Interprétation de l’Inde au Sommet pour la démocratie

0
361

En tant que plus grande démocratie du monde, avec 1,4 milliard d’habitants, l’Inde est un acteur indispensable de la coopération démocratique, notamment au-delà de l’Occident. Pour le gouvernement indien, l’avenir de la démocratie se joue en Asie et en Afrique, où les États expérimentent des modèles de gouvernance concurrents au milieu de l’influence autocratique croissante de la Chine. Plus qu’une question morale, l’Inde considère la démocratie comme un facteur pouvant faciliter la convergence avec d’autres démocraties vers un Indo-Pacifique libre et ouvert.

Le Premier ministre Narendra Modi profitera probablement de sa participation au Sommet pour la démocratie pour présenter l’Inde comme une démocratie dynamique qui, malgré de nombreux défauts, reste un succès exceptionnel dans le monde non occidental. Il peut également voir le sommet comme une opportunité de présenter la politique étrangère et l’aide à la démocratie de l’Inde, axées sur les valeurs, en particulier aux pays en développement.

En contrastant avec la Chine, Modi peut également chercher à mettre en avant l’Inde comme un partenaire économique et stratégique privilégié sur la base de principes partagés tels que l’état de droit pour attirer les investissements ou relancer le multilatéralisme. Enfin, Modi peut utiliser le sommet pour articuler davantage une définition non-occidentale et indigène de la démocratie indienne, qui dilue l’idée de normes démocratiques universelles et résonne avec sa base de soutien nationaliste.

Bien que Delhi souhaite jouer un rôle actif dans le sommet, il est également probable qu’elle ait quelques inquiétudes. La participation pourrait également amplifier les critiques externes sur la santé de la propre démocratie indienne. Le gouvernement indien peut avoir des réserves sur le rôle central de Washington dans la décision de la liste d’invitation, de l’ordre du jour et de l’avenir du sommet. Enfin, Delhi pourrait également craindre que l’absence de certains de ses voisins démocratiques les plus proches, comme le Bangladesh, ne contribue à promouvoir l’opinion de la Chine selon laquelle le sommet n’est qu’un autre stratagème stratégique dirigé par l’Occident pour diviser l’Asie.

Opportunités

Conformément à ses références à la démocratie dans ses engagements internationaux précédents, le discours de Modi lors du sommet est susceptible de présenter la démocratie indienne comme un modèle exceptionnel et exemplaire. Alors que le pays se prépare à célébrer le 75e anniversaire de l’indépendance de la Grande-Bretagne coloniale, il pourrait profiter du sommet pour montrer des exemples de la façon dont la démocratie indienne a non seulement survécu mais prospère malgré de multiples défis.

Pour renforcer la légitimité du modèle démocratique indien, Modi inclura probablement plusieurs faits et chiffres, notamment le système de vote électronique indien avec environ 900 millions d’électeurs et une participation record aux élections nationales de 2019. Les partis d’opposition gouvernent actuellement plus de la moitié des 28 États indiens, mais cela sera probablement laissé de côté. Modi fera probablement également référence à l’extraordinaire hétérogénéité sociale et religieuse du pays, à sa jeunesse et à ses initiatives politiques inclusives pour projeter l’Inde comme une démocratie montante et s’approfondissant – plutôt que reculant -.

Deuxièmement, le gouvernement indien utilisera probablement également le sommet pour présenter ses efforts internationaux d’aide à la démocratie, qui restent largement méconnus en Occident. L’Inde a formé des milliers de fonctionnaires d’Afrique et d’Asie sur les systèmes électoraux et parlementaires. Son modèle de coopération au développement Sud-Sud se concentre sur la bonne gouvernance et la participation de la société civile.

Dans les académies militaires indiennes, les officiers étrangers ont été formés pendant des décennies au contrôle civil de l’armée et formés au respect des droits de l’homme et de la liberté des médias. Grâce à son programme d’assistance technique, datant des années 1960, l’Inde a également joué un rôle de premier plan dans le partage de solutions de développement basées sur des institutions démocratiques et une gouvernance inclusive, de la santé à l’éducation.

Troisièmement, en mettant l’accent sur des valeurs partagées, Delhi peut également voir le sommet comme une opportunité de se présenter comme une alternative stratégique à la Chine. Surtout avec les démocraties occidentales, le gouvernement indien voit une opportunité de tirer parti de sa gouvernance en tant que différenciateur stratégique. Modi peut également présenter l’économie indienne comme une destination accueillante pour les investisseurs étrangers, l’état de droit et la diversité interne facilitant l’entrepreneuriat et l’innovation.

Enfin, la participation de Modi lui offre une autre plate-forme internationale pour étendre son soutien politique dans son pays en faisant passer le message que l’Inde est respectée en tant que plus grande démocratie du monde. Pour trouver un écho auprès de sa base de soutien, il est susceptible d’articuler davantage une vision indigène, non-occidentale et « indienne » de la démocratie indienne en tant qu’« État civilisationnel », deux termes qui sont populaires auprès de l’idéologie nationaliste de son parti Bharatiya Janata. . Dans son récent discours à l’Assemblée générale des Nations Unies, par exemple, il référé à l’Inde comme la « mère » de toutes les démocraties.

Préoccupations

Alors que l’approche de l’Inde au Sommet pour la démocratie est susceptible d’être motivée par un sentiment d’opportunité, il peut également y avoir quelques préoccupations dans l’esprit des décideurs de Delhi.

L’un des risques est lié à l’exposition du sommet aux critiques, à la fois internationales et nationales : l’Inde peut-elle récolter les fruits de la promotion de son système démocratique sans faire l’objet d’un examen minutieux ? Étant donné que l’on attend de Modi qu’il mette l’accent sur les qualités positives de la démocratie indienne, des questions seront naturellement également soulevées quant à ses lacunes.

Divers indices de démocratie ont placé l’Inde sur une trajectoire de déclin, notamment Freedom House de Freedom in the World, V-Dem et Reporters sans frontières’ World Press Freedom Index. Le ministre indien des Affaires étrangères, S. Jaishankar, les a qualifiées d’exercice « d’hypocrisie », tandis qu’un des penseurs influents de la politique étrangère du parti au pouvoir a fait valoir que les États-Unis n’ont aucune légitimité pour pousser l’Inde à moins qu’elle ne résolve ses propres lacunes démocratiques.

En plus de repousser les critiques, Delhi a également redoublé d’efforts de diplomatie publique pour promouvoir un récit alternatif, que ce soit en s’engageant avec des chercheurs à l’étranger ou en développant son propre indice de démocratie. Le discours de Modi au Sommet pour la démocratie tendra probablement vers un ton plus conciliant, en ligne avec une nouvelle stratégie de soft power pour présenter l’Inde comme une terre de pluralisme.

Un deuxième ensemble de préoccupations probables concerne toutes les initiatives qui pourraient chercher à officialiser le sommet par une voie intergouvernementale, soit par le biais d’une charte ou d’un secrétariat permanent. L’Inde sera également sceptique quant à la condition de la participation future à des « engagements » ou à tout type de critères de performance mesurables. La préférence de Delhi sera pour un modèle flexible, volontaire et consultatif.

Enfin, l’Inde peut également s’inquiéter de l’absence de certains de ses voisins démocrates au sommet, notamment le Bangladesh, le Sri Lanka et le Bhoutan, en contraste frappant avec l’invitation au Pakistan. Il existe également des absences notables dans d’autres régions d’Asie, où l’Inde a utilisé des arguments fondés sur des valeurs pour expliquer son opposition à l’initiative chinoise “la Ceinture et la Route”. Avec le Japon et d’autres partenaires, Delhi a promu des initiatives de connectivité alternatives fondées sur « les normes, la bonne gouvernance, l’état de droit, l’ouverture, la transparence et l’égalité ».

L’Inde est susceptible de craindre qu’en laissant de côté ses homologues, les démocraties imparfaites, il deviendra plus difficile d’étoffer la vision d’un Indo-Pacifique libre et ouvert et de contrer l’influence politique croissante de la Chine dans la région. Comme prévu, Pékin utilise déjà la liste d’invitation controversée du sommet pour affirmer que la démocratie est un luxe ou une imposition occidental, incompatible avec les valeurs asiatiques, ou simplement un instrument stratégique américain. Un tel recul peut rendre plus difficile pour l’Inde de participer plus activement au programme de coopération démocratique mondiale, surtout s’il est dirigé par Washington.

Idées

Au-delà des opportunités et des préoccupations immédiates concernant le sommet, le sommet pourrait jouer un rôle important pour que l’Inde assume un rôle de premier plan dans la coopération démocratique mondiale.

Plutôt que les aspects procéduraux et géopolitiques du sommet, y compris l’agenda plutôt négatif pour contrer l’autoritarisme et d’autres menaces, l’Inde serait probablement beaucoup plus enthousiaste à l’idée d’un agenda positif sur la manière dont la démocratie peut améliorer le développement. L’article 16 des objectifs de développement durable peut être un bon point de départ pour une discussion menée par l’Inde sur le développement inclusif par le biais d’institutions efficaces, responsables et transparentes. Lors de l’anniversaire ministériel de 2020 de la Communauté des démocraties, l’Inde a souligné « l’interdépendance entre la démocratie et le développement ».

Un autre domaine d’intérêt concerne la manière dont les nouveaux instruments numériques peuvent aider à réformer le système judiciaire, accroître la participation civique et améliorer l’efficacité institutionnelle, la participation civique et la réactivité. Le rôle transformateur de la technologie offre également un terrain fertile pour la coopération dans les secteurs de l’éducation et de la santé, y compris un programme centré sur les droits. L’Inde a vivement engagé d’autres démocraties sur la façon de gouverner et de réglementer le domaine numérique pour équilibrer la confidentialité, l’économie de marché et les intérêts de sécurité de l’État. Modi a récemment appelé à une approche démocratique coopérative pour sécuriser les crypto-monnaies.

Alors que l’Inde continuera d’accueillir les dialogues internationaux sur l’amélioration de la gestion des élections et la réforme des procédures parlementaires, elle est également de plus en plus ouverte à l’échange d’expériences sur la manière de lutter contre la désinformation financée par l’État ou la radicalisation en ligne. Même en ce qui concerne les droits de l’homme, il peut y avoir une certaine marge de progrès, comme l’indique la récente reprise du dialogue de l’Inde avec l’Union européenne et la volonté de renforcer la coopération aux Nations Unies.

Enfin, le sommet pourrait également pousser l’Inde à jouer un rôle important dans la promotion de la coopération démocratique par elle-même. Une idée serait que le gouvernement indien organise un Dialogue sur le développement démocratique de Delhi (4D), en ligne avec son accent croissant sur la coopération Sud-Sud. Une autre possibilité serait de relancer le dialogue interdémocratique Inde-Brésil-Afrique du Sud (IBSA). Pour Delhi, le Sommet pour la démocratie sera un indicateur important pour évaluer si Washington est disposé à laisser d’autres démocraties non occidentales comme l’Inde gérer la coopération démocratique.



La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire