Le Premier ministre pakistanais perd son vote de défiance — RT World News

0
79

Imran Khan avait précédemment affirmé que l’opposition agissait sur ordre de l’étranger

L’Assemblée nationale pakistanaise a voté dimanche un vote de censure contre le Premier ministre Imran Khan, 176 députés sur 342 ayant voté contre lui. Le président de la chambre basse du parlement, Asad Qaisar, qui est également membre du parti de Khan, a annoncé sa démission après avoir ajourné la chambre à trois reprises tout au long de samedi.

Le parti de Khan PTI a effectivement perdu sa majorité à l’Assemblée nationale en mars lorsque sept députés de son partenaire de coalition ont décidé de rejoindre les rangs de l’opposition. Les rivaux ont accusé la star du cricket devenue homme politique de mal gérer l’économie pakistanaise, battue par la pandémie de Covid-19, ainsi que de mal gérer la politique étrangère et intérieure d’Islamabad.

La motion de dimanche signifie que le mandat de cinq ans de Khan s’est terminé tôt, tout comme celui de tous les premiers ministres précédents du pays.

L’opposition va maintenant proposer son propre candidat pour remplacer Khan au poste de Premier ministre. Le 21 mars, Maryam Nawaz, vice-présidente du parti Pakistan Muslim League-Nawaz – la principale force d’opposition du pays – a déclaré aux journalistes que le parti avait nommé Shehbaz Sharif comme candidat au poste, ce qui a été confirmé par Sharif lui-même jeudi.




Khan, à son tour, avait précédemment affirmé que l’opposition faisait les enchères d’une puissance étrangère et qu’un “gouvernement importé» serait installé au Pakistan s’il en était évincé. Dans son discours du vendredi soir, l’homme politique a juré qu’il mènerait une lutte, appelant ses partisans à descendre dans la rue.

Khan avait auparavant pointé du doigt les États-Unis, qui, selon lui, voulaient son départ, pour ses tentatives de mener une politique étrangère indépendante et sa visite à Moscou fin février. Le politicien a affirmé avoir un enregistrement de l’ambassadeur du Pakistan à Washington prouvant les allégations.

Lundi, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a laissé entendre que Washington tentait de «punir un Imran Khan indiscipliné,» décrivant les efforts pour le destituer du pouvoir comme «encore une autre tentative d’ingérence sans vergogne dans les affaires intérieures d’une nation souveraine.

Le département d’État américain a nié les allégations selon lesquelles il était à l’origine du vote de défiance, la porte-parole Jalina Porter décrivant les allégations de Khan comme «absolument pas vrai.

LIRE LA SUITE:
Le chef de l’armée pakistanaise cherche à resserrer les liens avec les États-Unis

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire