Combien de temps allons-nous sacrifier nos enfants à la paranoïa du lobby des armes ?

0
40

Les fusillades de masse sont bonnes pour les ventes d’armes.

Dans les jours qui ont suivi l’horrible massacre de l’école d’Uvalde, au Texas, les stocks d’armes à feu ont augmenté. Les acheteurs d’armes à feu, conditionnés à craindre de nouvelles restrictions, ont tendance à s’épuiser et à acheter plus d’armes après des fusillades comme celle-ci.

Ils semblent croire que les législateurs répondront aux fusillades de masse en rendant plus difficile l’achat d’une arme à feu. Après tout, lorsqu’il s’avère que d’autres produits de consommation présentent un danger pour les humains, ils sont réglementés.

L’année dernière, le gouvernement fédéral a rappelé 40 000 unités d’une gamme de lits superposés pour enfants dont l’échelle défectueuse a tué un enfant de 2 ans dans l’Ohio. Et le US Public Interest Research Group propose une longue liste de jouets que le gouvernement a rappelés en raison des risques d’étouffement.

Il est logique de réglementer les produits nocifs, surtout lorsqu’il s’agit de la santé et de la sécurité des enfants.

Mais des milliers d’enfants sont victimes de la violence armée chaque année, mais les armes de guerre restent facilement disponibles à l’achat. Le tireur d’Uvalde a acheté légalement deux fusils de type AR-15 dans un magasin d’armes sous licence fédérale quelques jours avant le massacre et a utilisé l’un d’eux pour mettre fin à 21 vies.

Après Uvalde, un groupe de pédiatres a publié un plaidoyer pour le contrôle des armes à Scientifique Américain. Les médecins ont souligné que la violence armée est désormais la premier cause de décès chez les personnes âgées de 1 à 19 ans.

« La politisation des armes à feu, écrivent-ils, « prend le pas sur la santé publique ». Comment expliquer autrement la prolifération sans fin des machines à tuer alors que nous ne tolérerons même pas une échelle défectueuse ?

De nombreux facteurs sont à l’origine de cette politisation.

D’une part, les ventes d’armes à feu sont une grosse affaire – certains fabricants avec des contrats fédéraux utilisent même leurs bénéfices pour faire pression contre le contrôle des armes à feu. D’autre part, la National Rifle Association exerce une grande influence à Washington et génère d’importants dons de campagne aux politiciens du GOP pour garantir l’inaction.

Mais au fond, c’est un problème culturel.

Hollywood, par exemple, glamourise les armes à feu comme il le faisait autrefois en fumant. Les chercheurs Brad Bushman et Dan Romer ont découvert que “les actes de violence armée dans les films PG-13 ont presque triplé” entre 1985 et 2015″.

Mais plus dangereusement encore, les armes à feu sont devenues au cœur des guerres culturelles de la droite.

Ils sont devenus synonymes d’une compréhension perverse de « liberté » et de « défense » — un mot qui apparaît dans le nom du fabricant, Daniel Defense, dont le fusil a été utilisé pour tuer des enfants à Uvalde.

Défense de qui ?

Les taux de crimes violents et de crimes contre les biens à l’échelle nationale ont chuté de façon spectaculaire depuis les années 1990. Des études montrent que les armes à feu sont extrêmement rarement utilisées en légitime défense – elles sont beaucoup plus souvent impliquées dans des agressions, des homicides, des suicides ou des décharges accidentelles.

“C’est une mascarade”, déclare Michael Siegel, professeur de santé publique à Tufts, à propos du trope d’autodéfense.

Au lieu de cela, la « liberté de se défendre » est devenue une idée culturelle puissante pour une population blanche en diminution dont la paranoïa est sans cesse alimentée par Fox News, le Parti républicain et les fabricants d’armes à feu.

Dans une publicité, le fondateur de Daniel Defence, Marty Daniel, raconte : « Il existe deux types de personnes dans le monde, les bonnes et les mauvaises. Et juste au cas où les méchants prendraient les commandes, les bons doivent avoir la capacité de riposter.

C’est « une peur racialisée », dit Siegel. Les hommes propriétaires d’armes à feu d’extrême droite, pour la plupart blancs, sont tellement convaincus de cette menace imaginaire des « autres » pervers que certains ont ouvertement émis l’hypothèse que le tireur d’Uvalde devait être un « étranger illégal » ou une femme transgenre. (Il n’était ni l’un ni l’autre.)

Une majorité d’Américains soutiennent les restrictions sur les armes à feu. Mais le GOP gerrymanders districts et s’appuie sur le Sénat antidémocratique et la Cour suprême pour maintenir cette minorité paranoïaque au pouvoir.

En conséquence, leurs fantasmes remplis de haine ont rendu pratiquement impossible la régulation de la principale cause de décès d’enfants. Finalement, la majorité pro-contrôle des armes à feu doit se demander : combien de temps allons-nous payer pour ce système avec la vie de nos enfants ?

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/10/how-long-will-we-sacrifice-our-kids-to-the-paranoia-of-the-gun-lobby/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire