Le Japon reçoit une invitation non officielle à rejoindre AUKUS – médias – RT World News

0
247

Tokyo nie avoir été invité à participer à une alliance visant à contrer la Chine

Le Japon a reçu des offres non officielles pour faire partie du bloc militaire AUKUS, qui a été formé l’année dernière par l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis, a rapporté mardi le journal Sankei Shimbun.

Plusieurs responsables du gouvernement japonais anonymes ont déclaré au journal que Tokyo avait été approché de manière informelle sur une telle possibilité par chacun des trois membres de l’alliance.

Le secrétaire en chef du cabinet japonais, Hirokazu Matsuno, a démenti l’information mercredi, affirmant que “il n’y a pas de fait” dans l’article du Sankei Shimbun. Tokyo était “pas demandé de participer à AUKUS,” il a dit.

Le pacte AUKUS, qui est largement considéré comme une stratégie pour contrer l’influence croissante de la Chine dans le Pacifique, a été annoncé par les dirigeants australien, britannique et américain en septembre 2021.

Son objectif initial était de fournir à Canberra une flotte de sous-marins à propulsion nucléaire, mais armés de manière conventionnelle. Mais la semaine dernière, le trio a annoncé qu’il allait également coopérer au développement de la technologie hypersonique, le Japon exprimant son soutien à la décision.




Selon Sankei Shimbun, impliquer Tokyo dans le développement de missiles hypersoniques est l’une des principales motivations de l’offre AUKUS.

Il y a deux ans, le Japon a annoncé son intention de créer deux types d’armes hypersoniques – les missiles de croisière hypersoniques (HCM) et les projectiles planants à hyper-vitesse (HVGP) – affirmant qu’ils pourraient être déployés entre 2024 et 2028.

Le pays travaille également sur un railgun spécial qui, selon lui, pourrait être capable d’abattre des missiles hypersoniques entrants en tirant des obus à des vitesses extrêmement élevées en utilisant la force électromagnétique.

Canberra, Londres et Washington s’intéressent également aux capacités du pays en matière de cyberguerre, d’intelligence artificielle et de technologies quantiques, selon le journal.

Sankei Shimbun a insisté sur le fait que le gouvernement japonais a généralement un “avis positif” de rejoindre AUKUS, suggérant que cela augmenterait le potentiel de dissuasion de la Chine.


L'Australie va construire une base de sous-marins nucléaires

Cependant, Tokyo prévoit d’examiner attentivement l’offre. Certains responsables restent sceptiques quant à AUKUS, affirmant que le pays devrait plutôt se concentrer sur les accords de coopération militaire bilatéraux qu’il a déjà conclus avec l’Australie, la Grande-Bretagne et les États-Unis. Ils soulignent également que le Japon ne serait pas en mesure de participer à tous les domaines couverts par AUKUS, a rapporté Sankei Shimbun.

Par exemple, les sous-marins à propulsion nucléaire seraient interdits à Tokyo car les lois du pays stipulent que l’énergie nucléaire ne peut être utilisée qu’à des fins pacifiques.

L’abréviation AUKUS est composée des premières lettres des noms des trois pays qui la composent. Si le Japon décidait de s’y joindre, il pourrait être rebaptisé « JAUKUS », selon le journal.

La Chine a été irritée par la formation d’AUKUS, la qualifiant de “Version Asie-Pacifique de l’OTAN,” ce qui était “voué à l’échec.” Le pacte ne ferait que provoquer une course aux armements dans la région, a insisté Pékin, ajoutant que donner la technologie des sous-marins nucléaires à l’Australie allait à l’encontre des conventions internationales sur la prolifération nucléaire.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire