L’Allemagne détient la clé pour dissuader les mouvements russes contre l’Ukraine

0
264

Trente ans après le déclenchement des guerres yougoslaves, l’alliance occidentale est à nouveau confrontée à la possibilité d’un conflit armé majeur à la périphérie de l’Europe. La Russie de Vladimir Poutine a amassé un estimé 100 000 soldats près de la frontière ukrainienne. Les services de renseignement et les analystes occidentaux craignent qu’il ne se prépare à envahir bientôt.

Il y a un sentiment effrayant de déjà-vu à propos de tout cela. Dans la plupart des aspects clés, cependant, la situation d’aujourd’hui est nettement pire que celle d’il y a trois décennies.

Dans les années 1990, les États-Unis hésitaient à s’impliquer pour mettre fin à l’effusion de sang dans les Balkans. Pourtant, une fois qu’il a décidé d’intervenir, un sens de la responsabilité juste comme le vainqueur de la guerre froide l’a mené à bien, et ses alliés européens avec lui. Une Russie post-soviétique démoralisée et presque en faillite a gardé ses distances, mais la pression diplomatique de Moscou a aidé à forcer le dictateur serbe Slobodan Milošević à retirer ses forces de la province séparatiste du Kosovo, mettant ainsi fin à la guerre aérienne de l’OTAN contre Belgrade. L’Allemagne a participé à cette opération, mais seulement après un débat angoissant sur la question de savoir si son histoire le lui permettait.

Aujourd’hui, l’administration Biden se dit fermement attachée à la sécurité de l’Europe et à la souveraineté de l’Ukraine. Pourtant, il est paralysé par la polarisation politique et douloureusement conscient de son influence limitée sur un électorat las de la guerre et méfiant de la politique. Les quelques faucons restant à Washington sont focalisés au laser sur la Chine. La « retenue » trouve de plus en plus la faveur des deux partis. Le retrait tumultueux d’Afghanistan a endommagé la position américaine dans le monde et sapé la cohésion de l’alliance.

La Russie, quant à elle, a aidé la Biélorussie à militariser la migration vers l’Union européenne. Il a fait exploser l’un de ses satellites avec un missile, créant un champ de débris en orbite terrestre basse qui menace l’infrastructure spatiale de la mondialisation. L’entreprise publique Gazprom ne respecte pas ses engagements de remplir les installations de stockage de gaz en Allemagne, malgré des approvisionnements tendus et des prix en forte hausse. Poutine a récemment qualifié les combats dans la région est du Donbass en Ukraine, où la Russie a mené une guerre par procuration depuis 2014 qui a fait plus de 13 000 victimes, de « génocide ».

Une liste de souhaits de garanties de sécurité présentée par le Kremlin aux États-Unis et à l’OTAN la semaine dernière équivaut à un veto sur une nouvelle expansion de l’alliance, un retrait de toutes les armes nucléaires américaines en Europe, y compris les bombes B-61 en Allemagne, ainsi qu’un retrait militaire des territoires de l’ancien Pacte de Varsovie et de l’Union soviétique.

Il ne s’agit plus seulement de l’Ukraine. En effet, la Russie exige une sphère d’intérêt qui commence à la frontière orientale de l’Allemagne et la fin du partage nucléaire en Europe – des propositions inacceptables pour l’Occident. Même s’il ne s’agit que de manœuvres au bord du gouffre visant à provoquer des négociations diplomatiques ou un coup d’État à Kiev, c’est extrêmement risqué.

Mais il y a un autre 30e anniversaire cette année : celui de la dissolution de l’Union soviétique, le 26 décembre 1991. Dans un documentaire récemment diffusé, Poutine a qualifié cet événement de disparition de la « Russie historique », ajoutant qu’il l’avait forcé à travailler au clair de lune. en tant que chauffeur de taxi. Dans un essai publié en juin, il a nié la nationalité ukrainienne. Les procureurs russes ont décidé d’interdire Memorial, le groupe russe de défense des droits de l’homme dédié à la documentation des crimes du stalinisme. Et si Poutine l’historien amateur s’apprêtait à réécrire l’histoire ?

L’OTAN et l’UE ont répondu par une offre de dialogue généralisée, rejeté les demandes de veto et de retraits, et mis en garde la Russie contre « des conséquences massives et des coûts élevés » si elle engageait une action militaire contre l’Ukraine – en laissant exactement ce qu’elles entendent par là. L’ambiguïté pourrait être délibérée, afin de ne pas offrir un prétexte à l’escalade. Cela pourrait aussi être une tentative de cacher les divisions en Europe. Mario Draghi, le Premier ministre italien, a exprimé son scepticisme quant à une éventuelle invasion russe, tandis que Gabrielius Landsbergis, le ministre lituanien des Affaires étrangères, a déclaré que Moscou “se prépare vraiment à la guerre”.

Quant à l’Allemagne, le temps où elle pouvait invoquer son histoire comme prétexte pour se mettre à l’écart est révolu. La nation d’ancrage économique de l’Europe est essentielle à tout effort occidental visant à dissuader Poutine. Chaque mesure potentielle – sanctions contre des entités russes, suppression de la Russie du système de paiement électronique SWIFT, annulation du pipeline Nord Stream 2 – serait financièrement et politiquement coûteuse pour le nouveau gouvernement du chancelier Olaf Scholz.

Mais quelle est l’alternative? Selon Poutine : guerre en Europe, menée par une grande puissance nucléaire. Les guerres yougoslaves ont duré une décennie et ont fait environ 140 000 morts. Les Balkans restent une région troublée.

Pourtant, Poutine ferait bien de garder à l’esprit que deux des six anciennes républiques de la Yougoslavie communiste font désormais partie de l’UE. Quatre sont dans l’OTAN. Et Milošević s’est retrouvé devant un tribunal des Nations Unies pour les crimes de guerre à La Haye.



La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire