L’Ouzbékistan va verdir son secteur électrique et son économie

0
63

TACHKENT, Ouzbékistan – Suite à la réélection du président de l’Ouzbékistan Shavkat Mirziyoyev le 24 octobre, le pays d’Asie centrale a choisi la voie du progrès moderne et de l’hydroélectricité en se développant activement dans le cercle des réformes à grande échelle, qui est une source importante d’énergie pour l’État économique, a déclaré le président d’Uzbekhydroenergo, Abdugani Sanginov, à Nouvelle Europe à Tachkent le 25 octobre.

« Il y a eu des élections le 24 octobre, et elles étaient à un nouveau niveau. Tout était moderne. En matière d’hydroélectricité, le président a signé en 2017 un décret créant une organisation spéciale Uzbekhydroenergo pour développer l’énergie verte. Aujourd’hui, la capacité de la centrale électrique est de 2005 MW et l’énergie hydraulique se développe en Ouzbékistan car le président a créé cette organisation. Il existe 47 centrales hydroélectriques et 10 à 12 pour cent de la production totale d’énergie est de l’hydroénergie. Le programme de développement coûte 3,5 milliards de dollars », a déclaré Sanginov dans une interview. « Nous travaillons avec des organisations et des entreprises européennes pour développer les énergies vertes, dont la société française EDF et la Banque européenne d’investissement (BEI) », a-t-il ajouté.

L’Ouzbékistan veut des subventions de l’UE et des prêts pour stimuler l’hydroélectricité

Sanginov a déclaré que l’Union européenne peut jouer un rôle important dans le soutien aux sources d’énergie renouvelables en Ouzbékistan en fournissant des subventions et des prêts à des conditions avantageuses pour le développement des SER en Ouzbékistan.

L’Ouzbékistan prévoit de construire de nouvelles centrales hydroélectriques et de moderniser celles existantes, ce qui fait partie de la stratégie énergétique nationale du pays visant à augmenter la part des sources d’énergie renouvelables dans le bilan énergétique de l’Ouzbékistan à 20 % d’ici 2030. “Selon notre programme, nous prévoyons construire 30 nouvelles centrales hydroélectriques et nous prévoyons de moderniser 22 centrales hydroélectriques. C’est pourquoi nous avons accepté le programme d’énergie verte. D’ici 2030, nous augmenterons la capacité de l’énergie hydraulique à 3,5 GW », a déclaré le président d’Uzbekhydroenergo à New Europe. « Nous prévoyons déjà de terminer des projets solaires et éoliens », a-t-il ajouté.

Conformément au programme, qui a été approuvé par Mirziyoyev, des travaux cohérents sont en cours pour utiliser efficacement le potentiel hydroélectrique de l’Ouzbékistan, augmenter la part des ressources hydroélectriques renouvelables dans la structure de la production d’électricité, créer de nouvelles capacités de production respectueuses de l’environnement, réaliser des le rééquipement technologique des centrales hydroélectriques existantes, attirant les investissements étrangers dans le développement de l’hydroélectricité et assurant, sur cette base, la satisfaction la plus complète des besoins des entreprises et de la population en énergie électrique, a-t-il déclaré.

Le plan vert comprend le vent, l’énergie solaire

L’Ouzbékistan prévoit de produire et de fournir de l’énergie verte à sa population, diminuant la dépendance du pays aux combustibles fossiles et réduisant les émissions globales de CO2. L’Ouzbékistan prévoit de développer 8 GW de capacité solaire et éolienne d’ici 2030.

En ce qui concerne la région historique de Samarkand, que la Nouvelle Europe a visitée le jour des élections le 24 octobre, Sanginov a noté qu’il y avait 5 centrales à Samarkand d’une capacité de 45 MW. « Il y a 4 projets en cours, 3 nouveaux et un en cours de modernisation. Trois nouvelles stations d’une capacité de 18 MW. En raison du manque de ressources en eau à Samarkand, nous prévoyons de construire seulement 3 usines », a-t-il déclaré.

Concernant les projets en coopération avec des pays et des entreprises étrangers, il a déclaré qu’Uzbekhydroenergo avait achevé six projets en 2020. « Cette année, nous prévoyons d’achever deux nouvelles usines et de moderniser une usine. D’ici 2022, nous prévoyons de terminer 7 nouveaux projets », a-t-il déclaré. « Notre entreprise reçoit des technologies d’entreprises étrangères, mais nous concevons et construisons les usines nous-mêmes. Nous obtenons beaucoup de préférences du gouvernement », a-t-il ajouté.

Sanginov a noté que sa société et la société française de production d’électricité EDF ont conclu des accords préliminaires sur des projets opérationnels et une collaboration organisationnelle, en particulier la construction d’une centrale de pompage-turbinage (PSP) pour la première fois en Ouzbékistan, l’installation de stations solaires flottantes sur des réservoirs et la création de groupes de travail spéciaux pour discuter des questions organisationnelles clés.

Il a noté que le potentiel renouvelable de l’Ouzbékistan augmente et que le pays d’Asie centrale cherche à jouer un rôle important dans la région.

Samarcande passe au vert

Pendant ce temps, le professeur Shahobiddin Ashurov, vice-recteur des affaires scientifiques et des innovations à l’Institut d’État des langues étrangères de Samarkand, a déclaré le 24 octobre à Nouvelle Europe à Samarkand que l’hydroélectricité et l’énergie solaire sont deux des principales sources d’électricité. « Nous faisons de notre mieux pour rendre nos villes vertes, y compris Samarkand », a-t-il déclaré.

Ashurov a également noté que le train électrique à grande vitesse de Tachkent à Samarkand, que nous avons pris pour visiter la ville historique, ne prend que deux heures alors qu’une voiture prend quatre heures, réduisant les émissions de CO2.

Samarkand, qui est l’une des plus anciennes villes habitées d’Asie centrale, prospère grâce à son emplacement sur la route commerciale entre la Chine et l’Europe, est également l’une des plus grandes attractions touristiques du pays. “Vous avez vu vous-même le temps à Samarcande et à Tachkent”, a-t-il déclaré, notant que Tamerlan, le fondateur et dirigeant de l’empire timuride, a fait de Samarcande sa capitale, la choisissant plutôt que Boukhara et Karshi. “Nous faisons de notre mieux pour donner aux investisseurs la possibilité d’accroître notre économie en faisant tout type d’entreprise, ce qui contribue également à donner à nos employés de bonnes opportunités”, a-t-il déclaré.

Samarkand est devenue la première ville d’Ouzbékistan à renforcer sa planification de la durabilité urbaine en rejoignant le programme BERD Green Cities de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement.

Samarkand est devenu le 48e membre du programme, officialisé par la signature d’un protocole d’accord en juin. Samarkand devrait investir dans des bus électriques et rédiger un plan d’action pour une ville verte (GCAP), définissant de nouvelles actions pour améliorer l’environnement local.

suivre sur twitter @energyinsider



La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici