La rhétorique militante de Liz Truss est un autre signe que la Grande-Bretagne post-Brexit est dangereusement délirante – News 24

0
36

La campagne du ministre des Affaires étrangères contre la Chine et la Russie indique que Londres a perdu le complot

Par Timour Fomenkoanalyste politique

Néoconservatrice fanatique, la ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss présente les affaires du monde dans une lutte idéologique sans compromis entre « démocratie » et « autoritarisme ».

Elle semble également être accro à la ferveur de la guerre froide.

Son discours de mercredi soir à Londres frôle le désir de guerre contre la Russie et la Chine simultanément. En appelant d’abord au pousser la Russie de toute l’Ukraine”, Truss a décrit le conflit comme “notre guerre”, puis s’est tourné vers la Chine et a nargué Pékin en disant que sa montée “n’était pas inévitable”. exigeant qu’ils “jouent selon les règles” et même arguant que l’OTAN devrait défendre Taiwan dans une éventuelle éventualité. Truss a de nouveau appelé à un “réseau de liberté” et a exhorté à éviter les dépendances économiques vis-à-vis de pays indésirables (encore une référence à la Russie et à la Chine).

Mais, malheureusement pour Truss et malgré le climat dans lequel nous existons maintenant, aucune de ces rhétoriques gonflées n’a de fondement sérieux dans la réalité. Pourtant, si elle obtient ce qu’elle veut, les dangers potentiels sont existentiels : la rhétorique du ministre britannique des Affaires étrangères gâche un conflit direct non seulement contre un mais deux adversaires de la superpuissance nucléaire. Essayer d’évincer la Russie de la Crimée et empêcher la Chine de prendre Taïwan si elle décide de le faire sont deux scénarios qui pourraient entraîner une réponse militaire, potentiellement même nucléaire. Cela ne semble pas effrayer Truss, et les dirigeants européens ne seront probablement pas satisfaits de cela, même si ses maîtres à Washington seront ravis de l’entendre. Cependant, cela témoigne finalement d’une vérité plus large que l’orgueil et la vigueur nostalgique du Brexit poussent la Grande-Bretagne au bord d’une falaise, déposant sa politique étrangère de toute sorte de raison, de retenue, de modération ou de réalisme quant à sa place actuelle dans le monde.




L’histoire de la politique étrangère de la Grande-Bretagne depuis 1945 pourrait être résumée comme celle d’un Empire en déclin traversant des étapes de deuil. Si la crise de Suez représentait la colère et le déni, alors la tentative de la Grande-Bretagne d’adhérer à la Communauté économique européenne dans les années 1970 représentait la négociation et l’acceptation. Pourtant, cela n’a pas duré. L’identité exceptionnaliste anglophone de la Grande-Bretagne, aggravée bien sûr par le conditionnement géographique de la séparation d’avec l’Europe continentale, a produit une expérience historique très différente de celle de ses voisins. Alors que la France et l’Allemagne ont des souvenirs récents de la dévastation généralisée de siècles de guerres, la Grande-Bretagne, indemne et invaincue, voit son histoire comme celle du triomphe et n’a pas le pragmatisme de ses homologues.

En conséquence, l’Empire britannique s’est évanoui au lieu de faire face à une sorte de “compte”, ce qui signifie que l’opinion publique britannique n’a jamais été “réinitialisée” et continue de croire qu’elle était une force pour le bien, permettant à la droite politique de continuer à l’iconiser, et c’est précisément cette nostalgie de l’impérialisme qui s’est manifestée sous la forme du Brexit chez de nombreux membres du Parti conservateur. Étant donné en réalité que le Brexit lui-même n’a apporté aucun avantage économique, le gouvernement Johnson a cherché à compenser cela en doublant la rhétorique nationaliste et l’euphorie de “Britannia domine les vagues”. Le slogan de “Global Britain” est essentiellement un mot de code pour Empire, la connotation d’un pays à l’écart des querelles internes de la politique européenne qui poursuit plutôt des entreprises commerciales ambitieuses partout dans le monde et cherche à dominer militairement tout au nom de la morale et exceptionnalisme idéologique.


Il semble que l'Occident ne veuille pas la paix en Ukraine

Il n’est pas surprenant que cette rhétorique s’aggrave à mesure que l’environnement économique britannique se détériore. L’inflation est à son plus haut depuis 30 ans, les prix de l’énergie sont hors de contrôle, Covid-19 a saboté l’économie et, pire encore, le propre gouvernement de Boris est profondément impopulaire après avoir été secoué par une série de scandales toujours récurrents, et cherche quelles que soient les distractions qu’il peut rassembler. Dans ce contexte, et avec le conflit en Ukraine, est-il vraiment surprenant que Liz Truss soit autorisée à appeler du tonnerre à la guerre froide et, potentiellement, même à une guerre chaude ? Ce n’est pas une manifestation de la force de la Grande-Bretagne, aussi dangereux que puissent être ces commentaires, mais une démonstration des faiblesses de la Grande-Bretagne. Le gouvernement actuel n’a rien d’autre à faire que de faire appel au sentiment nationaliste et impérialiste en envisageant la possibilité d’une guerre avec d’autres grandes puissances et en invoquant la rhétorique historiquement offensante des guerres de l’opium contre la Chine. Mais la réalité est bien sûr différente. Truss ne l’admettra pas, mais le Royaume-Uni a besoin de la Chine en tant que partenaire économique post-Brexit essentiel, et bien sûr, nous savons tous qu’il n’y a aucune chance que la Russie soit chassée d’Ukraine. Il semble invraisemblable que malgré sa position et étant donné que même Boris lui-même n’est pas si fermement anti-Chine, qu’elle ait l’influence réelle pour réaliser à elle seule sa vision.

Ainsi, bien que cette rhétorique puisse être dangereuse, c’est aussi au mieux un discours vide de la part d’un gouvernement de plus en plus impopulaire qui veut faire le plus de bruit possible avant les élections locales, mais cela n’empêche pas Truss de faire le plus de dégâts possible à la Grande-Bretagne. debout dans le monde comme elle le peut dans ses propres aspirations pour le leadership d’abord. Pourtant, le fait que le ministre des Affaires étrangères ait été réduit à ce genre de discours est emblématique des problèmes plus larges auxquels la Grande-Bretagne est confrontée, un pays dont l’identité et les aspirations sont chroniquement déconnectées de la réalité. Ce n’est plus une projection de triomphe, mais une projection de malheurs.

Les déclarations, vues et opinions exprimées dans cette colonne sont uniquement celles de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celles de RT.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire