Les syndicats doivent se battre pour un État-providence universel

0
127

La protection sociale aux États-Unis est notoirement faible. En l’absence de fixation coordonnée des salaires et d’un amalgame d’avantages aléatoires, minimes et sous condition de ressources, les travailleurs américains sont pour la plupart livrés à eux-mêmes face à la montée en flèche des inégalités et à la chute du niveau de vie. Parmi les économies avancées, les travailleurs américains s’en tirent bien moins bien que leurs homologues. Comment en est-il arrivé là ?

En partie, la fragilité du système de protection sociale américain peut être attribuée à l’affaiblissement systématique de son mouvement ouvrier. Tout au long de son histoire, le mouvement a été confronté à des attaques coordonnées de la part des employeurs, souvent en collaboration avec l’État, et à l’exclusion quasi totale des travailleurs de la sphère politique. Mais cette faiblesse tient aussi à son orientation stratégique précoce. Alors que les mouvements ouvriers en France, en Allemagne et au Royaume-Uni développaient un syndicalisme industriel qui unifiait les artisans qualifiés aux ouvriers généraux, le mouvement ouvrier américain préservait un modèle artisanal qui donnait la priorité à la mobilisation des travailleurs masculins blancs qualifiés par-dessus tout.

Ces stratégies divergentes ont eu des implications importantes : alors que les syndicats de nombreux pays européens en sont venus à faire avancer les systèmes universels de prestations sociales, les syndicats américains, sous la direction de la Fédération américaine du travail (AFL), ont préconisé des avantages sectoriels exclusifs à leurs travailleurs syndiqués. Hostiles aux immigrés et aux “non qualifiés”, les dirigeants de l’AFL comme Samuel Gompers sont allés jusqu’à faire campagne contre des mesures comme les soins de santé obligatoires tout au long de l’ère progressiste.

Cela a eu des conséquences à long terme : alors que les mouvements socialistes européens ont pu s’appuyer sur une infrastructure de protection sociale développée au cours des premières décennies du XXe siècle, les syndicats américains ont eu du mal à négocier avec une armée de géants de l’assurance des entreprises qui ont bloqué les propositions ultérieures de réforme de la protection sociale.

Alors que les travailleurs américains continuent de souffrir d’un filet de sécurité publique lamentablement sous-financé, la nécessité de résoudre ces problèmes stratégiques au sein du mouvement ouvrier est plus urgente que jamais. Pour reconstruire l’État-providence aux États-Unis, un mouvement ouvrier plus fort est nécessaire, ce qui nécessitera la création de larges coalitions sans distinction de sexe, de race, d’ethnie, de statut d’immigration et de profession plutôt que de négocier des avantages exclusifs pour de petits groupes de travailleurs.

Le succès relatif de l’État-providence en Europe doit beaucoup à son histoire syndicale. Dans toute l’Europe occidentale, le mouvement syndical s’est développé à partir de formes artisanales d’organisation héritées du système des corporations. Alors que ces organisations prenaient diverses formes, à la fin du XIXe siècle, la mécanisation accrue avait unifié les artisans et les ouvriers généraux dans les usines. Par conséquent, les associations artisanales exclusives du XVIIIe siècle se sont transformées en organisations industrielles qui représentaient les intérêts à la fois des ouvriers hautement qualifiés et des ouvriers généraux.

En France, les artisans ont adopté des stratégies solidaires ancrées dans une lutte pour l’autonomie locale ; en Allemagne, l’industrialisation rapide combinée à une puissante répression étatique unifia la résistance des artisans, des compagnons et des ouvriers de l’industrie ; et en Angleterre, une vague de syndicalisation parmi les travailleurs généraux a modifié de manière significative la composition et l’orientation du Trades Union Congress (TUC).

Les syndicats industriels s’appuyaient sur l’organisation des travailleurs à travers les lignes professionnelles. Leur force résidait dans le nombre plutôt que dans les fonds ; parce qu’ils ne pouvaient pas exiger des cotisations élevées de leur base de travailleurs à bas salaire, ils étaient plus susceptibles de faire campagne pour des prestations sociales étendues et universelles. Ils étaient également plus susceptibles de donner la priorité aux grèves et aux mobilisations plutôt qu’aux négociations avec les employeurs. Ainsi, leur stratégie combinait la mobilisation industrielle avec des campagnes de réforme législative. Bien qu’ils soient encore soumis aux divisions ethniques et sexuelles de leur époque, les syndicats industriels ont néanmoins tenu à unifier les travailleurs à travers les lignes démographiques et professionnelles.

La comparaison entre la Grande-Bretagne et les États-Unis au tournant du XXe siècle est particulièrement révélatrice de la façon dont les orientations stratégiques façonnent les acquis législatifs. Contrairement aux mouvements ouvriers explicitement socialistes de France et d’Allemagne, ceux de Grande-Bretagne et des États-Unis ont défendu une approche « pratique » qui dénonçait la politique comme insignifiante et source de division, et se concentrait plutôt sur les revendications « économiques » concernant les augmentations de salaire et les heures de travail. Les mouvements partageaient également une admiration pour l’association volontaire, l’indépendance de la classe ouvrière et l’épargne, reflet d’un opéraïsme qui faisait la distinction entre les pauvres «méritants» et «non méritants».

Ces caractéristiques ont désigné les mouvements ouvriers britanniques et américains comme parmi les moins révolutionnaires parmi les premiers industriels. Mais alors qu’ils partageaient d’importants points communs, les deux mouvements syndicaux présentaient également des différences importantes avec des conséquences à long terme.

Le changement stratégique clé remonte aux années 1880, lorsque le mouvement ouvrier britannique se détache de ses origines artisanales et entreprend la stratégie industrielle qui l’a porté au XXe siècle. Plusieurs développements dans l’histoire industrielle britannique ont provoqué ce changement : la mécanisation accrue a affaibli la position de négociation des artisans, tandis que le resserrement des marchés du travail a renforcé celui des ouvriers généraux.

Entre 1888 et 1889, les ouvriers agricoles, les ouvriers du gaz, les matchgirls et les dockers ont pu se mobiliser efficacement et construire des organisations d’atelier durables pour la première fois dans l’histoire britannique. Leur succès a déclenché une vague de syndicalisation dans toutes les industries et a incité les syndicats établis des mines, des chemins de fer et de l’ingénierie à soutenir la nécessité de compléter les négociations sur le lieu de travail par une réforme politique.

Les nouveaux syndicats représentaient une large circonscription, dont beaucoup ne pouvaient pas se permettre des cotisations substantielles. Ils n’étaient pas en mesure de concurrencer les compagnies d’assurance et les associations bénévoles dans la fourniture de prestations, et, surtout, cela les a amenés dans le domaine politique. Pour les travailleurs pauvres qui ne pouvaient pas garantir leurs propres prestations individuellement ou collectivement, l’assurance publique obligatoire était la seule option.

En raison de leur croissance rapide et de leur succès, les nouveaux syndicats et leurs dirigeants ne pouvaient être ignorés par le TUC. Les rapports du comité parlementaire du TUC témoignent de la réorientation que l’organisation a prise – non seulement en mettant davantage l’accent sur la représentation politique, mais également par des campagnes explicites pour les régimes nationaux de santé et de retraite. Avec cela est venu un sentiment général de solidarité de classe. En 1889, selon un représentant, « le syndicaliste le plus aristocratique [could not] se séparer du plus humble travailleur. . . si il [were] pour s’élever, il doit élever avec lui son petit frère.

Dans le même temps, le mouvement ouvrier américain prend une tournure résolument différente. À la fin des années 1880, le mouvement avait connu la montée rapide et la chute sanglante des Chevaliers du Travail, une fédération syndicale qui prônait l’organisation industrielle et l’unité des producteurs autour de l’abolition du salariat. Bien que l’AFL se soit de plus en plus impliquée dans la politique électorale, elle a continué à donner la priorité aux salaires et aux heures de travail par rapport à la protection sociale publique et aux revendications universelles. Pas plus tard qu’en 1905, un rapport de convention concluait que « l’industrialisme, tel qu’il est compris à la fois par les fondateurs de la [Knights of Labor] et les défenseurs récents, est fallacieux, préjudiciable et réactionnaire.

Ces différences d’orientation sont responsables, au moins en partie, des différentes trajectoires de bien-être des pays. Sous la pression du TUC, le gouvernement britannique a adopté le régime obligatoire des pensions de vieillesse en 1908 et la loi sur l’assurance nationale en 1911, offrant des prestations de santé et de retraite minimales aux travailleurs du pays. Ces politiques ont créé l’infrastructure bureaucratique et politique sur laquelle le Service national de santé et les pensions de base de l’État ont pu être construits en 1948. Elles ont également généré un soutien public aux politiques de l’État, qui n’étaient pas facilement réversibles les années suivantes.

Le mouvement ouvrier américain, en revanche, manquait de cette base. Lorsque des propositions d’assurance maladie obligatoire ont été avancées par des réformistes comme l’Association américaine pour la législation du travail, le dirigeant de l’AFL, Samuel Gompers, s’est uni aux chefs d’entreprise pour saper le plan. Au moment où les régimes nationaux de santé et de retraite ont réintégré le débat politique à la fin des années 1930 et 1940, le Congrès des organisations industrielles (CIO) luttait contre les assureurs privés qui, pendant près d’un demi-siècle, s’étaient intégrés au système financier et de santé américain. infrastructures et conclu des accords avec de grands employeurs ainsi qu’avec des syndicats affiliés.

Malgré un soutien massif du public en faveur d’un système national d’assurance maladie, ni Franklin D. Roosevelt ni Harry S. Truman n’ont pu surmonter l’alliance entre l’American Medical Association et les grands assureurs, qui se sont fortement mobilisés contre la fourniture nationale. Alors que l’assurance privée couvrait 6 millions d’Américains en 1940, elle est passée à 75 millions en 1966. C’était en grande partie grâce au travail des syndicats qui, en l’absence d’un système national de santé, continuaient à maximiser les avantages pour leurs propres membres.

Comme le note Jill Quadagno, « Au lieu d’exiger des dirigeants capables d’inspirer les troupes à se tenir debout aux barricades, le mouvement ouvrier avait besoin de dirigeants capables de maîtriser des instruments financiers complexes. La prochaine bataille serait gagnée par des experts politiques avec des calculatrices, et non par des militants charismatiques qui pourraient lancer un appel aux armes.

Au cours des décennies suivantes, le mouvement ouvrier s’est retrouvé coincé dans une double impasse – en coordonnant la fourniture de prestations par le biais d’assureurs privés, il a maintenu ses propres taux d’adhésion et sa fonction de défenseur de l’augmentation du niveau de vie. En même temps, il a renforcé les forces mêmes qui empêcheraient la victoire d’un système universel et public de prestations.

Alors que les mouvements ouvriers européens ont fait avancer les réformes qui allaient plus tard servir de base à l’expansion de l’État-providence au tournant du XXe siècle, le mouvement ouvrier américain a adopté une stratégie exclusiviste axée sur la promotion des intérêts d’un petit groupe de travailleurs syndiqués. Malgré quelques exceptions notables, le mouvement a agi comme un groupe de pression, négociant des avantages pour ses travailleurs plutôt que de consolider un mouvement de masse dépendant de la mobilisation populaire. Au milieu du siècle, les syndicats américains avaient construit un système complexe de prestations privées pour leurs travailleurs en collaboration avec les compagnies d’assurance, formant ce que certains ont appelé un État-providence privatisé.

Pour changer la fortune actuelle des travailleurs aux États-Unis, nous devons mettre fin à l’exceptionnalisme du modèle syndical américain. Dans notre marché du travail actuel à bas salaires, non syndiqué et axé sur les services, nous devons nous rappeler que les mouvements ouvriers les plus inclusifs ont généralement été ceux qui ont le mieux réussi à obtenir des réformes universelles et à jeter les bases d’une expansion future de la protection sociale.

À cette fin, les exceptions ont été instructives : en 1938, le CIO a rompu avec l’AFL dans le but explicite d’organiser les travailleurs par groupes de compétences. Rejetant les divisions artisanales exclusives de l’AFL et approuvant les grèves à grande échelle dans les industries de masse, elle a lancé l’une des périodes les plus progressistes et les plus efficaces de l’histoire du mouvement ouvrier américain, du New Deal à l’après-guerre.

Des exemples inspirants peuvent également être trouvés dans des mobilisations plus récentes : en 2006, des syndicats comme United Teachers Los Angeles et les Teamsters ont rejoint des groupes de défense des droits des immigrants pour faire avancer une vision plus large du changement social. Au cours de la dernière décennie, le Chicago Teachers Union a démontré comment les luttes basées sur le travail sur les salaires et les conditions pouvaient être élargies pour aborder les questions de justice raciale et de redistribution. Et les efforts de syndicalisation en cours chez Amazon, le plus spectaculaire étant la récente victoire syndicale à Staten Island, donnent de l’espoir pour de futures actions revendicatives parmi les travailleurs les plus vulnérables du pays.

Le syndicalisme d’entreprise exclusif nous a amenés ici, mais l’enracinement des mouvements ouvriers au sein des communautés peut nous faire sortir. Cela signifie favoriser les liens entre les niveaux de salaire, le statut d’immigration, le sexe et les compétences afin de construire un État-providence plus fort pour tous.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire