La liquidation de Powershop montre que le marché libre n’arrêtera pas le changement climatique

0
175

Depuis son lancement en 2012, Powershop Australia s’est présenté non seulement comme un fournisseur d’énergie propre, mais comme un allié dans la lutte contre le changement climatique. Grâce en partie au soutien d’ONG vertes – et à l’accès à leurs listes de distribution – Powershop a construit une clientèle de 185 000 personnes au cours des dix dernières années.

En novembre de cette année, Shell a annoncé qu’elle allait acquérir la société d’énergie verte, ainsi que tous ses clients. Shell est l’un des plus grands méchants du climat et des droits de l’homme au monde. Sans surprise, cette décision a provoqué un tollé de la part des clients et des défenseurs de Powershop.

La trahison de Powershop met en évidence non seulement les risques d’un partenariat avec des capitaux privés, mais aussi les limites de l’activisme des consommateurs et du lobbying des entreprises en tant que stratégies pour éviter une catastrophe climatique. Le mouvement climatique doit tirer les leçons de cette erreur et éviter d’être séduit par la promesse de raccourcis induits par le marché.

GetUp, un groupe de campagne de centre-gauche, a été la première organisation à s’associer à Powershop en 2014. Ils ont mené une campagne sous le slogan « Better Power », qui promettait de mobiliser le « pouvoir collectif des consommateurs » des partisans du groupe pour défendre les énergies renouvelables australiennes Energy Target (RET) du gouvernement conservateur Tony Abbott, alors récemment élu.

Le discours de GetUp était le suivant : les trois plus grands détaillants d’énergie d’Australie – Origin Energy, AGL et Energy Australia – faisaient pression sur le gouvernement pour abaisser le RET. En passant à Powershop, GetUp a proposé que sa base de support puisse « avoir un impact positif sur les marchés en soutenant les entreprises qui partagent nos valeurs ». En retour, Powershop paierait à GetUp une commission pour chaque personne inscrite. GetUp a promis d’utiliser ces fonds pour “soutenir les énergies renouvelables et faire campagne contre le charbon sale et le gaz de veine de charbon”.

GetUp affirme avoir persuadé environ 20 000 personnes de passer à Powershop à la suite de leur campagne, gagnant environ 2 millions de dollars de commissions au cours du processus. Signalant l’engagement continu de GetUp dans le partenariat, le directeur exécutif de l’époque, Sam McLean, a qualifié l’accord avec Powershop de « nouveau modèle de campagne [and] une forme d’action directe tangible (nos soutiens) prennent. C’est une tactique que nous n’avons jamais utilisée jusqu’à l’année dernière environ, et elle fonctionne.

Bientôt, d’autres organisations ont conclu des partenariats similaires avec Powershop, notamment CERES, Oxfam et Environment Victoria.

L’idée que l’on puisse utiliser l’activisme des consommateurs pour influencer la politique politique est invraisemblable dans le meilleur des cas – et 2015 était loin d’être le meilleur des temps. Lorsque le Premier ministre Tony Abbott a réussi à négocier une réduction du RET avec l’opposition du Parti travailliste, cela a porté un coup dur aux espoirs du mouvement climatique d’influencer le Parlement.

Meurtris par la campagne réussie d’Abbott contre la tarification du carbone, de larges pans du mouvement climatique ont rejoint le repli de GetUp dans des campagnes axées sur les consommateurs visant à influencer le comportement des entreprises. Comme le Papier du samedi signalé à l’époque :

À un moment où le gouvernement Abbott revient sur les modestes mesures que l’Australie a prises pour réduire les émissions et les mesures de démantèlement soutenant le développement des énergies propres, les organisateurs de la campagne pour le climat saisissent l’idée que l’action la plus efficace qui s’offre à eux est de persuader leurs électeurs de voter avec leurs portefeuilles.

Le sort de Powershop est la preuve que cette stratégie désespérée est une impasse. Loin de faire pression sur Shell pour qu’il nettoie son acte, Powershop et ses bailleurs de fonds ont remis à la compagnie pétrolière une campagne de marketing prête à l’emploi et éco-blanchie.

C’est un pas en arrière pour le mouvement écologiste. Des documents internes divulgués montrent que Shell était à la fois consciente des risques du réchauffement climatique dès 1988 et comprenait parfaitement leur rôle dans son origine. Comme Exxon, les documents internes de Shell n’ont jamais contesté les liens entre leur produit et la dévastation environnementale à l’échelle de la planète. Malgré cela, ils continuent de financer des groupes de pression et de négationnisme climatique, pour retarder des réglementations même modestes.

Alors que Shell prétend que l’achat de Powershop fait partie de leurs efforts pour devenir une entreprise d’énergie propre, la nouvelle acquisition représente une partie immatériellement petite de leur portefeuille, qui est encore en grande partie de l’énergie sale.

L’achat de Powershop par Shell démontre la futilité des campagnes axées sur les consommateurs et les entreprises contre les combustibles fossiles. Au lieu de rêver que le capitalisme peut être exploité, le mouvement climatique doit redoubler de concentration sur l’action politique de masse.

Si le travail de décarbonisation de l’économie est laissé aux financiers et aux forces du marché, la transition des combustibles fossiles ne se fera pas seulement trop lentement, elle ravagera également les communautés et nuira aux moyens de subsistance des travailleurs. Lorsque les décisions concernant notre production d’énergie sont prises dans les conseils d’administration des entreprises, les travailleurs et les communautés doivent réparer les dégâts, souvent sans avertissement et avec un soutien limité du gouvernement. Pour que la décarbonation soit efficace et juste, elle nécessitera, à tout le moins, une forte intervention de l’État et bien plus que des petits coups de pouce législatifs ou technocratiques du marché.

Gagner – et plus tard, défendre – le genre de projet de gouvernance de plusieurs décennies requis pour résoudre la crise climatique devrait être la priorité numéro un du mouvement environnemental. Construire le pouvoir politique nécessaire nécessitera une organisation soutenue et un engagement à construire les structures et l’infrastructure politique capables de conserver les connaissances, de former des dirigeants et de soutenir nos mouvements tout en survivant aux attaques politiques. Ce n’est que par une organisation collective soutenue que nous pourrons rallier un soutien de masse aux politiques climatiques nationales et finalement gagner le pouvoir politique en coalition avec les syndicats et d’autres mouvements.

La campagne réussie de Tony Abbott contre un prix du carbone a démontré les limites des approches centristes, politiques et technocratiques. Les lobbyistes des énergies fossiles et leurs représentants politiques trouvent qu’il est facile de décrire les politiques technocratiques telles que les taxes sur le carbone, les systèmes d’échange de droits d’émission ou les objectifs de réduction des émissions « comme des politiques qui font appel aux intérêts d’une nouvelle classe d’élites libérales tout en nuisant aux travailleurs ordinaires ».

Cela explique en partie pourquoi les politiques climatiques technocratiques se sont révélées impopulaires et difficiles à défendre, malgré un soutien toujours élevé à l’action climatique. Les politiques qui reposent sur des objectifs abstraits ou des mécanismes qui n’améliorent pas concrètement la vie des gens sont vulnérables aux campagnes de désinformation du lobby des combustibles fossiles sur la science ou les impacts économiques négatifs. Au pire, si le mouvement climatique ne parvient pas à lutter contre les impacts économiques de la décarbonisation, il peut par inadvertance pousser des personnes qui ressentent déjà le stress d’une précarité croissante vers des escrocs de droite qui prétendent se soucier de leurs moyens de subsistance.

Une trop grande partie de l’attention du mouvement climatique existant est divisée entre des projets locaux au coup par coup, des instruments politiques technocratiques et des efforts de lobbying des entreprises. Ces efforts ne seront pas suffisants pour résoudre la crise à la vitesse et à l’échelle nécessaires.

Les obstacles à la mobilisation d’un pouvoir politique suffisant sont importants, mais le secteur privé ne nous aidera pas à les contourner. Travailler avec les banques et les investisseurs pour mettre en œuvre des politiques de décarbonation ne peut qu’exacerber le mythe selon lequel le mouvement climatique est mené par une élite urbaine indifférente aux difficultés rencontrées par les travailleurs.

Au contraire, le mouvement climatique devrait chercher à renforcer la solidarité au sein de la classe ouvrière pour résister au pouvoir du capital privé de prendre unilatéralement des décisions concernant notre avenir collectif. Si nous voulons créer un mouvement de masse capable d’exercer un véritable pouvoir politique, nous devons plaider en faveur de politiques climatiques qui non seulement réduisent les émissions, mais améliorent évidemment et concrètement la vie de la classe ouvrière aujourd’hui et à l’avenir.

Les fournisseurs d’énergie alternative peuvent avoir un rôle à jouer, mais seulement s’ils sont détenus démocratiquement et gardent le pouvoir entre les mains de leurs membres. C’est le cas de Cooperative Power, une coopérative d’énergie verte soutenue par le syndicat, et d’Indigo Power, une coopérative d’énergie renouvelable au service des communautés régionales du nord-est de Victoria. Cependant, le mouvement climatique doit être clair sur le fait qu’un changement significatif nécessitera une organisation continue pour remettre en question la logique politique et économique qui a conduit au changement climatique en premier lieu.

À cet égard, le mouvement Sunrise et l’alignement émergent du Green New Deal aux États-Unis offrent des leçons à leurs homologues australiens en herbe. Nous devons combiner la protestation avec le travail politique en cours. Cela implique, comme Matt Huber l’a soutenu dans Jacobin, lier la décarbonation

directement à l’investissement public et aux avantages matériels visibles pour la classe ouvrière – et, ce faisant, assembler le bloc majoritaire nécessaire pour à la fois adopter un programme climatique et empêcher l’avancée de la droite.

Gagner la bataille politique contre le pouvoir des entreprises ne sera pas facile. Les institutions de la classe ouvrière sont faibles, l’engagement populaire dans la politique est à son plus bas niveau et nous sommes confrontés à l’opposition d’une droite populiste revitalisée par le mouvement anti-vaccin. Cependant, il n’y a pas de raccourci. Les alliés les plus puissants du mouvement climatique se trouvent sur les lieux de travail à travers le pays, et non dans les conseils d’administration des entreprises.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire