En Europe, l’extrême droite unifie ses forces

0
131

Début septembre, Santiago Abascal, le président du parti d’extrême droite espagnol Vox, a annoncé que son pays avait été choisi pour accueillir le prochain sommet des « dirigeants patriotes et conservateurs européens » qui se tiendra ce mois-ci. La réunion, probablement organisée à Madrid, représente la prochaine étape dans la tentative de ces forces de s’intégrer en tant que bloc «conservateur» dans la politique européenne, acceptable pour un public de droite plus large.

Il ne s’agit pas seulement d’une alliance de forces d’opposition marginales, mais d’une alliance qui détient déjà le pouvoir dans plusieurs capitales européennes. En effet, la dernière réunion de ce type s’est tenue à Varsovie, en Pologne, le 4 décembre, sous les auspices de Jarosław Kaczyński, président du parti au pouvoir Droit et justice. La réunion à l’hôtel Regent a réuni des sommités d’extrême droite comme le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki (également du parti de Kaczyński), son homologue hongrois Viktor Orbán, la dirigeante du Rassemblement national Marine Le Pen, ainsi qu’Abascal et des dirigeants d’extrême droite de Flandre. et l’Estonie.

Le sommet a abouti à une brève déclaration d’une page dénonçant le statu quo dans l’Union européenne. Il s’en prend à “l’idée troublante” d’une Europe “gouvernée par une élite autoproclamée”. Le document soulignait comment cette élite met en œuvre « l’application arbitraire du droit européen » et un programme d’« ingénierie sociale » à l’échelle du continent visant à « séparer les gens de leur culture et de leur patrimoine ».

Mais si le langage était dur, ce qui a surtout marqué ce sommet, c’est qu’il s’agissait de la première réunion officielle réunissant des représentants des deux groupes à droite du Parti populaire européen (PPE), principale force chrétienne-démocrate au Parlement européen. Alors que certaines grandes forces d’extrême droite (comme la Ligue de Matteo Salvini et l’Alternative pour l’Allemagne, AfD) étaient absentes, le sommet a souligné le renforcement des relations entre les conservateurs et réformistes européens (ECR, un groupe comprenant auparavant les conservateurs britanniques) et les plus Identité et démocratie (ID) d’extrême droite à nu, ainsi que le parti Fidesz d’Orbán, non affilié au niveau européen depuis son départ du PPE en mars.

Les partis impliqués dans ces groupements sont issus de traditions politiques différentes et, dans certains cas, rivalisent même électoralement au niveau national. Mais si les tensions entre ces forces ont longtemps justifié l’existence de deux courants rivaux au Parlement européen, cela pourrait appartenir à l’histoire après le sommet de ce mois-ci, car ils envisagent la création d’un « supergroupe » réunissant l’extrême droite de la politique européenne.

Déjà dans la déclaration de Varsovie de décembre, les parties signataires se sont engagées à « une coopération plus étroite au Parlement européen, y compris l’organisation de réunions conjointes et la coordination des votes ».

Le Pen a exprimé sa conviction que cet objectif sans précédent était à portée de main : « Nous pouvons être optimistes quant à la création de cette force politique dans les prochains mois », a commenté le président du Rassemblement national. Cet objectif a été partagé par Orbán, s’adressant à la presse avant la réunion : « Nous travaillons depuis des mois pour créer une famille de partis forte. J’espère que nous pourrons faire un pas dans cette direction.

Comme Miguel Urbán, membre du Parlement européen des Anticapitalistas de gauche, l’a expliqué dans un Fil Twitter, Orbán est en effet la clé de la formation de ce « supergroupe ». Il jette un pont entre les gouvernements d’extrême droite d’Europe centrale et orientale et l’extrême droite de la Méditerranée, notamment en raison de ses relations personnelles étroites avec le parti au pouvoir en Pologne pour la loi et la justice et l’ancien ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini. Mais cela doit aussi à la projection internationale et au prestige du Premier ministre hongrois, salué par des personnalités comme Tucker Carlson, parmi la base des partis ECR et ID. Si Salvini avait déjà proposé de créer une alliance d’extrême droite similaire à l’approche des élections européennes de 2019, le changement de contexte politique pousse enfin ces forces à franchir le pas.

Il existe des obstacles idéologiques à un tel pacte, même s’ils peuvent sembler insignifiants pour de nombreux observateurs qui voient toutes ces forces comme une « droite populiste » homogène. Ces partis mettent des accents différents sur le traditionalisme politique et religieux et ont des divergences sur la politique étrangère, étant particulièrement divisés sur leurs relations avec la Russie et, dans une moindre mesure, la Chine.

La pandémie de COVID-19 a également ouvert des divisions : certains courtisent le mouvement anti-vax et ses théories du complot plus ouvertement que d’autres, comme Le Pen et l’Italienne Giorgia Meloni, qui ont plutôt adopté une position plus ambiguë, se concentrant sur la critique des mesures de verrouillage. . Illustrant les contradictions, Orbán – figure de proue de la droite dure la plus farouchement anticommuniste – a néanmoins reçu le coup de Sinovac, dans le cadre des relations relativement bonnes de Budapest avec la Chine.

Si de telles différences peuvent être occultées au nom de l’unité, il existe également des problèmes pratiques : le groupement ECR a été en partie consolidé comme une alternative à l’ID, qui s’est caractérisé ces dernières années par une instabilité interne et de multiples démêlés entre ses constituants. des soirées. Donc, si ces forces se rassemblent maintenant, qu’est-ce qui a changé ?

D’une part, après des années au cours desquelles ils ont connu une croissance électorale importante, nombre de ces partis semblent avoir plafonné et auraient besoin d’un coup de pouce politique et médiatique. Il semble que l’une des figures ayant le plus à gagner d’un tel « supergroupe » fédérant la droite dure soit Marine Le Pen. Alors qu’elle aspire à atteindre à nouveau le second tour de l’élection présidentielle française en avril, elle fait face à la concurrence fâcheuse du pandit Éric Zemmour, dont la nouvelle Reconquête ! (Reconquête!) risque de diviser le vote d’extrême droite et de permettre à d’autres candidats de se faufiler.

Pendant ce temps, en Espagne, Vox cherche à renforcer ses perspectives de gouverner avec le Parti populaire (Partido Popular, PP) de Pablo Casado, le principal parti conservateur du pays pendant quatre décennies. Bien que ces forces restent concurrentes, le parti d’extrême droite essayant de voler les électeurs du plus grand PP, les votes de Vox ont déjà soutenu les gouvernements régionaux dirigés par le PP à Madrid et en Andalousie, l’administration d’Isabel Díaz Ayuso dans la région de la capitale étant considérée comme un modèle potentiel. pour un gouvernement national de droite en 2023. Le leader de Vox, Abascal, offre également aux autres forces européennes d’extrême droite un canal d’influence particulier en Amérique latine. Grâce à sa théorie excentrique d’une « ibérosphère », il a commencé à tisser des liens plus étroits avec des partis aux vues similaires dans le monde hispanophone et lusophone, y compris le président brésilien Jair Bolsonaro.

Cette alliance vise également à organiser le flanc droit de la politique européenne dans les conflits actuels au niveau de l’UE. Le Fidesz et Law and Justice, qui gouvernent respectivement la Hongrie et la Pologne, ont des conflits ouverts avec Bruxelles sur l’indépendance de la justice, mais aussi sur leurs politiques d’asile et d’immigration et contre les droits des femmes et des minorités sexuelles.

Ces conflits ont été particulièrement aiguisés, du point de vue de ces partis, par l’arrivée d’un nouveau gouvernement de coalition en Allemagne, composé des sociaux-démocrates d’Olaf Scholz ainsi que des Verts et des néolibéraux démocrates libres. Ils craignent que Berlin ne durcisse sa position envers Budapest et Varsovie, surtout maintenant que la coprésidente des Verts Annalena Baerbock est devenue ministre des Affaires étrangères. Cela dit, lors de sa récente visite en Pologne, Baerbock a notamment édulcoré ses critiques de campagne à l’encontre de l’administration de la loi et de la justice, parlant vaguement de la résolution des « divergences » entre les deux pays et soutenant le gouvernement polonais dans son différend avec la Biélorussie au sujet des réfugiés à la frontière.

Orbán a néanmoins souligné les enjeux du conflit du point de vue de l’extrême droite : en décembre, alors que la nouvelle coalition n’est pas encore formée, il l’avait déjà qualifiée d’exécutif soutenant « la politique d’immigration, de genre [a dog whistle for LGBT-friendly measures] et une Europe fédérale et pro-allemande. Le Premier ministre hongrois a insisté avec défi : « Ne croisons pas les bras, préparons-nous pour la bataille. »

Si la « bataille » avec le nouveau gouvernement à Berlin, ajoutée à certaines difficultés de scrutin, peut pousser l’extrême droite européenne à se serrer les coudes pour se réchauffer, une autre évolution de la récente élection allemande plaide également en faveur d’un tel pacte. Les partis qui entrent au Bundestag allemand deux fois de suite ont accès à un financement fédéral pour les fondations de leur parti — et après avoir conservé la plupart de ses sièges lors des élections de septembre, la Desiderius Erasmus Stiftung (DES) de l’AfD est désormais éligible au financement de l’État, à utiliser à la propre discrétion du parti. Selon certains médias, cela commencera par l’embauche de plus de 900 membres du personnel.

S’il ressemble à ses homologues ailleurs sur l’échiquier politique, comme la Konrad Adenauer Stiftung des démocrates-chrétiens (ou même la Rosa Luxemburg Stiftung de Die Linke, beaucoup plus petite), cela pourrait permettre au DES d’ouvrir des bureaux dans des dizaines d’autres pays. Ainsi, la fondation de l’AfD pourrait réussir là où l’ancien conseiller de Donald Trump, Steve Bannon, a échoué, et créer un groupe de réflexion transfrontalier d’extrême droite pour l’Europe.

Les forces potentielles derrière ce pacte ne doivent pas être sous-estimées. En additionnant les membres actuels du Parlement européen des groupes ECR et ID, ainsi que le Fidesz d’Orbán, cela représenterait quelque 149 députés européens – assez pour devancer l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates (S&D) et créer la deuxième force du Assemblée de Bruxelles. Même si certains partis restaient en dehors du « supergroupe », ou si le bloc de centre-gauche cherchait à intégrer des forces comme le mouvement erratique des cinq étoiles en Italie, l’extrême droite serait toujours le troisième groupe, bien devant les libéraux de Renew Europe ( 101 députés), sans parler des Verts et alliés (soixante-treize) ou de la gauche (trente-neuf).

Si telle est l’arithmétique bruxelloise, l’eurodéputé de gauche Miguel Urbán rappelle également que « ce mouvement ne doit pas être lu uniquement en fonction du Parlement européen, mais dans la perspective d’une contre-révolution politico-culturelle plus large. ” La croissance de ces partis leur a permis de pousser plus à droite les partis conservateurs et libéraux, de durcir les politiques officielles de l’UE et le discours public sur des questions telles que l’immigration ou le bien-être et, non moins important, de définir l’agenda des partis et des médias rivaux. autour de sujets comme l’immigration et la sécurité.

Comme le souligne Urbán, les forces d’extrême droite ont maintes fois montré qu’elles étaient prêtes à livrer bataille pour changer les termes du débat politique. Il est grand temps que la gauche se prépare aussi.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire