La famille Marx visite la Commune

0
215

Leslie Cunningham passe en revue un nouveau morceau de politique-fiction, imaginant Karl et Jenny Marx visitant la Commune de Paris. Marx à Paris fournit une excellente introduction à la fois à la Commune et à sa signification politique pour les socialistes d’aujourd’hui.

Olivier Besancenot et Michael Löwy, Marx à Paris. Todd Chrétien, trad. (Chicago: Haymarket Books. 2022) 100pp. Prix ​​de vente conseillé de 12,99 £.

Ce court ouvrage (100 pages) se présente comme un « document trouvé », un carnet bleu découvert dans une malle contenant des objets ayant appartenu à Jenny Marx, la fille de Karl Marx. Il détaille une visite top secrète effectuée par Jenny et son père à Paris en avril 1871, alors que la Commune de Paris était à son apogée. Dans la Postface du livre, il est révélé que Marx à Paris est, en fait, une œuvre de « fiction politique ». Le cahier n’a jamais existé. Au lieu de cela, le but des auteurs était « de faire vivre et de rendre tangible, à travers notre imagination, l’intérêt passionné de Karl Marx pour la Commune de 1871 et ses protagonistes, ainsi que son extraordinaire capacité à apprendre de l’événement. Pour Marx, la Commune était un exercice vivant de théorie et de pratique socialistes qu’il mettrait sur papier dans l’une de ses plus grandes œuvres, La guerre civile en France.

Marx à Paris doit être loué pour avoir donné vie au genre de discussions et de débats qui ont eu lieu entre ceux qui ont vécu le tout premier cas de travailleurs non seulement renversant un régime autocratique (comme dans la Révolution haïtienne et française, ainsi que les soulèvements ultérieurs en 1830 et 1848), mais aussi en s’efforçant consciemment de créer un nouveau type de société. L’esprit anticolonialiste et internationaliste de la Commune est mis en exergue, tout comme le rôle moteur joué par les femmes, et leur refus de se cantonner à la traditionnelle « sphère féminine » d’accompagnement et de prise en charge des hommes qui menaient la défense armée de la Commune contre la classe dirigeante française en disgrâce et la bourgeoisie terrifiée, qui avaient fui à Versailles.

Le fait que deux des huit chapitres s’intitulent « Elisabeth Dmitrieff et l’Union des femmes » et « Rencontre avec Louise Michel » indique la reconnaissance par les auteurs du rôle prépondérant joué dans la Commune, non seulement par une anarchiste d’une vingtaine d’années et une redoutable institutrice, mais par toutes les femmes impliquées dans « la fête des opprimés ». Il est tentant de suggérer que si les femmes communards avaient eu plus de pouvoir sur le cours des événements (on leur refusait toujours le droit de vote), des actions plus décisives auraient pu éviter le bain de sang qui a suivi la défaite de la Commune en mai.

Parmi les autres personnalités éminentes engagées dans la conversation par Karl et Jenny (qui, ce qui est encourageant, ne s’en remet pas souvent à son père lorsqu’il s’agit de débattre de questions politiques), citons Charles Longuet, Eugene Varlin et Leo Frankel, un révolutionnaire hongrois avec qui Karl et Jenny restent jusqu’à ce que leur aventure soit interrompue par une pièce de propagande noire de Versailles selon laquelle le machiavélique Karl Marx tire les ficelles de ses marionnettes, les Communards.

Compte tenu de la prémisse, une grande partie de Marx à Paris est prise par la nécessité du secret et du déguisement, par exemple, Jenny persuade son père de se teindre les cheveux et de se raser la barbe. Cela explique sans doute le manque relatif d’interaction conversationnelle directe entre Karl et Jenny Marx et les gens “ordinaires” impliqués dans la Commune, ce qui aurait rendu le livre moins centré sur les “grands noms”, et, peut-être, un peu moins écrasant. sérieux de ton. La majorité des moments humoristiques étaient dus à des erreurs de traduction ou de sous-édition.

Vu le cri populaire « La Commune ou la mort ! (La Commune ou la mort !), on comprend que Marx à Paris s’écarte rarement d’une approche quelque peu révérencielle de ce qui, après tout, est l’un des événements les plus significatifs et les plus inspirants de l’histoire internationale de la classe ouvrière. Espérons que cette courte fiction politique aidera plus de gens à connaître et à célébrer la Commune de Paris. Cela vaut la peine de lire ce livre pour cette seule raison.

La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire