Le lien entre le trafic de stupéfiants et la corruption

0
42

Sénateur Whitehouse, sénateur Grassley et membres distingués du caucus sénatorial sur les drogues :

Je suis honoré d’avoir cette occasion de m’adresser au caucus sur la question importante de la relation entre le commerce de la drogue et la corruption et les efforts anti-corruption des États-Unis. Les économies illicites, telles que le trafic de drogue, le crime organisé, la corruption et leurs impacts sur les problèmes de sécurité américains et locaux dans le monde sont le domaine de mon travail et le sujet de plusieurs des livres que j’ai écrits.. J’ai mené des travaux de terrain sur ces questions en Amérique latine, en Asie et en Afrique. Par exemple, j’ai récemment passé plusieurs semaines à étudier l’impact du trafic de drogue, des groupes criminels et de la corruption au Mexique. Je vous parle aujourd’hui virtuellement depuis l’Irak où j’ai également étudié la relation entre le militantisme, les économies illégales et la construction de l’État. Je concentrerai mes commentaires sur la dynamique générale du lien drogue-corruption et fournirai des illustrations du Mexique, de la Colombie, de l’Afghanistan, du Myanmar et d’autres contextes. Je conclurai par des implications pour la politique américaine face à ce problème difficile et complexe.

La déclaration des priorités de la politique antidrogue de l’administration Biden pour sa première année publiée le 1er avril 2020 est un document louable.1 En termes de réduction de l’offre, le plan détaille six principaux axes d’effort, dont deux sont 1) travailler avec des partenaires clés de l’hémisphère occidental, tels que le Mexique et la Colombie, et 2) engager la Chine, l’Inde et d’autres pays sources pour perturber le flux de drogues synthétiques et de leurs précurseurs. De manière significative, la section sur la collaboration avec des partenaires de l’hémisphère occidental met l’accent sur une réponse globale consistant à approfondir la coopération bilatérale sur les approches de santé publique, à étendre la présence effective de l’État, à développer les infrastructures et à garantir le respect de l’état de droit et des droits de l’homme. Dans divers domaines politiques, l’administration Biden a également reconnu et insiste fortement sur la nécessité de lutter contre la corruption. Cela est également essentiel pour pouvoir mettre en œuvre des politiques antidrogue efficaces à l’étranger.

La persistance de vastes économies illégales, telles que l’économie de la drogue, exacerbe souvent fortement la corruption et sape l’état de droit. La corruption sape à son tour les efforts de lutte contre les stupéfiants – qu’il s’agisse d’interdire les réseaux de trafic de drogue, comme cela a souvent été le cas au Mexique ou au Honduras, ou d’efforts visant à créer des moyens de subsistance légaux pour les populations marginalisées cultivant des économies illégales en tant que représentants du gouvernement, intérêts acquis et élites d’exclusion comme cela a été le cas à plusieurs reprises en Colombie.

Lutter efficacement contre la corruption est vital pour l’efficacité de toutes les formes de politiques de lutte contre les stupéfiants. Pourtant, c’est aussi complexe, avec une stratégie anti-corruption qui ne convient pas à tous les contextes. Il peut également s’agir d’une tâche monumentale qui remodèle profondément les arrangements politiques locaux et même nationaux dans un pays, et pas seulement une entreprise technique.

Dans presque tous les pays, il y aura des individus corrompus dans l’application des lois ou des rôles gouvernementaux.

Pourtant, dans certains contextes, la corruption envahit systématiquement tous les niveaux du gouvernement et toutes les institutions chargées de l’application des lois, une situation qui pourrait bien avoir persisté pendant des décennies.

Dans de tels contextes, la relation avec les économies illicites et les groupes criminels organisés et les arrangements politiques sont souvent mutuellement constitutifs. Ainsi, les mesures et stratégies contre l’économie de la drogue illégale, d’autres économies illicites et la criminalité prédatrice, ou leur absence, doivent également être comprises comme des efforts profondément politiques.

Dans de telles circonstances, les efforts de lutte contre le crime et la corruption ne sont donc pas simplement des interventions et une assistance techniques pour renforcer les institutions et la société civile ; ce sont des projets de réorganisation des dispositifs politiques locaux et des rapports de force locaux.

Inversement, leur efficacité est donc aussi fonction des rapports de force relatifs et des moyens et capacités à long terme des aspirants réformateurs, internes ou externes. S’ils sont traités comme de simples efforts techniques pour réformer le secteur de l’application de la loi ou de la justice et ignorent les réalités politiques du pays et la façon dont ils modifient les rapports de force locaux, ils seront au mieux inefficaces pour lutter efficacement contre les économies de drogue et au pire peuvent affaiblir un l’ordre politique souhaitable et intensifier les conflits.

Dans de nombreux pays, le favoritisme politique, qui se superpose fortement à la corruption généralisée, est une caractéristique déterminante des processus et arrangements politiques, une situation qui limite la capacité de mettre en place des politiques de lutte contre les stupéfiants ou des efforts de lutte contre la corruption. Une telle prémisse analytique doit façonner la conception des politiques dans les deux domaines.

De plus, les contextes de conflit violent et les efforts de contre-insurrection ou de contre-terrorisme, comme en Afghanistan entre 2001 et 2021, ou la criminalité très violente, comme au Mexique au cours des deux dernières décennies, ajoutent une complexité supplémentaire à la relation entre la corruption, les économies illicites et arrangements politiques et complications supplémentaires pour la conception de stratégies de lutte contre les stupéfiants et la corruption.

Enfin, dans certaines circonstances, comme au Venezuela, en Corée du Nord ou au Myanmar, la survie de l’ensemble du régime dépend de la persistance du favoritisme d’exclusion, de la corruption et des économies illégales du commerce de la drogue.

Par conséquent, les politiques de lutte contre les stupéfiants et de lutte contre la corruption doivent être séquencées et hiérarchisées de manière précise, ainsi que intégrées dans des efforts diplomatiques, de développement et, dans certaines circonstances, de stabilisation et militaires plus larges.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici