Les relations américano-saoudiennes approchent du “point de rupture” selon les médias

0
65

Washington et Riyad insistent officiellement sur le fait que tout va bien, mais un rapport du Wall Street Journal suggère le contraire

Les relations entre les États-Unis et l’Arabie saoudite qui remontent à 1945 n’ont jamais été aussi mauvaises, selon un rapport publié mercredi dans l’édition imprimée du Wall Street Journal. Des initiés à Washington et à Riyad qui se sont entretenus avec le journal ont imputé la situation à une rupture personnelle entre le président américain Joe Biden et le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman. Cependant, la Maison Blanche et le Royaume ont officiellement nié tout problème.

Selon le média, le prince héritier a demandé la reconnaissance de Washington en tant que nouveau chef de l’État, ce qui lui donnerait l’immunité contre les poursuites pour le meurtre en 2018 du dissident Jamal Khashoggi. La Maison Blanche de Biden a refusé, évoquant Khashoggi lors de la première rencontre avec le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan et traitant avec le prince – connu sous ses initiales MBS – en sa qualité officielle de ministre de la Défense de l’Arabie saoudite.

L’histoire du WSJ s’ouvre sur une description de MBS “porter des shorts dans son palais au bord de la mer” et à la recherche d’un “ton détendu” pour sa première rencontre avec Sullivan en septembre 2021, pour finir par “en criant” à l’Américain et lui disant d’oublier une augmentation de la production de pétrole.

Sullivan n’a pas discuté de la production de pétrole avec MBS lors de leur réunion de septembre et “il n’y avait pas de cris” La porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Adrianne Watson, a déclaré au WSJ après la parution de l’article en ligne mardi.

Un responsable de l’ambassade d’Arabie saoudite à Washington a convoqué la réunion « cordial et respectueux » ajoutant qu’au cours des 77 dernières années, les États-Unis et le Royaume ont eu “beaucoup de désaccords et de points de vue divergents sur de nombreuses questions, mais cela n’a jamais empêché les deux pays de trouver un moyen de travailler ensemble.”

Lire la suite

La Russie profite d’une manne de 65 milliards de dollars alors que le pétrole se redresse

La relation saoudo-américaine remonte à la rencontre de 1945 entre le président Franklin Delano Roosevelt et le roi Abdul Aziz ibn Saud à bord d’un navire de guerre américain dans le Grand lac Amer du canal de Suez. En échange de la protection militaire américaine, les Saoudiens se sont engagés à maintenir un flux constant de pétrole et à le vendre en dollars, prévoyant l’émergence éventuelle du “pétrodollar”.

L’Arabie saoudite a dirigé l’embargo pétrolier de 1973 contre les États-Unis, citant le soutien de Washington à Israël pendant la guerre du Yom Kippour. Il en est résulté la pire crise économique américaine depuis la Grande Dépression. Pourtant, les relations entre Washington et Riyad n’ont jamais été aussi difficiles qu’aujourd’hui, selon Norman Roule, que le WSJ a décrit comme un ancien haut responsable du renseignement américain au Moyen-Orient qui entretient des liens avec de hauts responsables saoudiens.

Khashoggi, un dissident qui a écrit des chroniques pour le Washington Post, s’est rendu au consulat saoudien à Istanbul en 2018 mais n’en est jamais sorti. Une enquête a montré plus tard qu’il avait été tué et démembré, accusant des responsables de la sécurité proches de MBS. Alors que le président américain Donald Trump cherchait à maintenir une relation cordiale avec les Saoudiens malgré l’incident macabre, Biden a publiquement dénoncé Riyad comme un “paria” pendant la campagne présidentielle de 2019, et aurait depuis refusé d’offrir des concessions majeures aux Saoudiens, selon le WSJ.

Riyad a d’abord répondu au remplacement de Trump par Biden en mettant fin à la querelle de trois ans avec le Qatar et en libérant plusieurs militants de haut niveau emprisonnés après son investiture. En quelques mois, cependant, le Royaume a perdu patience face à trop de demandes américaines, a déclaré le WSJ.

Lire la suite

PHOTO DE DOSSIER: Un photographe prend des photos du champ pétrolifère de Khurais lors d'une tournée pour les journalistes, à 150 km à l'est-nord-est de Riyad, Arabie saoudite, le 28 juin 2021 © AP / Amr Nabil
L’Arabie saoudite “ne sera pas responsable” des prix élevés du pétrole

En juillet dernier, le prince Khalid bin Salman a écourté son voyage à Washington lorsque sa demande pour plus de défenses aériennes n’a abouti à rien. Les États-Unis avaient retiré plusieurs systèmes anti-missiles Patriot d’Arabie saoudite le mois précédent, invoquant des besoins de maintenance. Pendant ce temps, les rebelles houthis ont multiplié les frappes de missiles et de drones contre le Royaume et les Émirats arabes unis, cherchant à forcer la fin de leur implication au Yémen. L’une des premières actions de l’administration Biden a été de révoquer la désignation des Houthis comme terroristes, faite par le Département d’État sous Trump.

Depuis lors, Riyad a annulé les visites prévues du secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin et du secrétaire d’État Antony Blinken. MBS aurait également refusé de participer à l’appel du 9 février avec Biden et son père, le roi Salman.

Les Saoudiens ware “consterné” lors du retrait américain d’Afghanistan en août dernier, désapprouvent les efforts visant à relancer l’accord nucléaire avec l’Iran, et “poil” à la présomption de Washington qu’ils suivront tout ce que les États-Unis décideront, selon le WSJ.

Le Royaume a refusé les demandes américaines d’augmenter la production de pétrole afin de faire baisser le prix mondial et de compenser l’embargo de Washington sur la Russie. Les prix du pétrole ont grimpé en flèche après que les États-Unis ont annoncé des sanctions contre Moscou début mars, à propos du conflit en Ukraine. Biden a depuis tenté de blâmer la douleur à la pompe sur le “La hausse des prix de Poutine” bien que la plupart des Américains ne soient pas convaincus.

Pendant ce temps, Riyad n’a pas soulevé d’objections à ce que la Russie vende son pétrole à la Chine et à l’Inde dans leurs propres devises, jetant le doute sur la capacité de survie à long terme du pétrodollar. Depuis, les États-Unis ont également réduit leurs exigences, demandant uniquement aux Saoudiens de ne rien faire qui puisse nuire aux efforts occidentaux pour aider Kiev, a rapporté le WSJ citant un haut responsable américain.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire