L’extrême droite se cache dans le conservatisme mexicain

0
35

Début septembre, des sénateurs du Parti d’action nationale (Partido Acción Nacional, PAN) du Mexique et du Parti révolutionnaire institutionnel (Partido Revolucionario Institucional, PRI) ont accueilli très publiquement un invité très particulier : Santiago Abascal, président du parti néofasciste espagnol Vox .

L’occasion de la réunion, qui s’est tenue dans rien de moins que le bâtiment du Sénat lui-même, était de signer le Lettre madrilène: une sorte de manifeste de la guerre froide engageant les parties à libérer l’Amérique latine des « régimes totalitaires d’inspiration communiste » qui, selon la lettre, diffusent leur « projet criminel et idéologique » à travers la région dans une tentative infâme de subvertir les libéraux démocraties et l’État de droit.

Le retour de flamme de la visite a été immédiat et féroce, à tel point que les sénateurs qui prenaient joyeusement leur photo avec Abascal un jour ont passé le lendemain à essayer frénétiquement de prendre leurs distances par rapport à leur propre événement. Après avoir d’abord nié qu’aucun de ses membres n’y avait participé, le PRI a changé d’air pour insister sur le fait que tous ceux qui s’y trouvaient y sont allés de leur propre gré.

Le PAN, pour sa part, a publié un communiqué de presse en insistant sur le fait que la lettre commune n’était en aucun cas un « accord politique » mais plutôt un simple texte dans lequel des personnes partageant les mêmes idées acceptaient de travailler ensemble. Vox, quant à lui, sapait joyeusement le rétropédalage synchronisé en publiant des informations sur la rencontre et les participants sur son site Web.

Pour la malheureuse opposition de la nation, son rassemblement maintenant tu me vois maintenant tu ne représente pas un nouveau creux, d’autant plus incroyable qu’il est tombé entre les mains d’un parti qui, à côté de son racisme, de sa discrimination et de l’homophobie, prend un plaisir particulier à glorifier la conquête espagnole des Amériques.

Là encore, se précipiter dans les bras de puissances étrangères a été une tradition conservatrice au Mexique qui remonte au moins à son appel à l’intervention étrangère à la suite des guerres réformatrices du XIXe siècle, qui ont abouti à l’éphémère dynastie des Habsbourg de Maximilien I. Et le la tradition est bien vivante. Rien qu’au cours de la dernière année et demie, le président de la Confédération patronale de la République mexicaine, Gustavo de Hoyos, a dénoncé la prise de décision « irrationnelle » d’AMLO au roi d’Espagne ; le commentateur Jorge Suárez-Vélez a déploré que l’échec des États-Unis à intervenir pour arrêter le président mexicain les ait laissés tranquilles ; et l’alliance de l’opposition a tenté de faire appel des élections de mi-mandat auprès de l’Organisation des États américains (OEA) à Washington.

Pour le PAN, en particulier, son alliance avec Vox représente une sorte de retour aux sources. Fondé en 1939, le Parti Action nationale n’a pas caché ses sympathies fascistes dans les premières années de son existence. En effet, l’un des fondateurs du parti, Aquiles Elorduy, était aussi le directeur du magazine antisémite pro-nazi La réaction, qui comptait parmi ses collaborateurs des ancêtres distingués du parti tels que Manuel Gómez Morín, Gustavo Molina Font, Manuel Herrera y Lasso et Pedro Zuloaga.

Ce n’est qu’une fois que le sort de l’Axe pendant la Seconde Guerre mondiale a tourné au vinaigre que le parti a commencé à changer de ton. Et malgré les tentatives des dernières générations d’historiens de la maison de réinventer les origines du parti et de ses fondateurs en un noble rassemblement d’humanistes, il est évident que les premiers PAN avaient plus en commun avec la Phalange qu’avec les démocrates-chrétiens qu’ils ont depuis prétendu. être.

S’il y avait le moindre doute que l’ADN de l’extrême droite reste bel et bien vivant dans le conservatisme mexicain, le leader de l’alliance d’opposition Va por México, Claudio X. González, l’a clairement confirmé en octobre. Dans un tweet menaçant, González, fils du président de Kimberly-Clark de México, a prévenu que la « soi-disant » Quatrième Transformation se terminerait « mal, très mal ». Il a continué:

Il faut prendre note de tous ceux qui, par action ou omission, ont encouragé les actions et les actes de l’administration actuelle et ont nui au Mexique. Que personne n’oublie qui a pris parti pour l’autoritarisme populiste et destructeur.

Avec des souvenirs de dictatures et de disparitions si frais en Amérique latine – de l’opération Condor des années 1970 à la contre-insurrection financée par les États-Unis en Amérique centrale dans les années 1980, à la propre histoire sanglante du Mexique de la place de Tlatelolco aux jungles du Chiapas – l’appel de González à une liste noire pour extirper les ennemis lorsque l’opposition reprend le pouvoir a été à peine subtil.

Certes, une partie de ce qui se cache derrière ce glissement de masque est le simple désespoir. Les choses ne se sont pas bien passées pour le projet politique de Claudio Jr ces derniers temps : en plus de perdre les élections de mi-mandat, Passe par le Mexique s’est retiré de contester AMLO lors d’une élection de rappel en 2022 après avoir dit plus tôt qu’il le ferait, est confronté à une éventuelle scission de la coalition sur la réforme énergétique proposée par le président, et se heurte à une disposition dans le budget de cette année qui limite la déductibilité fiscale des dons au mêmes fondations qu’elle utilise pour financer ses activités.

Quant au PAN, il saigne des membres du Sénat, tandis que son propre président de parti a été filmé en admettant qu’il est en passe de perdre cinq des six courses au poste de gouverneur l’année prochaine. Mais à la lumière de l’histoire régionale et de la résurgence mondiale des mouvements d’extrême droite, la menace prend une autre teneur.

Quelques jours seulement après l’explosion de González, un membre du Congrès de la coalition conservatrice, Jorge Álvarez Maynez, a qualifié le secrétaire adjoint à la Prévention et à la Promotion de la santé Hugo López-Gatell d’« assassin » depuis le podium de la Chambre des députés, en terminant par un « nous » inspiré de la mafia reviens pour toi. De peur que cela ne soit considéré comme une explosion isolée, la membre du Congrès Martha Estela Romo Cuéllar de PAN a ensuite présenté au patron de López-Gatell, le Dr Jorge Alcocer Varela, une fausse pierre tombale indiquant sa date de naissance mais avec un point d’interrogation à côté de sa date de décès ; Estela Romo a ensuite demandé à Alcocer comment il voulait qu’on se souvienne de lui dans son épitaphe.

Peut-être plus qu’un fascisme latent, les cascades ont simplement montré la nature brute et désespérée d’une droite peu habituée à être en marge d’un système qu’elle considère comme sa propriété personnelle. Mais c’est d’un tel désespoir que naissent souvent les fascismes.

Aucune réflexion sur l’extrême droite mexicaine ne serait complète sans la pièce manquante du puzzle : la secte secrète ultra-catholique connue sous le nom d’El Yunque (l’Enclume). Contrairement à d’autres groupes religieux made in-Mexico tels que les Légionnaires du Christ, qui ont cherché à étendre leur influence en cultivant des personnalités influentes, El Yunque, depuis sa conception au plus fort de la paranoïa de la guerre froide des années 1950, s’est consacré à des objectifs politiques directs. .

Selon le journaliste Álvaro Delgado, qui a beaucoup écrit sur le sujet depuis plus de deux décennies, l’objectif d’El Yunque n’est rien de moins que de prendre le pouvoir et d’installer un régime théocratique, d’évangéliser les institutions de l’État et de veiller à ce que son programme soit imposé à la nation. . C’est ce qu’il a tenté d’accomplir en préparant des perspectives d’infiltration de partis politiques, d’organisations civiques, etc., en commençant par le PRI hégémonique, mais en passant des chevaux au PAN émergent dans les années 1970. Lorsque Vicente Fox a remporté la présidence en 2000, des dizaines, voire des centaines de yunquistes inondé le gouvernement fédéral, certains, comme le secrétaire aux affaires intérieures Carlos Abascal, occupant des postes de pouvoir au sein du cabinet. L’influence a continué et a été consolidée au cours de l’administration ultérieure de Felipe Calderón.

Loin d’être un phénomène purement national, l’influence d’El Yunque a rayonné vers le reste du monde. En août, une enquête journalistique multinationale basée sur une série de nouveaux communiqués de Wikileaks a révélé que, par l’intermédiaire d’une série d’organisations alliées portant des noms tels que Hazte Oír (HO) et CitizenGô (CG), l’organisation a pénétré les sociétés et les gouvernements d’une cinquantaine de nations.

HO et CG, à leur tour, se sont associés au Howard Center for Family, Religion, and Society (maintenant l’Organisation internationale pour la famille) pour parrainer le Congrès mondial des familles, une réunion annuelle de la droite chrétienne internationale dont l’édition la plus récente des conférenciers tels que Matteo Salvini de la Ligue du Nord d’Italie. Mais malgré toute cette exposition internationale, le Mexique reste l’un des principaux centres d’opérations et de collecte de fonds du réseau.

Quant au PAN et Vox, tous deux ont tenté de nier que leurs partis aient été infiltrés par El Yunque ; Vox a même profité de sa rupture avec Hazte Oír pour placer une lumière du jour peu convaincante entre le parti et l’organisation. Ironiquement, bien que Vox cherche à étendre sa portée idéologique en Amérique latine en jouant le rôle de chef de file dans ce qu’il appelle maladroitement « l’ibérosphère », l’influence la plus forte peut en effet s’écouler dans la direction opposée : le succès vertigineux du parti a permis à une société secrète mexicaine de pénétrer les échelons supérieurs de la politique espagnole d’une manière dont il n’aurait jamais rêvé auparavant.

Une prise de contrôle de l’extrême droite au Mexique semble improbable de sitôt : AMLO est populaire, les programmes sociaux qu’il a lancés sont nouveaux, l’atrocité des administrations récentes reste présente à l’esprit et l’opposition est presque singulièrement incompétente. De plus, le public mexicain, vétéran de siècles d’ingérence ecclésiastique brutale dans les affaires politiques, n’a guère besoin d’être convaincu de la nécessité d’une séparation ferme de l’Église et de l’État.

Mais les choses peuvent changer : un autre président prendra ses fonctions, une fois que les nouveaux programmes deviendront bientôt la norme, la mémoire des administrations précédentes s’effacera et l’opposition apprendra au moins quelque chose. C’est alors qu’une nouvelle souche, un amalgame, peut-être, de l’extrême droite catholique avec des influences plus récentes du mouvement évangélique en plein essor, pourrait menacer de s’installer – rendue d’autant plus possible par l’inégalité des richesses et une crise climatique galopante.

Tout cela devrait représenter un appel aux armes pour le MORENA au pouvoir : alors qu’une approche pragmatique a fourni suffisamment de gains initiaux pour se vanter, en l’absence d’un mouvement désireux de démanteler les structures du pouvoir des élites dans toutes leurs sphères qui se chevauchent, elle pourrait trouver lui-même soufflé de la carte par l’ouragan qui peut encore se préparer au large des côtes.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici