50 ans de diplomatie environnementale des Nations Unies

0
326

La Conférence de Stockholm a débuté le 5 juin 1972. Photo ONU/Yutaka Nagata.

En 1972, les pluies acides détruisaient les arbres. Des oiseaux mouraient d’empoisonnement au DDT et des pays étaient aux prises avec des déversements de pétrole, la contamination par des essais d’armes nucléaires et les dommages environnementaux de la guerre du Vietnam. La pollution de l’air traversait les frontières et nuisait aux pays voisins.

À la demande pressante de la Suède, les Nations Unies ont réuni des représentants de pays du monde entier pour trouver des solutions. Ce sommet – la Conférence des Nations Unies sur l’environnement humain, qui s’est tenue à Stockholm il y a 50 ans du 5 au 16 juin 1972 – a marqué le premier effort mondial visant à traiter l’environnement comme une question politique mondiale et à définir les principes fondamentaux de sa gestion.

La Conférence de Stockholm a marqué un tournant dans la façon dont les pays envisageaient le monde naturel et les ressources que toutes les nations partagent, comme l’air.

Elle a conduit à la création du Programme des Nations Unies pour l’environnement chargé de surveiller l’état de l’environnement et de coordonner les réponses aux principaux problèmes environnementaux. Cela a également soulevé des questions qui continuent de défier les négociations internationales à ce jour, telles que qui est responsable de la réparation des dommages environnementaux et combien les pays les plus pauvres peuvent s’attendre à faire.

À l’occasion du 50e anniversaire de la Conférence de Stockholm, regardons où en est un demi-siècle de diplomatie environnementale et quels sont les enjeux qui se dessinent pour les décennies à venir.

La Conférence de Stockholm, 1972

D’un point de vue diplomatique, la Conférence de Stockholm a été une réalisation majeure.

Il a repoussé les limites d’un système onusien fondé sur le concept de souveraineté des États et a souligné l’importance d’une action conjointe pour le bien commun. La conférence a réuni des représentants de 113 pays, ainsi que des agences des Nations Unies, et a créé une tradition d’inclusion d’acteurs non étatiques, tels que des groupes de défense de l’environnement. Il a produit une déclaration qui comprenait des principes pour guider la gestion de l’environnement mondial à l’avenir.

Une vidéo de l’ONU a capturé des scènes dans et autour de la Conférence de Stockholm, y compris de jeunes manifestants et le discours du Premier ministre indien Indira Gandhi.

La déclaration reconnaissait explicitement « le droit souverain des États d’exploiter leurs propres ressources conformément à leurs propres politiques environnementales, et la responsabilité de veiller à ce que les activités relevant de leur juridiction ou de leur contrôle ne causent pas de dommages à l’environnement d’autres États ou de zones situées au-delà des limites de leur territoire ». juridiction nationale ». Un plan d’action a renforcé le rôle de l’ONU dans la protection de l’environnement et a établi le PNUE comme l’autorité mondiale pour l’environnement.

La Conférence de Stockholm a également mis les inégalités mondiales sous les projecteurs. Le Premier ministre indien Indira Gandhi a remis en question l’urgence de donner la priorité à la protection de l’environnement alors que tant de personnes vivent dans la pauvreté. D’autres pays en développement partageaient les préoccupations de l’Inde : ce nouveau mouvement environnemental empêcherait-il les personnes démunies d’utiliser l’environnement et renforcerait-il leur privation ? Et les pays riches qui ont contribué aux dommages environnementaux fourniraient-ils des financements et une assistance technique ?

Le Sommet de la Terre, 1992

Vingt ans plus tard, la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement de 1992 – le Sommet de la Terre – à Rio de Janeiro a apporté une réponse. Elle a embrassé le développement durable – un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Cela a ouvert la voie à un consensus politique de plusieurs manières.

Premièrement, le changement climatique montrait clairement que les activités humaines pouvaient altérer la planète de façon permanente, les enjeux étaient donc importants pour tout le monde. L’impératif était d’établir un nouveau partenariat mondial mobilisant les États, les secteurs clés des sociétés et les personnes pour protéger et restaurer la santé des écosystèmes de la Terre.

Deuxièmement, le développement économique, la protection de l’environnement et le développement social étaient considérés comme interdépendants.

Enfin, alors que tous les pays étaient censés poursuivre le développement durable, il a été reconnu que les pays développés avaient plus de capacité à le faire et que leurs sociétés exerçaient de plus fortes pressions sur l’environnement.

Le Sommet de la Terre a produit la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, jetant les bases des négociations mondiales sur le climat qui se poursuivent aujourd’hui ; la Convention sur la diversité biologique; principes forestiers non contraignants ; et un plan d’action global pour la transition vers la durabilité.

Des progrès, mais des défis majeurs à relever

La prise de conscience croissante des défis environnementaux au cours des 50 dernières années a conduit à la multiplication des agences environnementales nationales et à la croissance du droit mondial de l’environnement.

Le monde s’est mobilisé pour arrêter la destruction de la couche d’ozone, éliminer progressivement l’essence au plomb et réduire les polluants provenant de la combustion des combustibles fossiles qui créent les pluies acides. En 2015, les pays membres de l’ONU ont adopté 17 objectifs de développement durable avec des cibles mesurables et ont signé l’accord de Paris sur le climat. En 2022, les pays se sont engagés à élaborer un traité pour réduire la pollution par les plastiques. Le changement climatique et l’utilisation durable des ressources sont également devenus des priorités plus élevées dans l’élaboration des politiques étrangères, les organisations internationales et les conseils d’administration des entreprises.

Mais si la diplomatie environnementale a démontré que des progrès sont possibles, les défis auxquels le monde est encore confronté sont immenses.

Les concentrations de gaz à effet de serre continuent d’augmenter et la hausse des températures alimente des incendies de forêt dévastateurs, des vagues de chaleur et d’autres catastrophes. Plus d’un million d’espèces végétales et animales sont menacées d’extinction, entraînant potentiellement la pire perte de vie sur la planète depuis l’époque des dinosaures. Et 99 % de la population mondiale respire un air qui dépasse les directives de l’Organisation mondiale de la santé en matière de polluants.

Les 50 prochaines années : les tendances à surveiller

Alors que la diplomatie environnementale entre dans ses 50 prochaines années, le changement climatique, la biodiversité et les effets sur la santé humaine figurent parmi les priorités. Voici quelques nouvelles tendances qui méritent également d’être surveillées.

L’idée d’une économie circulaire gagne en popularité. Les gens produisent, consomment et jettent des milliards de tonnes de matériaux chaque année, tout en recyclant ou en réutilisant seulement un petit pourcentage. Les efforts continus pour créer une économie plus circulaire, qui élimine les déchets et maintiennent les matériaux en usage, peuvent aider à atténuer le changement climatique et à restaurer les systèmes naturels.

La défense des droits de la nature et des droits des animaux prend de plus en plus d’importance dans la diplomatie environnementale.

L’espace extra-atmosphérique est un autre thème, car il devient de plus en plus un domaine d’exploration humaine et d’ambitions de colonisation avec la croissance des voyages spatiaux privés. Les déchets spatiaux s’accumulent et menacent l’espace orbital de la Terre, et l’exploration de Mars soulève de nouvelles questions sur la protection des écosystèmes spatiaux.

Le 50e anniversaire de la Conférence de Stockholm est une occasion importante de réfléchir aux droits et responsabilités en matière de développement pour l’avenir tout en utilisant aujourd’hui la diplomatie environnementale pour préserver et régénérer la Terre.

Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/07/245591/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire