La gauche canadienne ne devrait pas céder la politique populiste à la droite

0
46

Il y a deux mois, un convoi de camionneurs extrémistes et leurs alliés ont occupé Ottawa. Pendant la majeure partie du mois de février, la capitale du pays a été assiégée, les occupants harcelant les habitants tandis qu’un service de police complaisant, crédule et souvent sympathique ne faisait rien. Une communication et une planification médiocres entre les gouvernements locaux, provinciaux et fédéral ont permis aux occupants des convois de se retrancher davantage.

Les occupants étaient apparemment en ville au nom de la fin des mandats de vaccination. En fait, ils étaient là au service de divers griefs et engagements qui couvraient toute la gamme des restrictions COVID et des problèmes de main-d’œuvre et d’abordabilité au nationalisme blanc flagrant. Le cadre promotionnel fourre-tout des occupants était le nom abstrait préféré de la droite : liberté.

Maintenant, un autre convoi est organisé, Rolling Thunder Ottawa, qui doit descendre sur la Colline du Parlement le 29 avril. Il reste à voir si quelque chose sortira de cette manifestation imitée. Il se peut que les énergies du Freedom Convoy aient été épuisées, du moins pour le moment. En mars, le convoi a fait une brève tournée autour d’Ottawa, mais n’a pas réussi à attirer l’attention des médias ni à engager de nombreux participants. Néanmoins, la menace de la résurgence des occupants doit être prise au sérieux. Il en va de même pour le fait que, bien qu’ils aient quitté Ottawa, les membres du convoi sont toujours là, nourrissant leurs griefs, liés les uns aux autres sur les réseaux sociaux et par des outils d’organisation.

Certains des occupants, sans aucun doute, ont afflué vers la campagne à la direction du Parti conservateur de Pierre Poilievre, un incendiaire idéologique quasi populiste engagé dans la politique libertaire du thatchérisme. En février, Poilievre a déclaré : « Je suis fier des camionneurs et je suis avec eux. Sa campagne est anti-étatiste, anti-taxe, anti-mandat et pro-pétrole et gaz – apparemment conçue sur mesure pour la foule des occupants.

Poilievre parle également de la colère, de la frustration, de l’anxiété et des griefs des jeunes Canadiens, en particulier en ce qui concerne l’abordabilité du logement. Des millions de Canadiens ont été exclus des marchés de la propriété et de la location tandis que le pays bégaie sur l’offre, permet au grand capital d’acheter des unités à loisir et refuse de construire suffisamment d’unités non marchandes et publiques.

Au cours de la pandémie, la gauche a largement manqué à l’appel. Jusqu’à présent, aucune force politique n’a contesté la montée de Poilievre. Alors que lui et le mouvement de convoi caché s’appuient sur leurs affinités communes, la gauche semble avoir abandonné le terrain. La gauche institutionnelle du Canada — dans la mesure où elle existe — semble incapable ou peu disposée à parler aux impulsions populistes de ceux qui sont attirés par le mouvement mais qui sont peut-être encore joignables. Il a ainsi laissé un espace politique mûr pour un programme pro-jeunes et pro-travailleurs entre les mains d’opérateurs cyniques de droite.

Les organisateurs du convoi et leurs partisans, ainsi que Poilievre et les siens, profitent politiquement de problèmes qui sont normalement le pain quotidien de la gauche – des problèmes tels que les bons emplois, le logement, les soins de santé et les congés de maladie. Alors que beaucoup de ceux qui soutiennent la politique des convois peuvent être hors de portée – des extrémistes avec lesquels on ne peut ni raisonner ni convertir – il serait insensé pour la gauche de céder entièrement ce terrain. En effet, la gauche devrait poursuivre une politique de conversion, une politique qui puisse rediriger la colère de ces gens. Dans un article qui prônait « un populisme de gauche inclusif », Emma Jackson a conseillé exactement cette politique et a exposé les leçons que la gauche peut tirer du convoi.

Tout comme les démocrates de Reagan dans les années 1980 – les électeurs de la classe ouvrière qui ont abandonné le Parti démocrate pour Ronald Reagan – les travailleurs mécontents affluent maintenant pour soutenir les Thatchériens comme Poilievre qui promettent la « liberté ». Il s’agit d’une cohorte d’électeurs qui recherchent un foyer politique qui leur offrira des solutions aux innombrables problèmes auxquels ils sont confrontés au jour le jour. La gauche ne semble pas intéressée à leur proposer des solutions. En conséquence, ils ne se tournent plus vers la gauche pour une maison. Et la droite est heureuse de leur faire la sérénade de son chant des sirènes.

Cela n’aide pas, bien sûr, qu’au Canada la classe des consultants domine le parti social-démocrate du pays, comme l’a soutenu Martin Lukacs dans sa critique de l’accord de soutien parlementaire du Nouveau Parti démocratique avec les libéraux au pouvoir. Le NPD semble terrifié par sa propre ombre et effrayé par la politique socialiste – même effrayé par le mot lui-même. Le groupe semble plus intéressé à demander : « Pourquoi ne pouvons-nous pas tous nous entendre ? » qu’à jeter son chapeau sur le ring de la contestation politique et à se battre pour les électeurs de gauche.

Pire encore, le parti est également déchiré par des intérêts provinciaux concurrents dans des juridictions où il peut former le gouvernement en gravitant vers le centre et en cédant aux intérêts du capital et de l’industrie, comme l’industrie pétrolière et gazière en Alberta. De temps en temps, le parti conclut des marchés faustiens pour de petits gains – comme le premier ministre néo-démocrate John Horgan soutenant le barrage du site C en Colombie-Britannique – mais à long terme, ces marchés sapent toute chance de parvenir à un mouvement de gauche cohérent à travers le pays. De tels accords sapent souvent la mobilisation populaire et coupent le souffle de tout appareil intellectuel et organisationnel qui pourrait les soutenir. De ce fait, le parti est incapable de répondre aux difficultés politiques du jour. Le parti est bloqué à l’extérieur et regarde à l’intérieur, tandis que les électeurs sont pris, un par un, par des alternatives peu recommandables à une politique de gauche sans vergogne de reconnaissance de la colère et de résolution de problèmes.

Pour atteindre de nouveaux électeurs, la gauche doit résoudre au moins deux problèmes. La première consiste à trouver un moyen d’atteindre les travailleurs et les communautés mécontents sans céder un pouce aux racistes, sexistes, xénophobes, homophobes et à quiconque pratique la politique d’exclusion identitaire. La seconde est de résister à l’envie de recourir à la politique libérale de la « troisième voie ». La réponse du Parti démocrate au républicanisme de Reagan aux États-Unis et le cheminement du Parti travailliste vers le pouvoir au Royaume-Uni dans les années 1990 ne nous offrent d’autres leçons que ce que ne pas faire. De la même manière qu’elles n’ont pas réussi à résoudre les problèmes du passé, les politiques de la troisième voie ne résoudront pas les problèmes contemporains.

La gauche endormie du Canada doit trouver un moyen de se connecter et de convertir les jeunes électeurs mécontents et les populistes plus âgés et en colère. C’est le seul moyen de prévenir les politiques de repli, de haine et de violence extrémiste qui accompagnent si souvent les moments de conflits politiques causés par des difficultés généralisées. Mais cela nécessite un engagement sans vergogne envers la politique socialiste de gauche fondée sur le transfert du pouvoir du marché aux travailleurs et l’expansion de l’État-providence au-delà des contraintes de l’orthodoxie libérale dans un programme de transformation structurelle. Le meilleur moment pour adopter un tel programme était avant la montée du populisme toxique et du libertarianisme thatchérien. Le deuxième meilleur moment est maintenant.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire