Lectures révolutionnaires – Quels livres nous ont permis d’atteindre 2021 ?

0
184

Nous avons demandé aux membres de rs21 ce qu’ils avaient lu en 2021, qu’il s’agisse de nouveaux ouvrages de théorie révolutionnaire, de fiction ou de vieux classiques. Ce sont quelques-uns des exemples de nos membres.

Jacques B – Psychanalyse et Révolution (2021)

Psychoanalyse et Révolution plaide en faveur de la pertinence de la psychanalyse en tant qu’outil pour ceux d’entre nous impliqués dans la politique de libération. Au cœur de cela se trouve l’idée que notre inconscient nous est à la fois interne et externe, est déterminé par l’histoire, la culture, l’idéologie et l’économie, et que les façons dont nous sommes séparés les uns des autres par ces facteurs se reflètent en lui. Nous sommes des “sujets divisés”. Comme l’écrivent les auteurs, « l’aliénation dans le capitalisme produit des conflits « intérieurs » qui peuvent être invisibles en tant que tels, mais qui sont connus pour leurs effets, pour ce qu’ils provoquent ou motivent chez les gens, tels que leurs souffrances inexplicables, le dérangement de leur vie, leurs décisions absurdes ou leurs actions erratiques, parfois destructrices ou autodestructrices. (p.12).

Par conséquent, soutiennent Parker et Pavón-Cuéllar, la psychanalyse peut fournir un moyen de renforcer les mouvements révolutionnaires en nous permettant de voir nos défauts et nos échecs cachés, et d’éviter la répétition involontaire d’erreurs passées. De cette façon, l’inconscient devient une arme dans notre lutte. La section centrale du livre traite de la manière dont les concepts psychanalytiques de répétition, de pulsion et de transfert peuvent être liés à cette fin.

Les auteurs vont cependant plus loin et soutiennent que ce n’est que par un engagement avec une politique libératrice que la psychanalyse peut être véritablement pratiquée. Ce qu’ils appellent « l’impossibilité de la psychanalyse » (p. 132) est d’abord le résultat de la domination de « l’industrie de la santé mentale » par les professions dites psy de la psychologie, de la psychiatrie et de la psychothérapie. Ceux-ci visent tous à s’adapter ou à reproduire le statu quo. Deuxièmement, parce que la psychanalyse elle-même, dans sa forme dominante, est à la fois d’un coût prohibitif à entreprendre et son cadre conceptuel est saturé de l’idéologie (« le gouffre noir de l’inconscient », « la primauté de l’ego ») de la société capitaliste.

Ce petit livre n’est pas une introduction à la psychanalyse radicale et l’un de ses fils conducteurs s’adresse aux cliniciens, pourtant j’en suis ressorti après avoir été interpellé et désireux d’en savoir plus. Il contient un guide utile pour une lecture plus approfondie que je vais approfondir.

Matthieu C – La ville que nous sommes devenus (2020)

La ville que nous sommes devenus

NK Jemisin tisse une fantastique fantaisie urbaine moderne à partir de la proposition selon laquelle les grandes villes du monde sont vivantes dans son dernier roman, La ville que nous sommes devenus.

New York est née – en raison du poids de son histoire, de sa population et de son dynamisme – et prend conscience sous la forme de six avatars humains. Ils représentent ses cinq arrondissements et la ville elle-même, ainsi que la population diversifiée qui compose New York. Cependant, la naissance menace un étrange « ennemi » surnaturel qui s’organise pour assurer la défaite de la ville.

Cet ennemi apparaît sous de nombreuses formes différentes, y compris des gentrifieurs et d’autres monstres. Les avatars doivent s’unir pour sauver l’esprit de la mégapole multiethnique et sensible de la menace. Tout en utilisant les concepts de HP Lovecraft, Jemisin s’assure également qu’elle cible la vision du monde notoirement raciste de leur créateur.

Ceci est le premier volume de Jemisin Les grandes villes trilogie, qui, si sa précédente série de livres comme La Terre Brisée trilogie sont tout ce qu’il faut, continuera de surprendre et d’exciter les lecteurs.

Charlie H – Répétitions révolutionnaires à l’ère néolibérale (2021) et autres

L’un des faits saillants de l’année pour moi a été le très attendu Répétitions révolutionnaires à l’ère néolibérale, édité par Colin Barker, Gareth Dale et Neil Davidson. C’est une collection de récits riches et divers de révolutions modernes et de mouvements révolutionnaires d’Europe de l’Est, d’Amérique latine, d’Égypte et d’ailleurs. Les essais illustrent à la fois le pouvoir et l’imagination qui caractérisent les révolutions, ainsi que les barrières qui les empêchaient d’aller au-delà du capitalisme. C’est un excellent rappel de «l’actualité de la révolution», ainsi qu’un mémorial approprié à deux camarades dont la perte est toujours vivement ressentie.

Chez Dinny McMahon La Grande Muraille de la dette chinoise date de 2018, donc les chiffres sont obsolètes, mais son analyse tient toujours. Il s’agit d’un compte rendu journalistique accessible des problèmes d’endettement de la Chine, qui équilibre parfaitement les chiffres époustouflants avec un compte rendu clair de comment et pourquoi la classe dirigeante chinoise a jusqu’à présent réussi à éviter un effondrement financier. Mais McMahon illustre également leur manque d’options pour surmonter les problèmes et montre comment chaque solution temporaire augmente les contraintes sur d’autres parties du système.

Prendre ma retraite plus tôt cette année m’a donné beaucoup plus de temps pour lire et relire, et j’ai particulièrement aimé redécouvrir les nouvelles d’Ursula Le Guin – nettes, inventives et magnifiquement écrites. Elle a toujours eu envie de remettre en question les notions reçues sur ce que devrait être la science-fiction et de briser les frontières entre les différents genres. Les deux meilleures collections sont Les douze quartiers du vent et la rose des vents et Orsinia. De nombreuses histoires sont également disponibles en ligne, y compris la magnifiquement poignante « Le jour avant la révolution ».

Amy McG – Le racisme comme sorcellerie zoologique (2019)

Le racisme comme sorcellerie zoologique

Ce court texte critique de non-fiction expose les arguments en faveur du véganisme noir et pourrait bien être le meilleur livre que vous lirez dans un moment. Aph Ko démontre les liens entre le racisme anti-noir et l’oppression animale. Bien que le véganisme soit parfois réduit à un choix de vie individualisé, Ko réaffirme son noyau anticapitaliste et anti-oppression en centrant la consommation et l’exploitation partout. Le racisme comme sorcellerie zoologique.

Utiliser Jordan Peele Sortez en tant que texte d’ancrage, Ko montre comment la notion d’« animalité » a été déployée pour maintenir un système de suprématie blanche (en grande partie cisgenre, masculine) à travers le temps et l’espace. Bien que ses cibles puissent changer, être « animal » c’est être exploitable, éteinte et indigne. Ko soutient que le racisme et le spécisme fonctionnent comme de la sorcellerie, permettant aux détenteurs du pouvoir de trafiquer les personnes de couleur et les animaux non humains, de les extraire et de les réduire en coquilles (p.56).

Pour rompre le charme, Ko appelle à l’abandon de l’activisme du statu quo, où les luttes sont comprises comme disparates, rendant à la fois le pouvoir et les chemins de la résistance moins visibles. Ko appelle plutôt à des luttes basées sur la poursuite de la libération totale. Bien que le livre entre dans un territoire assez nébuleux à ce stade, Ko maintient son ton clair et progressiste.

Ce livre est le livre le plus mémorable que j’ai lu de toute l’année. Cela a cristallisé beaucoup de sentiments que j’avais à propos du véganisme et de l’antiracisme, et les a réunis efficacement. La centralité de la consommation et de l’exploitation (des corps) dans le texte signifie qu’il devrait s’intégrer parfaitement dans n’importe quelle bibliothèque socialiste. Je pense que les gens trouveront l’utilisation des illustrations et de la culture populaire rafraîchissante et utile, à la fois en tant que lecteurs et révolutionnaires.

John W – John Brown (1909)

John Brown

La biographie par WEB Du Bois de John Brown, le martyr abolitionniste, a été écrite au début du vingtième siècle et est toujours imprimée. Du Bois, marxiste afro-américain et penseur influent du mouvement de libération des Noirs, a écrit le livre au début de sa carrière, comme contribution à la lutte contre le racisme.

La biographie, méticuleusement recherchée, raconte l’histoire de John Brown, un homme blanc qui s’est opposé au racisme, et en particulier à l’esclavage, depuis l’enfance. Il raconte comment il est arrivé à la conclusion que parler d’une opposition pacifique à l’esclavage n’était que cela – un discours – et ainsi, au cours des quinze dernières années de sa vie, il a préconisé le renversement de l’esclavage par la violence.

La biographie raconte comment la saisie d’armes dans l’arsenal de l’armée à Harper’s Ferry a presque réussi, n’ayant échoué que par une erreur de jugement compréhensible de la part de Brown. Il raconte également comment, auparavant, Brown avait joué un rôle de premier plan dans la guerre civile américaine au Kansas à propos de l’esclavage là-bas.

Passionnant et inspirant. John Brown devrait devenir l’un de vos héros. Et peut-être que WEB Du Bois devrait le faire aussi.

Gus W – Les Jacobins noirs (1938) et autres

J’ai commencé cette année sur un bon pied, en lisant CLR James’ le Jacobins noirs. Ce récit magistral de la Révolution haïtienne montre non seulement l’histoire socialiste sous sa forme la plus avancée, mais inspire encore aujourd’hui, avec sa chronique d’esclaves vainquant les puissances impériales. Il reste un texte fondateur qui mérite d’être régulièrement revisité.

On avait l’impression qu’il y avait eu un grand pas en avant dans la politique queer cette année aussi, malgré les attaques réactionnaires constantes. La question transgenre par Shon Faye et Marxisme transgenre de Jules Gleeson et Elle O’Rourke contribuent tous deux à une vision de la libération queer parfaite pour ces jours sombres. Le livre de Faye fournit un compte rendu presque complet des manières dont les personnes trans sont attaquées en Grande-Bretagne, ainsi qu’une vision cohérente de ce à quoi ressemble la libération des transgenres. de la même manière Marxisme transgenre contient une véritable mine d’essais à explorer, qui enrichissent tous non seulement la théorie queer, mais aussi les idées et les pratiques du marxisme.

Mon autre vedette de l’année a été Le tailleur d’Ulm par Lucio Magri. Bien que théoriquement une histoire du Parti communiste italien d’un de ses penseurs notables et de ses antagonistes occasionnels, le livre fournit une enquête approfondie sur la politique du communisme dans l’après-guerre. En particulier, l’essai final, passant en revue les leçons et les points d’opportunité pour une nouvelle politique communiste au cours de ce siècle, devrait être une lecture essentielle. Un livre souvent obsédant et triste, mais qui se termine finalement sur un point d’espoir.

Inspiré par ce qui précède ? Envisagez d’écrire une critique ou un article pour le site Web de rs21 ou de rejoindre rs21.

La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire