’attaquer aux grands problèmes mondiaux tels que la santé publique, les migrations et la sécurité humaine, ainsi que le changement climatique.

Malgré les avantages stratégiques évidents de poursuivre dans cette voie, il est difficile d’imaginer qu’Erdogan soit le premier à offrir des concessions. Par son mantra, cela serait interprété comme un signe de faiblesse. Bien qu’il ait rapidement résolu les retombées diplomatiques de 2016 avec la Russie compte tenu de l’assaut meurtrier contre l’industrie touristique critique de la Turquie, ce scénario est différent.

Revenir à Bruxelles à genoux n’aidera pas Erdogan à résoudre son problème d’inflation actuel et ses effets d’entraînement. Par son analyse des coûts, garder l’UE comme bouc émissaire personnel pour les problèmes intérieurs dans le présent, est plus précieux que de négocier des améliorations politiques pour de meilleures relations à long terme avec l’UE.

Comme le bourbier auquel il est confronté est auto-infligé et le produit d’un excès d’orgueil, il faudra encore une douleur nationale écrasante pour que le président modifie les taux d’intérêt et plus tard l’UE. Contrairement au capitaine Achab qui n’a pas pu être sauvé de lui-même, la sortie de la spirale de la mort inflationniste de la Turquie finira par se terminer par les forces du marché. Ils forceront de manière embarrassante le président à changer de cap et à abandonner ses croyances délirantes. Jusque-là, c’est le capitaine Erdogan qui poursuit un dangereux jeu d’inflation.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire