Les réfugiés détenus avec Djokovic en Australie brièvement sous les projecteurs

0
42

Les médias mondiaux La frénésie suscitée par la détention temporaire en Australie de la star du tennis anti-vaccin Novak Djokovic a attiré par inadvertance l’attention sur les mauvais traitements cruels infligés aux réfugiés emprisonnés dans le même établissement délabré et infesté d’insectes à Melbourne.

Les nouvelles montrant les fans de Djokovic, et des anti-vaccins locaux, se ralliant à son soutien à l’extérieur du Park Hotel, un centre de détention de fortune, ont inclus des images de manifestants décriant la souffrance des dizaines de réfugiés qui s’y trouvent également. Certaines de ces personnes sont dans des centres de détention australiens depuis près de neuf ans, simplement parce qu’elles sont arrivées dans le pays par bateau pour demander l’asile.

Selon une base de données du Guardian, sur 3 127 personnes qui ont cherché refuge en Australie entre juillet 2013 et décembre 2014 et ont ensuite été envoyées au large, près de la moitié étaient toujours en détention fin 2020.

« La politique australienne abusive de traitement offshore a causé des souffrances incommensurables à des milliers de demandeurs d’asile vulnérables », a déclaré l’année dernière Sophie McNeill, chercheuse australienne à Human Rights Watch. « Le gouvernement australien devrait accepter les offres répétées de la Nouvelle-Zélande de prendre certains des réfugiés et s’efforcer de mettre fin une fois pour toutes au traitement offshore », a-t-elle ajouté.

Les journalistes ont documenté des moments de solidarité mais aussi quelques tensions entre les supporters des réfugiés et ceux de la star du tennis serbe, dont l’exemption de l’obligation de vaccination Covid pour entrer en Australie, accordée par les autorités locales, a été rejetée par le gouvernement fédéral. Djokovic se bat contre l’arrêté d’expulsion.

Ben Rothenberg, qui couvre le tennis pour le New York Times, vidéo tweetée d’une femme enveloppée dans un drapeau serbe critiquant un manifestant pro-réfugiés “pour avoir porté un masque pendant la pandémie”.

En arrivant à Melbourne pour défendre son titre à l’Open d’Australie malgré son refus de se faire vacciner contre Covid, Djokovic est devenu un héros pour les anti-vaccins à travers le monde, mais a mis en colère de nombreux Australiens, y compris certains des sympathisants des réfugiés rassemblés devant l’hôtel.

Les membres d’un groupe local, la Campagne contre le racisme et le fascisme, qui se dit « pro-vax, pro-syndicat, antifasciste », ont brandi vendredi des banderoles indiquant : « Les réfugiés sont les bienvenus, Djokovic n’est pas » et « Djokovic peut Allez vous faire foutre, réfugiés libres.

Des militants pro-réfugiés tiennent des banderoles à l’extérieur d’un centre de détention du gouvernement où la star du tennis anti-vaccin Novak Djokovic est détenue aux côtés de réfugiés.

Photo : William West/AFP via Getty Images

Les militants des droits de l’homme et les réfugiés ont salué l’attention des médias, mais ont exprimé leur inquiétude qu’après le départ de Djokovic la semaine prochaine, lorsque son appel sera accepté ou rejeté, le peuple australien cessera également de prêter attention aux souffrances considérablement plus grandes des demandeurs d’asile détenus.

Shankar Kasynathan d’Amnesty International a exhorté Djokovic à se prononcer en faveur des réfugiés.

Behrouz Boochani, un journaliste réfugié qui a documenté les conditions difficiles dans les centres de traitement offshore australiens avant d’obtenir l’asile en Nouvelle-Zélande en 2019, a observé sur Twitter que les priorités du monde semblent être en arrière. « Certains disent que la réputation de l’Australie a été ternie à cause de la situation avec [Djokovic],” il tweeté, “mais dans un monde meilleur, les inquiétudes du public concernant l’image internationale seraient attisées par l’emprisonnement de réfugiés dans le même hôtel pendant près d’une décennie”.

Deux des réfugiés du Park Hotel sont arrivés en Australie alors qu’ils étaient enfants : Adnan Choopani et sa cousine Mehdi. Ils sont membres de la minorité arabe ahwazi persécutée en Iran et auraient été autorisés à se réinstaller aux États-Unis, en vertu d’un accord d’échange de réfugiés négocié en 2016 par l’ancien président Barack Obama.

Les jeunes hommes ont été rejetés sous l’administration Trump mais ont été approuvés pour la réinstallation en octobre par l’administration Biden. Le département d’État n’a pas immédiatement répondu à une demande d’expliquer pourquoi ils n’avaient pas encore été libérés de l’hôtel et déménagés aux États-Unis.

L’accord de réinstallation, en vertu duquel les États-Unis ont accepté d’envisager d’accepter jusqu’à 1 250 réfugiés en échange de l’acceptation par l’Australie de demandeurs d’asile d’Amérique centrale, est devenu un sujet de controverse en 2017, lorsqu’une fuite de transcription d’appel a révélé que le président de l’époque, Donald Trump s’est plaint de l’accord auprès du Premier ministre australien de l’époque, Malcolm Turnbull. Bien que Turnbull ait assuré à Trump que les réfugiés étaient détenus « non pas parce que ce sont de mauvaises personnes » mais comme un moyen de réprimer le trafic d’êtres humains, Trump était apparemment incapable de saisir ce concept. “Je déteste prendre ces gens”, a déclaré Trump. « Je vous garantis qu’ils sont mauvais. C’est pourquoi ils sont en prison en ce moment.

Malgré les réticences de Trump, les États-Unis ont lentement procédé à la réinstallation de 870 réfugiés d’Iran, du Bangladesh, de Somalie et du Myanmar qui avaient enduré des années de détention dans les camps des îles du Pacifique en Australie.

Selon les données du Centre Kaldor pour le droit international des réfugiés de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud à Sydney, 968 réfugiés avaient été réinstallés aux États-Unis au 30 juin 2021.

Djokovic, dont le refus de se faire vacciner s’inscrit dans un ensemble plus large de croyances non scientifiques, devrait faire valoir devant le tribunal lundi qu’il devrait être autorisé à participer à l’Open d’Australie parce que les organisateurs avaient précédemment accepté son affirmation selon laquelle il avait été infecté par le virus au cours des six derniers mois.



La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici