Interview : l’Ouzbékistan, un acteur actif du système commercial mondial

0
132

New Europe, dans une interview exclusive lors du premier Forum international sur l’investissement de Tachkent, s’est entretenu avec Laziz Kudratovpremier vice-ministre ouzbek pour l’investissement et le commerce, à propos de la coopération avec des partenaires importants comme l’Europe, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’OMC.

Nouvelle Europe : Pouvez-vous me parler des relations avec l’UE ? L’Ouzbékistan bénéficie du SPG+ mais il y a aussi des discussions sur d’autres accords.

Laziz Kudratov : L’année dernière, en avril, mon pays est devenu bénéficiaire du système SPG +, cela nous a ouvert de grandes opportunités, d’abord cela nous a donné accès au très grand marché de consommation européen et bien sûr cela nous aidera à augmenter nos exportations et nous permettra diversifier nos exportations vers de nouveaux marchés haut de gamme.

Bien sûr, cela demande à nos exportateurs de s’adapter et à nos fabricants d’élever leur production à un nouveau niveau afin que leur produit puisse répondre aux attentes, aux normes et aux exigences des consommateurs de l’UE. C’est une grande opportunité mais c’est aussi une grande responsabilité c’est pourquoi nous avons commencé à mettre en place des programmes spéciaux adaptés à nos fabricants et exportateurs, il est essentiel de les former afin qu’ils comprennent les exigences de l’accès de l’UE au marché mais également sur les normes nécessaires en termes d’étiquetage et de qualité. Nous voyons déjà que l’exportation de l’Ouzbékistan vers l’Europe se développe spécifiquement : textile, agriculture, produits chimiques et certains produits métalliques. L’Ouzbékistan a donc avec le SGP l’obligation de respecter les conventions internationales sur les droits de l’homme, la société libre et c’est exactement ce sur quoi porte la politique de mon pays.

Lors de la session plénière du Forum international d’investissement de Tachkent, le président de l’Ouzbékistan Chavkat Mirzioïev a fait un message fort et engagé à développer une société libre, il a déclaré que l’idée principale derrière toutes ses réformes est de “assurer la propriété et le respect de l’être humain”, telle est la principale devise de notre président. Avec l’UE, mon pays est également en train de discuter et de finaliser l’accord de coopération de partenariat renforcé (EPCA), nous espérons bientôt un dernier cycle de discussions et de négociations sur le document, nous sommes très optimistes pour la signature finale.

Dès que nous serons prêts pour cela, nous prévoyons également d’organiser une visite de notre Président à Bruxelles pour parapher ce document. L’UE est l’une des plus grandes destinations d’exportation et une source d’investissements, de technologies et de savoir-faire qui permettent à notre économie d’être plus compétitive. Nous nous engageons à renforcer notre coopération avec l’UE et à amener davantage d’entreprises de l’UE à faire des affaires et à opérer dans notre pays.

NE: Il y a aussi l’accession à l’OMC parmi vos priorités. Pouvez-vous me donner une mise à jour ?

PAGE:Nous avons un vice-ministre dédié uniquement à notre adhésion à l’OMC, lorsque le président Mirziyoyev est venu il a compris la nécessité pour l’économie ouzbèke d’être intégrée dans le système commercial mondial, il a alors chargé le gouvernement d’assurer l’adhésion de notre pays à cette organisation prochainement . Nous prévoyons d’avoir la prochaine série de groupes de travail pour notre adhésion, espérons-le en avril, puis des discussions parallèles ont commencé avec tous les membres de l’OMC, l’objectif principal de ces discussions étant d’obtenir leur consentement. Je pense qu’il nous faut un an ou deux pour finaliser le processus. Bien sûr, cette voie ne devrait pas nuire à notre économie, c’est pourquoi nous négocions pour que nos produits manufacturés puissent bénéficier de l’adhésion à l’OMC.

NE: Quels sont les nouveaux outils qui pourraient attirer les investisseurs en Ouzbékistan ? Existe-t-il des avantages fiscaux spécifiques ?

PAGE:Nous concevons un système fiscal favorable aux entreprises, c’est la tâche confiée par le président à l’autorité compétente, il leur a demandé d’être amis et partisans des entrepreneurs et de ne pas les punir pour leurs erreurs mais plutôt de les guider. Si notre agent des impôts voit qu’il fait des erreurs, il ne devrait pas lui imposer de pénalités, il devrait simplement le guider pour qu’il soit plus efficace. Un changement de mentalité de notre fiscalité s’impose.

Le rapport Doing Business de la Banque mondiale était pertinent il y a deux ou trois ans, mais à cette époque l’Ouzbékistan figurait parmi les 10 premiers pays en termes de facilité de création d’entreprise. Vous pouvez le faire en ligne et en 15 minutes vous pouvez vous rendre avec votre passeport au guichet unique que vous trouverez partout. Un autre mécanisme que nous avons, ce sont les zones économiques franches, les zones industrielles de chaque région, les résidents des zones bénéficient d’avantages fiscaux et douaniers. Ils obtiennent des terres, branchent l’infrastructure, ils se connectent à tous les services publics. Nous avons eu de bons résultats et il y a eu une croissance des entreprises étrangères dans les zones économiques franches, puis afin de soutenir la mise en place de projets à grande échelle, nous avons mis en place le Fonds d’investissement direct ouzbek qui couvre les risques des investisseurs dans notre pays. Ils apportent des fonds propres et ils co-investissent jusqu’à 49%, nous comprenons les difficultés des primo-investisseurs, ce fonds a été créé il y a un an pour redonner confiance aux investisseurs étrangers, l’état peut être partenaire et partager le risque ensemble.

Mon pays veut l’augmentation des zones économiques franches (FEZ) parce que nous en voyons le besoin, nous en avons récemment construit une à Tachkent et une autre est en construction à côté de la frontière avec l’Afghanistan. Maintenant, nous avons des problèmes de connectivité avec le Pakistan et il y a une forte demande de produits en provenance d’Ouzbékistan.

NE : Vous faites alors partie de la « route de la soie », avez-vous des nouvelles ?

PAGE: Nous essayons de faire revivre cette ancienne route en poussant sur de nouveaux projets d’infrastructure, un projet est le chemin de fer qui reliera la Chine à l’Ouzbékistan, maintenant avec le nouveau gouvernement au Kirghizistan, ils se sont également engagés, nous passerons bientôt à la phase pratique avec une étude de faisabilité et espérons que nous mobiliserons également des financements internationaux pour construire ce nouveau chemin de fer. Un autre grand projet d’infrastructure est entre Termez et la frontière avec le Pakistan, un chemin de fer de 700 km qui reliera d’énormes marchés d’Asie du Sud, dont l’Inde, le Bangladesh et le Pakistan, à l’Asie centrale et à l’Europe. Par exemple, les marchandises en provenance d’Inde pourront atteindre l’Europe deux semaines plus vite et cela coûtera 20 à 30 % moins cher.

NE: Pensez-vous qu’à l’avenir, il serait possible de commencer à parler d’un accord de libre-échange Ouzbékistan-UE ?

PAGE: Oui, pourquoi pas, l’Ouzbékistan veut faire partie du système commercial mondial, nous avons entamé des négociations pour un ALE avec la Corée le mois dernier et nous avons conclu un accord sur le commerce préférentiel avec le Pakistan. Un ALE avec l’UE ne sera pas une tâche facile, mais je pense qu’il pourrait être intéressant de l’explorer au moins. Nous devrons d’abord faire des recherches et des analyses, puis passer à une décision.

NE: Que pensez-vous des relations commerciales avec les États-Unis et le Royaume-Uni ?

PAGE:Avec le Royaume-Uni, nous avons réussi à être le premier pays à signer un SPG renforcé, avec le marché américain, bien sûr, la situation géographique a un impact négatif sur le commerce, mais nous constatons néanmoins un plus grand intérêt en termes d’approvisionnement en produits textiles en Ouzbékistan. Nous ne voulons donc pas nous limiter au textile, nous avons déjà des approvisionnements en produits chimiques, matériels et alimentaires. Nous sommes intéressés d’avoir plus d’entreprises américaines ici, il y a quelques semaines, nous avons visité les États-Unis et avons parlé à des entreprises, des banques, elles découvrent notre pays. Maintenant, il est essentiel d’informer plus agressivement les investisseurs en Europe et aux États-Unis sur les opportunités que mon pays peut offrir, nous comprenons qu’il y a un manque d’informations appropriées sur l’Ouzbékistan, raison pour laquelle le soutien des médias est nécessaire maintenant.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire