Les Haïtiens méritent d’avoir une vie meilleure

0
43

J’ai deux souvenirs d’Haïti. Le premier remonte à 1993. J’avais conduit une délégation des Nations Unies en Haïti pour constater les conséquences de l’embargo imposé par l’ONU. L’embargo visait à faire pression sur le régime militaire installé pour ramener au pouvoir le président Jean-Bertrand Aristide.

J’étais avec un certain nombre d’autres collègues; nous logions dans un hôtel relativement luxueux près de la capitale Port-au-Prince. L’hôtel avait une vue panoramique sur la ville et ses environs, mais, étant principalement un terrain sec, ce n’était pas une vue attrayante. Il y avait une déconnexion entre le confort de l’hôtel et la pauvreté environnante.

Un matin, je me suis promené dans l’hôtel quand j’ai entendu un murmure d’enfants chanter. J’ai essayé de localiser d’où venait le son, quand j’ai réalisé qu’il provenait d’un groupe de garçons et de filles sur le chemin de l’école, leurs livres suspendus de manière précaire à leurs sacs d’école. Tous étaient impeccablement vêtus de blanc. C’était tout un exploit, compte tenu des difficultés à obtenir de l’eau. Les enfants chantant joyeusement ont peut-être été une touche de magie dans leur vie ; témoin, était certainement le mien.

Le deuxième souvenir, c’est quand je suis allé évaluer les efforts de collaboration de l’Organisation panaméricaine de la santé avec le gouvernement en matière de santé publique. J’étais en visite dans un hôpital de Port-au-Prince avec une collègue quand, tout d’un coup, elle m’a demandé : « Tu as vu ça ? Malheureusement, j’ai eu. Elle faisait référence à un enfant mort recouvert d’un drap, des mouches bourdonnant autour du cadavre, apparemment abandonné dans un couloir d’hôpital. Pendant des jours après, cette vue était un cauchemar récurrent pour moi. C’était aussi la preuve de l’état désespéré des hôpitaux d’Haïti.

Aujourd’hui, la situation désastreuse en Haïti a augmenté de façon exponentielle. Le pays subit les effets négatifs combinés de la violence politique et sociale, de la crise économique et de la pandémie de Covid-19. Depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet 2021, les troubles civils et la violence des gangs se poursuivent. De plus, si une nouvelle résurgence de l’infection se produisait, le pays n’est pas préparé à y faire face.

Un mois après l’assassinat de Moïse, le 14 août 2021, un tremblement de terre de magnitude 7,2 a frappé la péninsule de Tiburon, suivi de la tempête tropicale Grace. Les catastrophes naturelles ont touché deux millions de personnes ; laissé 2 246 morts; plus de 12 700 blessés ; au moins 329 disparus et jusqu’à 26 000 déplacés. Le gouvernement haïtien estime avoir besoin de 2 milliards de dollars pour se remettre du tremblement de terre. En février dernier, les donateurs n’avaient promis que 600 millions de dollars.

Le pays traverse une grave crise politique et constitutionnelle. Le Premier ministre Ariel Henry, qui avait été nommé par Moïse deux jours avant son assassinat, s’est avéré avoir des liens étroits avec un suspect principal dans l’assassinat et avoir maintenu le contact avec lui après l’assassinat du président.

En cette période de crise pour le pays, Human Rights Watch a dénoncé la déportation d’Haïtiens vers Haïti par les États-Unis et d’autres pays. Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), du 1er janvier 2021 au 26 février 2022, 25 765 personnes ont été renvoyées en Haïti, dont 4 674 enfants, qui représentent 18 % des rapatriés.

«Aucun gouvernement ne devrait renvoyer des gens en Haïti. Et les États-Unis, qui représentent la grande majorité des retours, devraient mettre fin à l’utilisation inutile et illégitime de la réglementation de la santé publique pour l’expulsion abusive d’Haïtiens », a déclaré César Muñoz, chercheur principal sur les Amériques à Human Rights Watch. Muñoz fait référence au titre 42 de la loi américaine sur les services de santé publique.

Le titre 42 est une clause que l’administration Trump a commencé à utiliser en 2020 pour empêcher les migrants d’entrer aux États-Unis. Il accorde au gouvernement la possibilité de prendre des mesures d’urgence pour empêcher les immigrants d’entrer aux États-Unis en partant du principe qu’il empêchera l’introduction de Covid- 19. Le 11 mars, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis ont mis fin à leur autorisation d’expulsion en vertu du titre 42 concernant les enfants non accompagnés.

Y a-t-il un avenir pour Haïti ? Contrairement à ceux qui regardent avec désespoir les difficultés auxquelles le pays est confronté, les ressources humaines d’Haïti pourraient être le fondement d’une nouvelle société revitalisée qui répondrait aux crises imposées par des gouvernements incompétents et l’ingérence de puissances étrangères. Haïti a besoin d’une aide économique et technique, et d’une aide financière efficace judicieusement fournie. Le peuple haïtien ne mérite rien de moins.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/10/haitians-deserve-to-have-better-lives/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire