Lorsque la bulle immobilière au Canada éclatera, cela provoquera la misère et la ruine

0
44

Il y a à peine dix ans, les spéculateurs immobiliers constituaient une minorité parmi les acheteurs de maisons en Ontario. Les investisseurs dépassent désormais les acheteurs d’une première maison ainsi que le nombre total de personnes se déplaçant entre les maisons. Selon un récent rapport, entre janvier et août de l’année dernière, les investisseurs étaient responsables d’un quart des achats de maisons dans la province.

Ces investissements spéculatifs font bien sûr grimper les prix. Ils créent également des problèmes majeurs pour l’économie dans son ensemble car la hausse du coût du logement a augmenté le montant de la dette privée détenue par les particuliers. Alors que les taux d’intérêt sont restés bas, cette dette a été soutenable. La possibilité de hausses menace maintenant de faire s’effondrer le marché canadien de l’habitation.

La Banque du Canada prévient qu’une « frénésie d’investissements immobiliers », combinée à des niveaux incroyablement élevés d’endettement des ménages, « pourrait déstabiliser l’économie alors que les taux commencent à augmenter ». Le sous-gouverneur de la banque centrale, Paul Beaudry, laisse entendre que les comptes approchent à grands pas puisque la Banque du Canada prévoit maintenant d’augmenter les taux d’intérêt. Beaudry prévient que

Une préoccupation clé ici est que les ménages financièrement tendus ont peu de marge de manœuvre pour absorber toute perturbation de leurs revenus. Une perte d’emploi pourrait forcer de nombreuses personnes à réduire considérablement leurs dépenses pour continuer à assurer le service de leur dette.

Au cours des deux dernières décennies, les prix des maisons ont augmenté de 375 % au Canada. Ces augmentations ont été particulièrement marquées à Toronto et à Vancouver, où les prix ont augmenté de 450 et 490 % respectivement. Cette hausse dépasse de loin tous les autres marchés développés dans le monde. Ces dernières années, un gouffre incroyable s’est creusé entre les prix des logements et les revenus réels. Même des banquiers d’investissement de haut niveau tels que David Doyle, responsable de la stratégie et de l’économie nord-américaines chez Macquarie Group, ont sonné l’alarme. “Les prix”, selon Doyle, “sont totalement déconnectés des fondamentaux”.

La façon la plus simple d’apprécier la gravité des choses est de comparer la situation au Canada avec celle des États-Unis. La crise des prêts hypothécaires à risque aux États-Unis était profondément liée au krach financier de 2008 et à la Grande Récession qu’il a provoquée. Le Canada, cependant, n’a pas connu le même genre de « correction » forcée que son voisin nord-américain. L’inflation imprudente de sa bulle immobilière axée sur les bénéfices s’est poursuivie sans relâche. Alors que les investisseurs américains dans l’ensemble ont fait le point sur l’énormité de 2008 et ont cessé de considérer le logement comme un investissement sûr, leurs homologues canadiens sont restés optimistes, continuant d’alimenter un marché du logement dominé par l’endettement.

En février, une étude des « marchés du logement les moins abordables au monde » a montré comment la bulle spéculative du Canada a fait de Toronto et de Vancouver l’un des chefs de file mondiaux en matière de logement inabordable. À l’aide d’une échelle dans laquelle une note de plus de 5,1 est « extrêmement inabordable », Toronto, avec une note de 8,6, a battu Londres et San Francisco. Vancouver, avec un incroyable 11,9, est complètement hors du commun. L’« indice d’exubérance » de la Réserve fédérale américaine a montré que, comme le dit un article de presse, « les prix des maisons canadiennes sont en territoire de bulle depuis 6 ans sans correction ».

La cause de cette instabilité est la marchandisation du logement, et sans entrave, elle entraînera un endettement supplémentaire de la part des acheteurs privés et menacera des millions de personnes de bouleversement économique. Cela fait également grimper les loyers, impose des logements précaires à de nombreuses personnes et force un nombre croissant de personnes à se retrouver sans abri. La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) a produit des données montrant que « les loyers augmentent, pandémique ou non ».

Entre octobre 2018 et octobre 2019, les loyers moyens d’un logement de deux chambres au Canada ont augmenté à cinq fois le taux d’inflation général. Le fait que les revenus des Canadiens les plus pauvres aient stagné pendant cette période n’a pas affecté le rythme auquel les prix ont augmenté. Les prestations d’aide sociale de l’Ontario restent gelées malgré la flambée des coûts du logement.

Comme on pouvait s’y attendre, la menace d’expulsion plane sur la tête d’un grand nombre de locataires. le Globe a récemment rapporté qu’à Vancouver, l’épicentre canadien du logement inabordable, 10,5 pour cent des ménages locataires ont déménagé de leur ancien logement parce qu’ils ont été expulsés. Les chiffres pour Toronto et Montréal sont respectivement de 5,8 et 4,2.

Lorsque les propriétaires veulent expulser des locataires, le système judiciaire et ses exécuteurs ne sont que trop prêts à apporter leur soutien. Pendant les vacances de Pâques, les propriétaires ont retiré de leur maison un père de Toronto et ses deux jeunes enfants avec l’aide de dizaines de policiers qui ont fait irruption dans son appartement le Vendredi saint. C’était un jour avant que le gouvernement de l’Ontario ne promulgue une fermeture à l’échelle de la province. Comme le dit le locataire, « il n’y a aucune justification à envoyer vingt-six croiseurs pour expulser un seul homme paisible et ses deux enfants. C’est inhumain.

Comme on pouvait s’y attendre, la hausse des prix des logements a entraîné une augmentation du nombre de sans-abri. Dans les grandes villes, les autorités locales, au lieu de chercher des solutions concrètes, ont décidé de balayer le problème sous le tapis. Toronto a connu une augmentation importante des campements de sans-abri, souvent installés dans des parcs publics. La pandémie a accru la visibilité de la misère urbaine. Les villes ont réagi en recourant de plus en plus à des opérations policières brutales pour nettoyer les campements.

Au cours de l’été, la police a arrêté vingt-six personnes lors d’accrochages entre manifestants et forces de l’ordre. Les arrestations faisaient suite à une opération policière visant à chasser les sans-abri d’un parc de Toronto. Des méthodes similaires ont été employées dans d’autres villes canadiennes, y compris une attaque policière particulièrement horrible à Halifax. Selon un défenseur local du logement, “ces personnes n’avaient nulle part où aller, malgré le double langage que nous entendons de la ville selon lequel tout le monde a des options”. Néanmoins, l’hôtel de ville est déterminé à ce que la « reprise » post-pandémique n’inclue pas les personnes dont le logement a été privé de prix.

Au début des années 90, les gouvernements du Canada ont sabré le financement du logement social et ouvert le marché du logement à une domination complète des intérêts privés. Aujourd’hui, alors que les prix des logements et les loyers montent en flèche et que les refuges pour sans-abri débordent, la politique publique dominante est entièrement réconciliée avec l’idée que le logement doit être une marchandise.

Le gouvernement Trudeau a récemment fait beaucoup de bruit sur la nécessité d’une solution au logement, mais alors que la crise devient incontrôlable, il semble que les solutions des libéraux ne sont guère plus que des paroles creuses. À Toronto, la plus grande ville du pays, les membres de gauche et de droite du conseil municipal sont attachés à la position favorable aux promoteurs immobiliers selon laquelle l’inclusion de certaines unités «abordables» dans leur construction imprudente de logements haut de gamme est une solution raisonnable à la crise.

Il est clair que seul un véritable défi à la marchandisation du logement peut faire une différence significative dans cette situation. À la suite des bouleversements et des difficultés qui ont été déclenchés par la pandémie, de nombreux politiciens ont fait semblant d’exprimer la nécessité d’une “juste reprise”. La réalité, cependant, est que tous les gains que les travailleurs et travailleuses réaliseront au cours de la période à venir devront être combattus.

La lutte pour le logement nécessitera une expansion massive du logement social. L’appel au logement social devra être clairement articulé et des demandes locales très spécifiques devront être mises en avant. Cependant, pour pousser les gouvernements à développer des logements sociaux, une action sociale de masse sera nécessaire.

La percée dans la lutte pour les droits syndicaux en Amérique du Nord a eu lieu dans les années 1930, lorsque les travailleurs ont occupé les usines afin de faire valoir leurs revendications. Dans les conditions actuelles, une méthode comparable pour faire avancer la lutte pour le logement est possible. Alors que les investisseurs s’emparent du marché de l’habitation, on estime que 1,3 million de logements sont vides au Canada.

Selon un magazine de style de vie de Toronto, la ville « compte plus de grues de construction que n’importe quelle autre ville d’Amérique du Nord, dont environ les deux tiers travaillent sur des condos ». Cette construction représente un échec étonnant du marché – un nombre impressionnant de soixante-cinq mille unités de condos dans la ville seraient actuellement inoccupées, ne servant à rien d’autre qu’à des investissements spéculatifs.

La crise du logement nécessite une grande mobilisation sociale. L’occupation de ces maisons vides par toutes les personnes déplacées par le marché amènerait le défi du logement au-delà des limites du débat abstrait et dans le domaine de l’action réelle. Ce serait une véritable initiative populaire de « reconstruire en mieux ».

Le marché canadien de l’habitation est malade et gravement faussé. Elle fait vivre aux locataires une peur constante de l’expulsion et fait en sorte que les sans-logis dorment dans la rue. La subordination des besoins de logement au profit a créé une bulle dangereuse qui menace une catastrophe économique. Une « correction » efficace de cette situation pourrait commencer par un mouvement de personnes dans la rue qui insistent sur le fait que le logement est un droit humain.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici