À la COP26 à Glasgow, l’esprit du « Red Clydeside » inspire des protestations pour un Green New Deal

0
59

En janvier 1919, 25 000 ouvriers industriels ont rempli George Square à Glasgow pour réclamer leur droit à une semaine de travail maximale de quarante heures. Décrivant la manifestation comme un « soulèvement bolcheviste », le secrétaire d’État du gouvernement britannique pour l’Écosse a dû recourir à l’envoi de soldats et de chars pour apaiser les troubles.

La soi-disant bataille de George Square a eu lieu au plus fort de Red Clydeside – une période où la révolution et le radicalisme ont balayé les rives de la rivière Clyde. Jamais dans l’histoire de l’Écosse les travailleurs n’ont eu plus de pouvoir – ou ne se sont rapprochés de la révolution. Ce fut, en effet, une époque décisive pour le mouvement ouvrier britannique. Lors des premières élections générales qui ont suivi la « bataille », l’Écosse a élu 23 autres députés travaillistes, ouvrant la voie au premier gouvernement travailliste en 1923.

Un siècle plus tard, le front industriel de Glasgow s’est à nouveau mobilisé. Plusieurs industries essentielles de la ville, y compris les ordures et le transport, ont vu ces dernières années des budgets réduits, des effectifs réduits et des demandes de meilleur traitement ignorées. Mais dans les semaines qui ont précédé la COP26, une grève a été déclenchée – et programmée pour perturber gravement le sommet. Cette pression suffisait à elle seule à obtenir des concessions importantes de la part des autorités qui craignaient de perdre la face lors de l’événement.

Le fait que George Square de la ville soit à nouveau au centre des manifestations exigeant un changement de système pendant la COP26 est donc doublement significatif. Au cours des semaines qui ont précédé la conférence, les travailleurs n’ont pas seulement vu des travailleurs s’organiser sur leur lieu de travail, mais des gens de toute la société écossaise insistant pour que les décideurs prennent des mesures concrètes pour sauver la planète et s’engager dans une transition juste.

Les gouvernements britannique et écossais veulent chacun utiliser le sommet pour se faire passer pour les dirigeants de la COP26 – et renforcer leurs références progressistes. Le premier ministre écossais, Nicola Sturgeon, a déclaré que toute l’Écosse est reconnaissante pour le travail que les travailleurs clés ont fait et « continuent de faire ». Mais son hypocrisie est devenue claire lorsque ses propres travailleurs essentiels ont menacé de fermer Glasgow. Il en va de même des paroles d’éloge de Boris Johnson pour ces mêmes travailleurs pendant la pandémie, pitoyablement combinées à une augmentation de salaire de 1% pour les infirmières – une baisse de salaire en termes réels.

Ceux qui ne veulent pas subvenir aux besoins fondamentaux des gens ne vont guère s’engager dans l’action nécessaire pour sauver notre planète. S’attaquer à l’urgence climatique, c’est protéger à la fois les ressources naturelles et les êtres humains contre l’exploitation, ce que ces gouvernements ne font clairement pas. Atteindre cet objectif exige que nous terminions la COP26 avec un Green New Deal radical et pas seulement un statu quo.

Les protestations autour de la COP26 n’ont pas été le début de ces conflits sociaux. En effet, les travailleurs de l’opérateur ferroviaire domestique écossais, ScotRail, sont en grève tous les dimanches depuis six mois. Mais leurs revendications pour de meilleurs salaires et conditions ont été ignorées par l’opérateur ferroviaire Abellio et par le gouvernement écossais. Lorsque le conflit a éclaté il y a dix-huit mois, les patrons ont même refusé de rencontrer les délégations syndicales.

Le gouvernement dirigé par le Parti national écossais (SNP) a eu un an et demi pour résoudre cette crise. Au lieu de cela, ils ont continuellement retardé, faisant pression sur les travailleurs pour qu’ils capitulent de peur d’embarrasser le pays devant un public mondial pendant la COP26. Au lieu de se ranger du côté de ceux qui exigent un salaire équitable, le gouvernement écossais a doublé et a parié sur les travailleurs de ScotRail qui craquent sous la pression du public et des médias. Ils ont ignoré l’exploitation par Abellio de ses employés, se rangeant ainsi du côté des employeurs dans leurs tentatives de maximiser les marges bénéficiaires.

Mais à la dernière minute, leur tactique a échoué. Alors que les travailleurs et leurs syndicats restaient forts, le coût des grèves de ScotRail pendant la conférence était trop élevé pour que le gouvernement le tolère. Témoignant du pouvoir de la solidarité et de l’organisation industrielle, une augmentation de salaire a été acceptée à contrecœur.

Quatre-vingt-quatre pour cent des membres du Syndicat national des travailleurs des chemins de fer, des transports maritimes et des transports (RMT, le plus grand syndicat des cheminots d’Écosse) avaient soutenu une grève de douze jours qui devait durer toute la durée de la COP26. Bien que le différend ScotRail ait été résolu, les employés du train Caledonian Sleeper quitteront le train pendant la conférence. L’action de grève ne se limite pas aux chemins de fer – plus d’un millier d’opérateurs de First Bus à Glasgow votent sur une action revendicative après le tollé suscité par des offres salariales inacceptables. Ces employés n’ont pas eu d’augmentation de salaire depuis deux ans.

Les tenants des marchés générateurs d’innovation ont notamment un peu moins à dire sur les industries qui luttent aujourd’hui bec et ongles pour empêcher les mesures dont nous avons besoin en réponse à la crise climatique. Dans l’industrie des transports en Écosse, la voie la plus rentable pour une entreprise privée comme Abellio a été de garder les choses exactement telles qu’elles sont. Cela s’est traduit par un échec total dans l’adaptation des services de train et de bus écossais aux exigences de la crise climatique en fournissant des transports bon marché et efficaces. Après des années de sous-performance d’Abellio, le gouvernement écossais a décrit le système ferroviaire écossais comme « n’est plus adapté à ses besoins ». Ceci est essentiel étant donné que le transport intérieur a produit le plus d’émissions de toutes les industries en Écosse en 2019.

Les nettoyeurs de Glasgow se préparaient également à déclencher une grève, dès le premier jour de la COP26. Quatre-vingt-seize pour cent des travailleurs ont soutenu l’action au cas où la Convention des autorités locales écossaises (COSLA) n’accordait pas au personnel une augmentation de salaire décente. Cette grève est anticipée depuis un certain temps ; en effet, le secteur du nettoyage de Glasgow a été durement touché par les coupes d’austérité imposées par le conseil municipal qui ont entraîné la perte de centaines de travailleurs du nettoyage. Cependant, l’idée que Joe Biden sorte dans les rues de Glasgow infestées de rats avec des poubelles non ramassées s’est avérée trop lourde à supporter pour le gouvernement écossais. À la dernière occasion, les travailleurs du nettoyage se sont vu offrir une augmentation de salaire – et la grève a été annulée.

Les offres aux cheminots et aux ordures ménagères n’étaient manifestement pas nées de nobles intentions ; s’ils l’étaient, ils auraient été fabriqués des mois plus tôt. Ces accords de dernière minute sont un ultime recours pour protéger la réputation de la classe politique britannique. Les gouvernements britannique et écossais restent absolument opposés à une évaluation correcte des contributions des travailleurs clés. Ces offres ont été faites par nécessité.

L’austérité qui sévit dans ces industries est enracinée dans une idéologie qui place le profit et la rentabilité avant les personnes et les travailleurs. Dans un récent Héraut interview, la chef du SNP du conseil municipal de Glasgow a déclaré son opposition passionnée à «l’étatisme» ou à ce qu’elle considère comme «le socialisme à l’ancienne des travaillistes écossais». La conseillère Susan Aitken a déclaré qu’elle “était fondamentalement en désaccord” avec l’idée que les citoyens “ne peuvent pas gérer à moins que le conseil ne soit là, non seulement en leur tenant la main mais en le faisant pour eux”. Rappelant étrangement l’appel de Margaret Thatcher à « reculer les frontières de l’État », comment Aitken s’attend à ce que les Glasgowiens construisent des logements sociaux sans conseil, nous ne le saurons peut-être jamais.

La position d’Aitken est révélatrice du peu d’estime qu’elle accorde aux employés du conseil – et explique son traitement des employés de nettoyage de Glasgow. Au lieu de s’engager avec les citoyens et les syndicats, Aitken a imputé l’état des rues de Glasgow aux « petits NED avec des bombes aérosols » – en utilisant un terme manifestement classiste largement considéré comme signifiant « délinquants non éduqués ».

C’est là que la transition radicale et juste dont nous avons besoin doit sortir de la logique court-termiste et destructrice de l’accumulation du capital. Là où le capitalisme exploite les pauvres pour cantonner les riches, notre transition doit faire le contraire. Les travailleurs essentiels, sur lesquels tous comptent, sont essentiels au travail nécessaire pour changer la société – et devraient être défendus, pas exploités et ridiculisés. Une transition juste est une transition qui considère la crise climatique comme une menace existentielle, et non comme une nouvelle opportunité de faire des profits.

Cette même idéologie caractérise le traitement par Abellio des travailleurs de ScotRail, les conditions imposées aux opérateurs de bus de Glasgow et, à plus grande échelle, le programme d’austérité préconisé par les gouvernements écossais et britannique depuis des décennies. Les commentaires classistes comme celui d’Aitken sont clairement liés à la politique ayn-randienne qu’elle a épousée dans son Héraut interview : le bouc émissaire de la classe ouvrière pour excuser les échecs d’un programme d’austérité, imposé pour protéger le marché aux dépens des travailleurs. En favorisant la suprématie du marché et l’individualisme, tous les niveaux de l’État ont délibérément ciblé des services comme le nettoyage qui offrent un avantage collectif à tous.

Avec l’annulation de la grève et des concessions faites, une démonstration très publique du programme d’austérité du conseil municipal de Glasgow a été évitée de justesse. Les diplomates qui sont descendus cette semaine ont presque rencontré un Glasgow avec une industrie des transports fracturée et sans collecte de déchets. Au dernier moment, les décideurs se sont repliés, sachant que ce n’est pas le look souhaité pour la « Global Britain » de Boris Johnson ou pour l’Écosse indépendante idéalisée de Nicola Sturgeon.

Pendant des années, les gouvernements britannique et écossais ont réaffirmé leur engagement en faveur d’une transition juste, mais leurs philosophies néolibérales et le traitement réservé aux travailleurs de Glasgow et aux autres contredisent leurs prétendues priorités. Le refus impénitent des deux parties de payer aux travailleurs de première ligne ce qu’ils méritent au milieu d’une pandémie est une preuve claire de la force réelle de leurs engagements en faveur de la justice climatique.

L’atelier de discussion de la COP26 mettra certainement l’accent sur la nécessité d’agir sur le climat, dans le futur, mais ne fera rien pour apporter les solutions radicales exigées par la crise. Nous serions mal avisés de croire à la propagande des dirigeants mondiaux qui tentent d’obtenir des sondages à court terme. Mais il y a aussi de l’espoir, car Glasgow est une ville aux traditions radicales, et l’ambiance dans ses rues en novembre ne fera que le renforcer. Les militants du climat réunis à Glasgow doivent être solidaires du mouvement ouvrier, car ils s’opposent au même problème : l’exploitation capitaliste.

Comme l’écrivait le socialiste révolutionnaire de Red Clydeside, John Maclean, en 1923 :

La racine de tous les troubles de la société actuelle est le vol inévitable des ouvriers par la classe possédante, simplement parce qu’elle est la classe possédante. Mettre fin à ce vol serait mettre fin aux troubles sociaux de la société moderne.

Le Green New Deal radical nécessaire pour faire face à la crise climatique est voué à l’éradication de l’exploitation sous toutes ses formes. Le terrain d’entente partagé par les travailleurs industriels et les manifestants du monde entier est leur objection aux mauvais traitements infligés aux personnes, aux lieux et à la planète.

En 1894, Walter Crane écrivait que « la cause du travail est l’espoir du monde ». Vingt-cinq ans plus tard, c’était l’espoir des travailleurs de Glasgow lors du « Bloody Friday ». Aujourd’hui, « la cause du travail » a redonné espoir à Glasgow, l’espoir que l’atelier de discussion de la COP26 puisse être transformé en quelque chose de plus. Quelque chose qui, plutôt que de se contenter de jouer à la gestion de crise, peut être la base d’une transition matérielle des impératifs économiques qui ont défini notre existence depuis la révolution industrielle. Quelque chose qui peut à la fois sauver la planète et offrir aux travailleurs.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici