Il est temps de changer de nom ou de mettre de côté l’idée d’une force de défense européenne

0
181

Il y a quelques problèmes récurrents qui surviennent autour du refroidisseur d’eau de l’UE et c’est l’idée d’une force de défense européenne, communément appelée « armée européenne ». Le concept d’armée européenne a ses racines au début des années 1950, lorsque le renforcement des capacités de défense conjointes contre des menaces telles que l’Union soviétique était en discussion. Depuis lors, le débat refait surface souvent après des changements politiques ou sécuritaires dans l’UE, mais surtout lorsque les priorités des États-Unis changent.

Mieux souligné en 2018, lorsque l’UE s’est retrouvée face à un leadership mondial américain désengagé sous l’administration Trump. Le président français Emmanuel Macron s’est imposé comme une force motrice de “l’idée d’armée européenne, appelant à une Europe unie capable de se défendre des menaces extérieures, sans les auspices des États-Unis”. L’exhortation de Macron a ensuite été approuvée par la chancelière allemande Angela Merkel, avec la mise en garde qu’une telle armée compléterait l’OTAN, et non la concurrencerait.

Depuis lors, des programmes tels que le Fonds européen de la défense (FED) et la coopération structurée permanente (PESCO) ont été mis en place pour financer des projets de défense et de recherche, tout en encourageant la coopération militaire et les projets industriels de défense à l’échelle de l’UE. Tous visaient à renforcer la recherche collaborative entre les 27 membres de l’UE pour développer leurs capacités militaires.

Sur le papier, cela ressemble beaucoup aux points qui conduisent une armée de défense européenne, mais sans créer une véritable armée autonome de l’UE – d’où la confusion.

Un autre problème est que l’idée d’une armée européenne est devenue synonyme de la poursuite par l’UE d’une autonomie stratégique, ce qui signifie essentiellement une indépendance militaire, économique et technologique vis-à-vis des États-Unis.

Pour faire avancer diverses tensions d’autonomie stratégique, l’UE a mis en place une boussole stratégique qui définit une vision stratégique commune pour la sécurité et la défense de l’UE, qui comprend l’amélioration de la préparation des forces armées de l’UE sur une multitude de fronts. Avec le déploiement de la boussole stratégique en mars 2022, la confusion et le manque de messages clairs ont causé aux États membres de l’UE ainsi qu’à leurs alliés une confusion quant à l’objectif final de l’UE.

Le message a été et continue d’être faux

Le récent retrait des troupes en Afghanistan n’est que le dernier exemple des derniers murmures de développer une armée européenne. Il a même été repris par les plus hauts dirigeants de l’UE. En septembre, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a déclaré en réponse à la situation en Afghanistan que « l’UE devrait chercher à renforcer ses capacités militaires pour faire face aux menaces sécuritaires et aux crises mondiales ». Essentiellement, cultiver la volonté politique d’intervenir militairement sans dépendre des États-Unis ou d’une OTAN dirigée par les États-Unis.

Le développement d’une force de réaction rapide, aux côtés des groupements tactiques déjà établis, a déjà été discuté, mais de nombreux critiques ont expliqué qu’en raison d’un manque de volonté politique et de leur efficacité, les groupements tactiques, quelle qu’en soit la forme, ne se sont pas avérés être une entreprise efficace .

Malheureusement, l’idée d’une armée européenne continue de susciter plus de questions que de réponses. Des questions se posent : à quoi ressemblerait une armée européenne ? Chaque pays abandonnerait-il ses armées nationales pour fusionner en une seule force ?

Qui serait responsable ? Avec les Français conduisant le débat sur l’autonomie stratégique et l’armée européenne, prendraient-ils les choses en main ou l’approche de l’Allemagne consistant à maintenir l’OTAN intégrée prendrait-elle la tête ? Et comment le développer sans dupliquer les moyens et les capacités avec l’OTAN ?

L’absence de cadre et d’un concept complet a conduit à la division et à la confusion au sein de l’UE et de ses alliés. Si elle n’est pas abordée correctement, elle peut affaiblir la confiance entre l’UE et les États-Unis et potentiellement la cohésion de l’UE.

Pourquoi la division ?

Une précédente enquête Eurobaromètre examinant les perceptions des États membres de l’UE à partir de 2017 mentionnait que « les trois quarts (75 %) sont en faveur d’une politique européenne commune de défense et de sécurité » et « une majorité (55 %) était en faveur de la création d’une armée européenne ». . En 2018, « 68 % des Européens ont déclaré qu’ils aimeraient que l’UE fasse plus en matière de défense ».

L’enquête a montré une nette scission avec les pays d’Europe centrale et orientale, principalement menée par la Pologne qui a exprimé ses inquiétudes à la fois autour de la création d’une armée européenne. Généré par les craintes qu’un plan militaire européen plus affirmé n’érode simplement les relations entre l’UE et les États-Unis. Et sans parler de cette histoire de division au sein de l’Europe d’essayer de construire conjointement des équipements militaires.

Les problèmes d’incitation et les faibles dépenses de défense des pays européens restent un obstacle à la fois à une autonomie stratégique et à une armée européenne. Un autre point qui motive des pays comme la Pologne, qui reste l’un des principaux dépensiers en matière de défense dans l’UE, qui considère toujours les États-Unis comme un fournisseur de sécurité et l’OTAN comme un parapluie de sécurité.

C’est pourquoi si l’UE veut investir davantage dans la coopération en matière de défense et de sécurité, elle doit le faire, mais dans le cadre existant. À la fin, une UE plus forte en matière de défense, signifie une OTAN et une défense transatlantique plus fortes.

Renommer ou mettre l’armée européenne au repos ?

Si l’UE veut poursuivre ses objectifs dans le cadre de la boussole stratégique, elle doit faire passer le message à la fois en interne et en externe correctement. L’objectif final d’avoir une force de défense de l’UE plus indépendante, utilisant les forces et capacités existantes doit être plus clair. L’influence politique qui plane souvent autour de l’armée européenne détourne l’attention des objectifs de l’UE – assurer un partenariat de défense plus fort et plus cohérent.

Comme indiqué précédemment, l’UE a mis en place des mécanismes pour renforcer et améliorer ses capacités militaires et de défense, mais il reste encore beaucoup à faire pour échanger davantage et inciter les États membres à investir dans des programmes tels que les projets EDF et PESCO.

2022 offre une opportunité unique, alors que le concept stratégique de l’OTAN et la boussole stratégique se déploient, c’est le moment de s’aligner sur les priorités de sécurité tout en approfondissant la coopération. Ceci est essentiel car l’UE est confrontée à des défis croissants le long de ses frontières et doit être sur la même longueur d’onde en matière de sécurité.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire