La police indienne réprime les manifestations contre les remarques du Prophète | Nouvelles

0
45

New Delhi, Inde – Deux adolescents ont été tués dans des violences alors que la police réprimait les manifestations qui ont éclaté dans tout le pays à la suite de remarques désobligeantes contre le prophète Mahomet de la part de deux membres du parti au pouvoir Bharatiya Janata (BJP).

Les familles de Mudasir, 14 ans, et Sahil Ansari, 19 ans, ont confirmé la mort à Al Jazeera, alléguant que la police a utilisé une force disproportionnée contre les manifestants qui ont défilé à Ranchi, capitale de l’État du Jharkhand oriental, après les prières du vendredi exigeant l’arrestation de deux responsables du BJP. .

Des dizaines de manifestants ont été blessés après que les manifestations soient devenues violentes. Un officier supérieur de la police de Ranchi a également été blessé, selon les médias locaux. Un témoin a déclaré à Al Jazeera que la situation s’est aggravée après que les hindous ont organisé des contre-manifestations.

Plusieurs appels à la police de Ranchi sont restés sans réponse.

Le BJP a suspendu sa porte-parole Nupur Sharma pour avoir tenu des propos insultants contre le prophète de l’islam et expulsé un autre dirigeant, Naveen Jindal, pour son tweet anti-islam après une réaction diplomatique des pays musulmans.

Le parti nationaliste hindou a déclaré que les remarques offensantes ne reflétaient pas la position du gouvernement et que les commentaires avaient été tenus par des “éléments marginaux”.

Mudasir a reçu une balle dans la tête par la police et il a succombé à ses blessures à l’Institut des sciences médicales de Rajendra, a déclaré son oncle Shahid Ayyubi à Al Jazeera.

Le frère de Sahil, Faizan, a déclaré qu’il avait été touché par une balle dans le dos alors qu’il rentrait chez lui après la prière.

“La balle lui a rompu le rein et il est mort à l’hôpital après un certain temps”, a déclaré Faizan à Al Jazeera, ajoutant que son frère ne faisait même pas partie des manifestations. Sahil dirigeait un atelier de réparation de batteries dans la ville.

Al Jazeera n’a pas pu vérifier de manière indépendante les affirmations de la famille. Cependant, une agence de presse locale a confirmé qu’ils étaient morts de blessures par balle.

Un officier de police de Ranchi a déclaré à l’agence de presse AFP : “La police a été forcée d’ouvrir le feu pour disperser les manifestants… entraînant la mort de deux personnes”.

“Le travail de la police est de protéger, pas de tirer”

Les corps de Mudasir et Sahil ont été remis aux familles alors que le gouvernement imposait des restrictions semblables à un couvre-feu, notamment la suspension des services Internet mobiles dans la ville, prétendument par mesure de sécurité.

“Mudasir était un enfant, à peine 14 ans, attendant son résultat à l’examen matriciel”, a déclaré Ayyubi, sa voix se brisant. “Il a participé aux manifestations et maintenant il n’est plus entre nous. Il était le seul enfant de ses parents. Nous sommes choqués.

La famille a exigé que le gouvernement mette en prison les « meurtriers de Mudasir et les punisse sévèrement ».

Des musulmans indiens brûlent une effigie avec des portraits de Nupur Sharma, le porte-parole du parti nationaliste hindou au pouvoir [Bikas Das/AP Photo]

Ayyubi a blâmé le gouvernement pour la violence, affirmant que la police avait “mal” géré la situation.

“Il y a mille façons de contrôler les manifestations civiles comme les canons à eau, les balles en caoutchouc, les tirs aériens mais ils tirent directement sur la tête et le corps”, a-t-il déclaré.

Irfan Ansari, un législateur musulman du Congrès, qui fait partie de la coalition au pouvoir dans l’État, a également critiqué le gouvernement pour la manière dont les manifestations ont été gérées. “Le travail de la police est de protéger, pas de tirer”, a-t-il déclaré dans un tweet en hindi remettant en question le style de travail du chef de la police de la ville.

Ansari a exigé une compensation de cinq millions de roupies (64 000 $) et un emploi gouvernemental chacun pour les familles du défunt.

Al Jazeera a tenté d’appeler Anshuman Kumar, surintendant de la police de la ville de Ranchi, pour obtenir une réponse, mais les appels n’ont pas répondu.

Les manifestations de vendredi contre les remarques contre le prophète ont été observées dans un certain nombre de villes et d’États, dont l’État du nord de l’Uttar Pradesh, le Bengale occidental, le Maharashtra et la capitale New Delhi. Les manifestations en Inde ont coïncidé avec d’énormes manifestations organisées en Asie du Sud contre des commentaires considérés comme insultants envers le prophète de l’islam et sa femme Aïcha.

Le parti de droite, qui a dénoncé les insultes de personnalités religieuses, a également demandé à ses porte-parole d’être “extrêmement prudents” sur les questions religieuses dans les “débats” sur les chaînes d’information indiennes.

La police de New Delhi a déposé jeudi des plaintes contre les deux membres du BJP et d’autres – dont un parlementaire et journaliste musulman – pour « incitation à la haine » et d’autres accusations.

« Acculé et traumatisé »

Les manifestations sont devenues violentes dans plusieurs endroits de l’Uttar Pradesh – l’État le plus peuplé de l’Inde – alors que la police a utilisé la force pour réprimer les manifestations.

À Prayagraj, dans l’Uttar Pradesh, des vidéos devenues virales sur les réseaux sociaux montraient des policiers frappant les manifestants avec des bâtons tout en arrêtant un certain nombre d’entre eux. Des scènes similaires ont été rapportées dans les villes de Moradabad et de Saharanpur où des musulmans sont descendus dans la rue pour exiger l’arrestation de Sharma et Jindal.

La police de l’État a arrêté plus de 200 personnes, dont des militants de la communauté musulmane.

Les données partagées par la police avec Al Jazeera ont montré que 48 personnes ont été arrêtées à Saharanpur, 68 à Prayagraj, 50 à Hathras, 25 à Moradabad, huit à Ferozabad et 28 à Ambedkarnagar.

La police de Prayagraj, anciennement connue sous le nom d’Allahabad, a mené des descentes nocturnes au domicile de la dirigeante étudiante Afreen Fatima, arrêtant son père Mohammad Javed, sa mère et sa sœur.

“Un groupe de policiers est d’abord venu vers 20h30 et a emmené mon père, puis ils sont arrivés à 23h30 et ont arrêté ma mère et ma sœur. La troisième fois, ils sont venus à 2h30 du matin pour m’arrêter mais nous avons résisté et depuis lors, les policiers ont bouclé notre maison », a déclaré Fatima à Al Jazeera par téléphone.

« Nous ne sommes que des femmes et des enfants à la maison. Nous nous sentons coincés et traumatisés. La police nous a demandé de laisser la maison fermée à clé.

Les musulmans indiens bloquent la route alors qu'ils protestent contre le porte-parole du parti nationaliste hindou au pouvoir.
Les manifestations de vendredi contre les remarques contre le prophète ont été observées dans un certain nombre de villes et d’États, y compris l’État du nord de l’Uttar Pradesh, au Bengale occidental. [Bikas Das/AP]

Fatima a déclaré que la police accusait son père d’être le “cerveau des manifestations dans la ville”, une allégation qu’elle a rejetée. “Mon père n’a pas participé aux manifestations mais il est actif dans la société civile et une voix musulmane de premier plan dans la ville et c’est pourquoi il est pris pour cible.”

Elle a dit que la police ne leur avait pas dit où ils avaient emmené ses parents et sa sœur. « Je n’ai aucune idée de l’endroit où se trouvent mon père, ma mère et ma sœur. Je m’inquiète pour leur sécurité. Mon père est diabétique et il a besoin d’une injection d’insuline tous les soirs.

Les dirigeants de la communauté musulmane ont dénoncé l’usage “débridé” de la force par la police à Ranchi et dans l’Uttar Pradesh.

SQR Ilyas, président du Welfare Party of India, a déclaré que l’action de la police était “injustifiée” car les manifestations sont “un droit démocratique du peuple”.

Il a dit que les musulmans sont sortis dans les rues parce qu’ils ont été blessés par les insultes contre le Prophète.

“Au lieu de s’attaquer à la cause et d’arrêter les coupables, la police a eu recours au meurtre, à l’arrestation et au bulldozer des maisons de musulmans pauvres”, a déclaré Ilyas, mettant en doute le silence du Premier ministre Narendra Modi sur la question.

Cependant, le BJP au pouvoir a justifié les détentions alors que le porte-parole du parti, Alok Vats, a déclaré à Al Jazeera que les manifestants avaient eu recours aux jets de pierres.

« Tout le monde a le droit de manifester, mais vous ne pouvez pas jeter de pierres », a-t-il déclaré, exhortant les musulmans à faire preuve de patience et à laisser la loi suivre son cours.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/11/india-two-killed-during-protests-over-prophet-muhammad-remarks

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire