À qui profite le programme de main-d’œuvre du Pacifique australien ?

0
342

Quelques jours après avoir été élue, la ministre des Affaires étrangères Penny Wong a promis au Forum des îles du Pacifique que le gouvernement travailliste élargirait le programme Pacific Australia Labour Mobility (PALM). En janvier, le Premier ministre Anthony Albanese a soutenu l’ambition du gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée de faire participer 8 000 travailleurs.

Le programme permet aux patrons australiens de l’agriculture, de la transformation de la viande, de la pêche, de l’hôtellerie et des soins aux personnes âgées de recruter des travailleurs de neuf pays du Pacifique et du Timor-Leste pour des travaux saisonniers ou des engagements à long terme jusqu’à quatre ans. Les travailleurs sont recrutés dans leur pays d’origine, les employeurs prenant en charge leurs frais de réinstallation. Ces coûts, ainsi que le logement fourni par l’employeur, le transport et les autres frais de subsistance, sont ensuite remboursés par les travailleurs par le biais de retenues sur salaire. Le programme est promu comme aidant 35 000 participants à envoyer de l’argent chez eux tout en bénéficiant à l’économie australienne.

Mais les scandales de ces dernières années ont révélé la cruelle réalité de ce stratagème – même le sénateur conservateur du parti national Matt Canavan l’a décrit comme une forme de travail sous contrat.

Le régime lie les travailleurs à l’employeur qui les parraine. Leur capacité à rester dans le pays dépend de leur emploi continu sur ce lieu de travail, ce qui donne aux patrons un pouvoir énorme pour les contraindre à accepter des conditions dégradantes.

Début 2022, le Héraut du matin de Sydney ont signalé qu’un certain nombre de travailleurs avaient vu leur visa annulé par le ministère de l’Intérieur après avoir quitté Regional Workforce Management, un fournisseur de main-d’œuvre du Pacifique aux employeurs de l’agriculture et de l’industrie de la viande. Les travailleurs se sont plaints d’avoir été privés de soins médicaux, d’avoir été contraints à des lieux de travail et des logements dangereux et que les retenues de l’employeur laissaient certains avec des taux de salaire aussi bas que 9 dollars de l’heure. Dans un 2016 ABC Nouvelles enquête, un ouvrier agricole tongan a déclaré qu’il ne gagnait que 9,96 dollars dans une semaine.

Il y a eu de nombreuses plaintes pour atteinte à la sécurité au travail. Dans un cas, un travailleur d’abattoir a perdu un œil, selon un rapport du syndicat australien des employés de l’industrie de la viande. En novembre 2021, le Guardian a rapporté que 30 travailleurs engagés dans le cadre de programmes de travail du Pacifique étaient décédés au cours de la dernière décennie.

Le gouvernement travailliste a récemment annoncé que les travailleurs PALM en stage d’un à quatre ans pourront emmener leur famille avec eux. Bien que cela offre un certain confort aux travailleurs, il sera organisé par les mêmes mécanismes restrictifs du régime du travail. La réinstallation de la famille sera à la discrétion de l’employeur, sa capacité à rester dans le pays dépendra de l’emploi continu du travailleur et les travailleurs seront responsables de la réinstallation et des frais de subsistance de leur famille. Cela inclut une assurance maladie privée car leurs familles ne pourront pas accéder à Medicare. Un couple fidjien employé dans le cadre de ce programme s’est retrouvé avec 6 000 dollars de frais médicaux après avoir eu un enfant. La hausse du coût de la vie et la crise du logement rendront pratiquement impossible l’installation de familles nombreuses ici.

L’extension du régime a été commercialisée comme une contribution à l’atténuation des pénuries de main-d’œuvre actuelles, en particulier dans l’agriculture. Mais il le fait en fournissant aux entreprises australiennes un bassin de main-d’œuvre bon marché et hautement exploitée.

Cela aide également à mettre le gouvernement australien sur une meilleure base dans sa compétition impériale régionale avec la Chine. Le gouvernement Morrison a été critiqué par les commentateurs de politique étrangère pour avoir négligé les relations avec les gouvernements du Pacifique. Depuis leur arrivée au pouvoir, les travaillistes ont fait des efforts pour les reconstruire. Les gouvernements du Pacifique soutiennent le programme et ont fait pression pour son extension. Ils se présentent comme ayant assuré une voie vers l’emploi qui peut offrir à leurs électeurs pauvres l’espoir d’une vie meilleure.

La nature exploitante et restrictive du programme PALM n’est pas un accident ou un oubli, mais tout son intérêt. Plus les travailleurs craignent qu’être licenciés signifie déraciner leur famille et ne pas pouvoir subvenir aux besoins de leur famille restée au pays, plus il sera facile pour les patrons de les forcer à travailler plus longtemps et plus dur pour un salaire moindre. La peur des représailles peut également décourager les travailleurs de se syndiquer pour contester ces conditions.

Dans les industries (comme la cueillette de fruits) qui dépendent particulièrement de cette forme de travail, les salaires et les conditions de tous les travailleurs de l’industrie peuvent être réduits si les syndicats sont faibles. Les normes établies dans ces industries peuvent avoir des répercussions sur des secteurs similaires de l’économie.

L’élargissement du régime de travail actuel du Pacifique permettra aux patrons de récolter des bénéfices plus importants, tout en exposant davantage de travailleurs à des conditions dangereuses et à une existence précaire.

Source: https://redflag.org.au/article/who-benefits-australias-pacific-labour-scheme

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire