Le rôle de l’énergie dans l’invasion russe de l’Ukraine

0
47

Après que les forces russes se soient emparées de la région ukrainienne de Kherson au début de son invasion, un responsable ukrainien du nom de Kirill Stremousov a été nommé chef adjoint du nouveau gouvernement.

Dans une vidéo YouTube publiée en mai, Stremousov a déclaré son intention de faire rejoindre Kherson en Russie, déclarant : « Nous nous intégrerons autant que possible dans la Fédération de Russie. Tous ces citoyens de la région de Kherson auront le droit d’obtenir la citoyenneté russe [and] Passeports russes afin qu’ils puissent faire partie d’un État qui a le potentiel de fournir une assistance sociale et une sécurité stables.

L’annexion officielle, comme en Crimée, jouerait dans la stratégie du Kremlin consistant à mettre en évidence le soutien local à la Russie dans le sud-est de l’Ukraine et à présenter le gouvernement ukrainien comme inefficace dans une grande partie de sa région frontalière. De plus, la Russie utiliserait probablement l’annexion pour légitimer la nationalisation de la précieuse infrastructure énergétique ukrainienne que la Russie détient actuellement.

Dans tout le pays, les forces russes et pro-russes ciblent sans relâche l’industrie énergétique ukrainienne. Quelques jours avant le début de l’invasion, des militants pro-russes ont attaqué la centrale thermique de Louhansk (TPP) et détruit un pont ferroviaire à Vasylivka, dans le sud de l’Ukraine, qui alimentait la centrale en charbon. Les forces russes ont brièvement saisi la centrale nucléaire de Tchernobyl (toujours utilisée pour le traitement des déchets nucléaires) quelques heures après le début de la guerre, tandis qu’une centrale électrique à Okhtyrka a été endommagée de manière irréparable le 5 mars.

La centrale thermique de Kryvorizka dans la ville de Zelenodolsk a également été récemment attaquée par les forces russes et pro-russes, provoquant un incendie qui a endommagé les opérations. Et à Marioupol, où les forces russes ont récemment pris le contrôle total après avoir assiégé la ville pendant trois mois, l’aciérie d’Azovstal située dans la ville a été fortement endommagée pendant le conflit.

Les installations de stockage de carburant ukrainiennes ont également été des cibles fréquentes des forces armées russes, ainsi que des sous-stations, des générateurs et des lignes électriques. Les cyberattaques de la Russie ont également gravement perturbé les flux d’électricité en Ukraine.

Mais le sort de la plus grande centrale nucléaire d’Europe près de la ville ukrainienne de Zaporizhzhia montre les véritables ambitions du Kremlin avec l’infrastructure énergétique de l’Ukraine. Alors que les responsables ukrainiens ont pu contenir un incendie dans l’usine qui a commencé peu de temps après le début de la guerre, l’installation est passée sous contrôle russe dès la première semaine de mars.

Le 18 mai, le vice-Premier ministre russe Marat Khusnullin a déclaré que la Russie intégrerait la centrale nucléaire de Zaporizhzhia dans le système énergétique russe si l’Ukraine ne payait pas l’électricité qu’elle produisait. L’intention du Kremlin de connecter la centrale au réseau électrique russe a été qualifiée de “vœu pieux” par Leonid Oliynyk, porte-parole d’Energoatom, l’opérateur nucléaire ukrainien.

Mais avec seulement deux de ses six réacteurs actuellement en fonctionnement, les développements de la centrale électrique de Zaporizhzhia ont encore sapé la capacité de l’Ukraine à garantir l’accès à l’énergie. La centrale produit environ la moitié de l’énergie nucléaire de l’Ukraine et un cinquième de l’électricité du pays. Même si l’Ukraine garde le contrôle de la plupart des lignes électriques issues de la centrale, elles seront inutiles si la Russie la ferme et parvient ensuite à l’intégrer à son propre réseau.

La saisie des infrastructures énergétiques ukrainiennes a été reproduite dans les zones du pays occupées par la Russie. Les forces russes ont également pris le contrôle de la centrale hydroélectrique de Kakhovka et de la centrale de production combinée de chaleur et d’électricité de Lougansk. Une grande partie du cœur industriel de l’Ukraine se trouve à l’est, où se trouvent également ses énormes gisements de charbon, de pétrole et de gaz. Des gisements énergétiques supplémentaires dans la mer Noire, ainsi que l’infrastructure portuaire de l’Ukraine dans la région orientale, sont tombés encore plus sous contrôle russe depuis février.

Jusqu’en 2014, l’Ukraine dépendait des combustibles fossiles russes et d’autres sources d’énergie. Bien qu’elle ait considérablement réduit cette dépendance depuis lors, les entreprises ukrainiennes restent réticentes à renoncer aux frais de transit que génèrent les ressources russes exportées vers l’Europe en passant par le territoire ukrainien. Et ce malgré l’influence croissante de la Russie, qu’elle a acquise grâce à la construction de nouvelles voies de transit vers l’Europe ces dernières années, notamment le TurkStream et les réseaux de gazoducs d’origine Nord Stream.

Après l’élection de l’ancien président ukrainien de tendance occidentale Viktor Iouchtchenko, qui a pris ses fonctions en 2005, l’Ukraine a tenté de réduire sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie par d’autres moyens. Cela comprenait des plans pour synchroniser le système énergétique de l’Ukraine avec le réseau électrique de la zone synchrone de l’Europe continentale (CESA) d’ici 2026, un plan qui s’est accéléré après l’annexion de la Crimée en 2014. La guerre ukrainienne a cependant accéléré ce processus encore plus rapidement, avec une “synchronisation d’urgence” initiée en mars.

L’achèvement de ce projet retirera définitivement l’Ukraine du système IPS/UPS dominé par la Russie et lui permettra de recevoir de l’électricité d’Europe.

Ce n’est donc pas un hasard si l’invasion de l’Ukraine par la Russie s’est produite à un moment critique de ce processus. Le 24 février, dans le cadre d’un essai de trois jours, le réseau électrique ukrainien a été déconnecté du réseau électrique russe auquel il était connecté depuis des décennies. En quelques heures, les forces russes avaient commencé leur invasion, l’Ukraine étant incapable de rejoindre le système IPS/UPS.

Cela a nécessité la synchronisation d’essai des systèmes électriques ukrainiens et moldaves avec CESA le 16 mars, mais la synchronisation complète est probablement dans des années. Cela obligera les opérateurs de transport à élaborer des capacités de contrôle de fréquence, des tests de sécurité supplémentaires, des accords réglementaires et de marché de l’électricité, et d’autres mesures pour assurer l’interopérabilité à long terme. Néanmoins, l’invasion russe a considérablement accéléré cette initiative.

Alors que le Kremlin savait sans aucun doute qu’il ne pouvait pas arrêter ce développement, sa campagne militaire fait partie d’une stratégie plus large visant à cimenter son influence énergétique partout où elle le peut. L’expansion de son réseau énergétique en Ukraine et la saisie des infrastructures locales complèteront l’influence de la Russie dans d’autres États post-soviétiques. Ceci est particulièrement répandu en Biélorussie, qui dépend toujours fortement des ressources russes pour fonctionner et a conclu des accords de frais de transit lucratifs avec le Kremlin.

De plus, pendant l’Union soviétique, « le transport et les autres infrastructures logistiques de l’Asie centrale étaient dirigés vers la Russie européenne », ce qui signifie que l’accès de l’Asie centrale riche en ressources aux marchés européens dépend fortement de la bonne volonté de la Russie. Et par le biais de l’Union économique eurasienne dirigée par la Russie, la Russie a l’intention d’introduire un marché commun de l’énergie entre les États membres. La prise de contrôle de certaines des infrastructures et réserves énergétiques les plus précieuses d’Ukraine contribuera à assurer la domination énergétique régionale de la Russie.

Sans l’aide occidentale, le secteur énergétique de l’Ukraine se serait déjà effondré, ce qui l’aurait rendu incapable de poursuivre la guerre. Le Kremlin a donc l’intention de faire payer à l’Occident la situation énergétique volatile de l’Ukraine alors que les prix de l’énergie continuent d’augmenter. Le Congrès des États-Unis a récemment approuvé 40 milliards de dollars pour l’Ukraine, son sixième programme d’aide depuis le début de la guerre.

La Communauté européenne de l’énergie a également créé récemment un Fonds ukrainien de soutien à l’énergie qui sera financé par l’UE, des institutions financières internationales et des entreprises et sociétés privées. Le ministère ukrainien de l’énergie a déclaré que les fonds “seront utilisés pour restaurer l’infrastructure énergétique qui a été endommagée ou détruite à la suite des hostilités sur le territoire ukrainien”.

Mais la guerre continuera d’avoir un effet d’escalade sur le prix de l’énergie, et cet effet se fera sentir avec plus d’acuité dans les pays sans réserves importantes. La Russie continuera de cibler l’infrastructure énergétique de l’Ukraine, et Kyiv ne pourra pas compter sur l’Europe pour les flux d’électricité si sa situation empire. La synchronisation avec le CESA pourrait également mettre en péril l’ensemble du réseau si l’Ukraine est déstabilisée.

Mais la Russie vise également à préserver autant que possible l’infrastructure énergétique de l’Ukraine, afin qu’elle puisse être utilisée en Russie et dans les régions qu’elle annexe. Alors que la Russie devra dépenser des ressources importantes pour moderniser et intégrer cette infrastructure, les avantages immédiats et à long terme du renforcement de sa propre sécurité énergétique et de saper la sécurité énergétique de l’Ukraine de cette manière sont clairs.

Les différends sur les prix et les paiements entre la Russie et les clients européens des ressources ont considérablement augmenté depuis le début de l’invasion. Mais les vastes réserves de la Russie lui ont permis de faire des percées dans des pays tels que l’Inde et la Chine, l’aidant à s’appuyer sur des années d’expansion du commerce de l’énergie. En offrant à sa clientèle asiatique croissante des prix compétitifs pour des ressources vitales, la Russie espère qu’une grande partie de la communauté internationale détournera le regard alors qu’elle tente d’étendre son empire énergétique en Ukraine.

Cet article a été réalisé par Globetrotter.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/10/the-role-of-energy-in-russias-invasion-of-ukraine/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire