Impact des prix élevés de l’énergie sur l’industrie dans la région de l’Est de la Méditerranée

0
47

L’Europe est toujours agitée sous l’impact des prix élevés de l’énergie qui ne semblent pas disparaître de sitôt. Les prix du gaz naturel du hub néerlandais TTF sont tombés à environ 70 €/MWh le 31 décembre par rapport au pic de 180 €/MWh atteint en octobre, mais à l’approche de l’hiver, ils sont désormais remontés à 94 €/MWh. Même s’il s’agit d’un phénomène transitoire, on s’attend désormais à ce que les prix reviennent à des niveaux plus proches de la normale seulement d’ici le milieu de 2022 et aux niveaux d’avant la pandémie d’ici 2023.

Leur impact se fait sentir à des degrés divers dans la région de l’Est de la Méditerranée, mais plus encore en Grèce et en Turquie pour des raisons assez différentes.

Comme dans le reste de l’Europe, les prix de l’électricité pour les consommateurs grecs ont grimpé en flèche à 416 €/MWh juste avant Noël, par rapport aux niveaux d’avant la pandémie d’environ 160 €/MWh en 2019. Cela est largement dû à une dépendance accrue à l’égard du gaz naturel importé, maintenant à 40 %, en raison de l’élimination rapide du lignite, traditionnellement utilisé pour la production d’électricité. Comme dans le reste de l’Europe, ceux-ci entraînent l’économie et l’industrie grecques dans une crise, avec le risque de faire dérailler la reprise économique si la crise se prolonge. Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis y voit un « problème européen nécessitant une solution européenne ».

Lors du sommet du Conseil européen de décembre à Bruxelles, Mitsotakis a avancé des propositions pour faire face à la hausse des prix de l’énergie, notamment l’achat collectif de gaz naturel au sein de l’UE, mais le sommet a échoué sans accord sur les mesures concrètes à prendre.

En décembre, la Grèce a approuvé de nouvelles augmentations des subventions pour l’électricité et le gaz naturel pour la majorité des ménages, des petites entreprises et de l’agriculture, annoncées pour la première fois en septembre. Ceux-ci seront financés en partie par les revenus du système d’échange de quotas d’émission (ETS) du pays, mais également par le Fonds grec pour la relance et la résilience. Néanmoins, à l’aube de 2022, l’industrie grecque tire la sonnette d’alarme sur les effets de l’augmentation massive des coûts de l’énergie, avertissant que, sans soutien supplémentaire, certaines entreprises pourraient bientôt être contraintes de fermer.

La Turquie a annoncé des augmentations massives des prix de l’électricité, du gaz naturel et du pétrole qui sont entrées en vigueur dès le début de 2022. Les prix de l’électricité ont augmenté de 50 % pour les ménages et de 125 % pour l’industrie, tandis que les prix du gaz ont augmenté de 25 % et de 50 %. % respectivement. Ceux-ci ont attiré la colère des politiciens de l’opposition, mais aussi des personnes qui sont descendues dans la rue pour exprimer leur frustration face à ce dernier coup porté à l’économie du pays. Avec une inflation dépassant les 36% en décembre et la livre perdant 45% de sa valeur en 2021, l’économie turque est en lambeaux. Et cela est en grande partie dû à « l’erdogonomie » – les politiques économiques très peu orthodoxes du président turc Recep Tayyip Erdoğan basé en grande partie sur le maintien de taux d’intérêt bas.

La dépendance presque totale de la Turquie vis-à-vis du pétrole et du gaz importés l’expose au double coup dur de l’augmentation des coûts d’importation du pétrole et du gaz, libellés en dollars, alors que la lire s’effondre. Ceci malgré le fait qu’en termes de dollars, les importations de gaz de la Turquie sont protégées par des contrats d’approvisionnement à long terme liés aux prix du pétrole.

Le coût croissant des importations d’énergie épuise également rapidement ses réserves de devises étrangères. Le développement de son champ gazier de Sakarya de 540 milliards de mètres cubes nouvellement découvert dans la mer Noire, attendu d’ici 2023, pourrait apporter un soulagement substantiel. Tout comme la volonté d’augmenter la production d’électricité à partir de sources renouvelables, elle s’élève désormais à 43 %.

La crise énergétique mondiale semble avoir échappé à Israël. L’inquiétude est que les prix de l’électricité augmenteront de 4,9 % en 2022 en raison de l’augmentation du coût du charbon importé. On est loin du maelström européen et asiatique des prix de l’énergie. Actuellement, 23 % de l’électricité d’Israël est produite à partir du charbon, mais cela s’arrêtera en 2025. Plus de 70 % de l’électricité d’Israël provient de l’utilisation du gaz naturel produit par ses deux champs de gaz géants Tamar et Leviathan. Les prix du gaz sont fixés par le biais de contrats à long terme et se situent aujourd’hui entre 4 et 5 $/mmBTU, protégeant Israël des caprices des marchés énergétiques mondiaux.

Cependant, la crise énergétique aggrave les conditions à Gaza, l’écart entre la demande et l’offre d’électricité étant désormais estimé à 75 %, limitant la fourniture d’électricité à seulement quelques heures par jour.

L’Égypte est également largement à l’abri de la crise énergétique mondiale. Elle est désormais autosuffisante en gaz, avec des prix dictés par le gouvernement. Les hausses des prix de l’énergie et des carburants sont le résultat de l’inflation, qui s’élève actuellement à environ 5,7 %. Le recours accru aux énergies renouvelables et une production d’électricité à cycle combiné plus efficace sont également utiles.

La paralysie politique et économique du Liban a conduit à une crise énergétique aux proportions gigantesques entraînant des pannes d’électricité et des pénuries de diesel et d’essence qui ont paralysé le pays. Un accord entre l’Égypte, la Jordanie et la Syrie, avec la bénédiction des États-Unis, signifie que le gaz naturel devrait être fourni au Liban par le gazoduc transarabe pour atténuer la crise de l’électricité au cours des trois prochains mois.

On espère que les élections législatives d’avril et les élections présidentielles d’octobre conduiront à un changement politique bien nécessaire, mais le Liban a déjà été là avant, avec peu de choses à montrer. Le peuple libanais a désespérément besoin d’une année meilleure et le mérite, mais l’obtiendront-ils ? Les présages ne sont pas bons.

Une dépendance totale aux produits pétroliers pour la production d’électricité a protégé Chypre des prix élevés du gaz naturel. Néanmoins, sa dépendance au pétrole et l’impact des prix élevés de l’EU ETS ont conduit à des augmentations massives des prix de l’électricité causant des difficultés, en particulier pour les ménages à faible revenu. En novembre, Chypre a réduit la TVA sur les factures d’électricité des ménages vulnérables de 19 % à 5 % pendant six mois. Mais le gouvernement est désormais enfermé dans une bataille avec le Parlement qui a voté un projet de loi réduisant la TVA de 10 % pour tous, y compris l’industrie. Cela peut maintenant être déféré à sa Haute Cour.

Mais malgré la crise énergétique, le soutien à la transition énergétique reste fort, la Grèce visant à produire 61 % de son électricité à partir d’énergies renouvelables d’ici 2030 – et envisageant toujours d’éliminer progressivement l’utilisation du lignite d’ici 2028 – Israël de 30 % et l’Égypte de 42 %. .

Cette crise a renforcé l’idée qu’une utilisation plus judicieuse des ressources de gaz naturel de l’Est de la Méditerranée serait de les exploiter au niveau régional pour soutenir la reprise économique post-pandémique de la région et accélérer le passage à une énergie propre.

Mais alors que nous entrons en 2022, des questions demeurent. Une autre variante du coronavirus entraînera-t-elle davantage de blocages ? Les prix de l’EU ETS dépasseront-ils 100 €/tonne ? Allons-nous assister à une escalade de la confrontation Russie-OTAN ? Un été plus chaud entraînera-t-il des événements climatiques encore plus extrêmes ? Une nouvelle crise pétrolière fera-t-elle dépasser les 100 $ le baril ? L’Europe va-t-elle sombrer dans la tourmente politique ? Les deux derniers sommets du Conseil européen ont montré une Europe divisée sur de nombreuses questions clés, notamment l’énergie et le climat. De tels événements pourraient avoir un effet d’entraînement sur la région de l’Est de la Méditerranée. Mais tout n’est pas pessimiste. On espère que les choses iront bien en 2022 et que la reprise économique mondiale – et de l’Est de la Méditerranée – se poursuivra.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici