Israël a mené des raids aériens dans le sud du Liban, ciblant ce qu’il a qualifié de positions du groupe palestinien Hamas.

L’armée israélienne a déclaré que le bombardement aux premières heures de vendredi était une réponse à un barrage de roquettes tirées par le Hamas au Liban la veille. Séparément, il a lancé des attaques aériennes dans la nuit sur la bande de Gaza assiégée, qui est dirigée par le Hamas.

Les tirs de roquettes surviennent après que la police israélienne a attaqué des fidèles palestiniens à l’intérieur de la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem pour la deuxième nuit consécutive cette semaine.

Voici ce que vous devez savoir :

Ce qui s’est passé?

L’armée israélienne a tweeté jeudi que 34 roquettes avaient été tirées depuis le Liban, dont 25 interceptées et au moins quatre atterrissant en Israël. Il s’agissait des premières roquettes tirées du Liban vers Israël depuis avril dernier et du plus gros lancement depuis qu’Israël et le puissant mouvement chiite libanais Hezbollah ont mené une guerre en 2006.

Les médecins israéliens ont déclaré que trois personnes avaient été blessées dans les tirs de roquettes, dont un homme de 19 ans blessé par des éclats d’obus dans un état bénin et une femme de 60 ans blessée alors qu’elle courait vers un abri à proximité. Plusieurs autres ont été traités pour choc.

L’armée israélienne a annoncé vendredi dans un court communiqué à 04h07 (01h07 GMT) qu’elle « est en train de frapper au Liban ». Une chaîne de télévision libanaise a rapporté des explosions près d’un camp de réfugiés palestiniens dans la ville portuaire de Tyr, dans le sud du pays.

Aucune victime n’a été signalée et la plupart des missiles sont tombés dans des espaces ouverts.

Le gouvernement libanais a déclaré que ses troupes et les Casques bleus des Nations Unies avaient lancé une enquête pour trouver les auteurs.

Vendredi, l’armée libanaise a déclaré dans un communiqué avoir localisé un lance-roquettes, dont plusieurs roquettes, dans la ville de Marjaajoun, près de la frontière israélienne.

Qui a tiré les roquettes ?

Il n’y a pas eu de revendication immédiate de responsabilité pour les tirs de roquettes, qui ont eu lieu au milieu des assauts des forces israéliennes contre des fidèles palestiniens à Al-Aqsa cette semaine, qui ont conduit à la condamnation régionale et mondiale d’Israël.

L’armée israélienne a déclaré qu’elle pensait que les tirs de roquettes étaient “un événement orienté vers les Palestiniens”, lié à la violence à Jérusalem.

Le porte-parole de l’armée israélienne, Richard Hecht, a déclaré que le Hamas ou le Jihad islamique palestinien, tous deux basés à Gaza mais opérant également au Liban, pourraient être impliqués. Il a ajouté que l’armée pensait que le Hezbollah et le gouvernement libanais étaient au courant de ce qui s’était passé et en tenaient également la responsabilité.

Par ailleurs, un autre porte-parole de l’armée, Avichay Adraee, a écrit sur Twitter : « Nous enquêtons sur la possibilité d’une implication de l’Iran dans les tirs de roquettes depuis le Liban », a ajouté Adraee sur Twitter.

Le Hamas et le Hezbollah sont des alliés iraniens et ont récemment annoncé une salle d’opérations conjointe.

Mais le représentant du Hamas au Liban, Ahmed Abdel Hadi, a déclaré au journal libanais An-Nahar que le groupe n’avait “aucune information concernant les roquettes” lancées vers Israël.

“Des sources de sécurité disent que des groupes palestiniens – dont beaucoup sont armés et confinés dans des camps – sont derrière l’incident”, a rapporté Zeina Khodr d’Al Jazeera depuis Tyr.

“Certains analystes disent qu’ils n’auraient pas pu agir à l’insu et sans le soutien du Hezbollah”, a-t-elle dit, notant que le groupe libanais “maintient son emprise” dans le sud du pays.

Mohanad Hage Ali, du Carnegie Middle East Center, a déclaré à Al Jazeera qu’au cours des dernières années « un grand nombre de responsables et de représentants du Hamas se sont présentés au Liban et aussi, dans une certaine mesure, [have] Beyrouth comme base de leur présence ».

Al Jazeera a contacté plusieurs responsables du Hamas dans la bande de Gaza et au Liban, mais il n’a pas été possible d’obtenir un commentaire.

Interrogé sur les accusations de responsabilité dans les tirs de roquettes, Daoud Shehab, un haut responsable du Jihad islamique palestinien, a déclaré que l’affirmation d’Israël n’était qu’une « allégation ».

« À la lumière de la fréquence élevée des menaces et des attaques israéliennes contre nos réfugiés au Liban et en Syrie, nous avons des formations militaires dont la mission est de défendre notre peuple s’il est exposé à une agression israélienne », a-t-il déclaré à Al Jazeera.

« Nous avons soutenu et encouragé le tir de ces missiles en réponse aux attaques israéliennes contre la mosquée Al-Aqsa et les fidèles. »

Un responsable de la sécurité libanaise, qui s’est entretenu avec l’Associated Press sous couvert d’anonymat parce qu’il n’était pas autorisé à parler aux médias, a déclaré que les forces de sécurité du pays pensaient que les roquettes avaient été lancées par un groupe armé palestinien basé au Liban, et non par le Hezbollah.

Pourrait-il s’agir d’autre chose ?

L’escalade est survenue après qu’Israël, ces dernières semaines, a intensifié ses attaques aériennes contre des cibles iraniennes en Syrie voisine.

Le gouvernement iranien, dans une rare reconnaissance, a déclaré la semaine dernière que deux de ses conseillers militaires avaient été tués dans une attaque israélienne près de Damas et a déclaré qu’il se réservait le droit de répondre au moment opportun.

Il y a également eu d’autres incidents récemment qui ont exacerbé les tensions, notamment l’infiltration présumée d’un homme armé soupçonné d’être entré en Israël depuis le Liban le mois dernier et d’avoir fait exploser une voiture à un carrefour, selon l’armée israélienne.

Quelle a été la réaction ?

Le Hezbollah n’a pas condamné les tirs de roquettes. Son chef adjoint, Sheikh Naim Qassem, a déclaré dans un post sur Twitter que le groupe était “vigilant” après l’échange de tirs de jeudi au-dessus de la frontière libano-israélienne.

Mais le Premier ministre libanais par intérim, Najib Mikati, a mis en garde contre l’utilisation du territoire libanais pour des actes qui pourraient menacer la sécurité du pays.

“Le Liban rejette absolument toute escalade militaire émanant de son territoire et l’utilisation du territoire libanais pour mener des opérations susceptibles de déstabiliser la stabilité existante”, a déclaré Mikati.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a promis une réponse ferme.

“Nous frapperons nos ennemis et ils paieront le prix de tout acte d’agression”, a-t-il déclaré au début d’une réunion du cabinet de sécurité à Jérusalem jeudi soir.

L’Iran, quant à lui, a condamné les attaques israéliennes au Liban et à Gaza et a appelé à l’action des instances internationales, selon les médias officiels.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanaani, a déclaré que le ministère « a fermement condamné les attaques… comme une violation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du Liban et une violation flagrante du droit international et des droits de l’homme de la nation palestinienne opprimée, et a appelé à une réponse efficace par… les instances mondiales. “, ont déclaré les médias d’État.

Maram Humaid à Gaza a contribué à ce rapport

Source: https://www.aljazeera.com/news/2023/4/7/who-fired-rockets-into-israel-from-southern-lebanon

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *