Abolir la Chambre des Lords

0
20

Lors de la justification de la Chambre des Lords en Les Constitution anglaise (1867), Walter Bagehot le considérait comme l’un des aspects « dignes » du système britannique. Après tout, a-t-il écrit, bien que non élu, « un vieux seigneur obtiendra un respect infini ». Avoir une chambre aristocratique empêchait «le règne de la richesse».

Il est sûr de dire que cela n’a pas bien vieilli. Ce n’est pas seulement que nous sommes coincés avec l’aristocratie – quatre-vingt-douze pairs héréditaires restent dans les seigneurs. L’histoire récente montre qu’il existe une forte corrélation entre le don de 3 millions de livres sterling au Parti conservateur et l’anoblissement : « règle de la richesse » en effet. La vente ouverte de positions dans notre deuxième chambre obsolète soulève naturellement des questions sur son avenir.

Il semble y avoir un consensus parmi la gauche libérale et sociale-démocrate que les Lords devraient être réformés. Les propositions comprennent le passage à un Lord élu, son abolition et son remplacement par un sénat, ou le passage à un modèle de jury citoyen. N’importe lequel d’entre eux représenterait une avancée, tout comme une chambre unique et véritablement démocratique.

Dans notre constitution complexe, non codifiée et évoluée, une chose a toujours été une constante : l’insistance sur une seconde chambre non élue pour tempérer les passions démocratiques, telles qu’elles sont, de la Chambre des communes. La Chambre des Lords reste un témoignage de la révolution anglaise qui n’a jamais existé – il n’y a jamais eu ce moment jacobin, ce balayage de l’ancien régime. Au lieu de cela, la bourgeoisie anglaise a appris à vivre avec l’apparat et, en effet, a eu envie de s’y joindre.

Le parti travailliste n’a pas été épargné. Jusqu’à récemment, ce n’est qu’en 1935 et 1983 que les travaillistes ont été élus avec l’abolition des Lords dans son manifeste. Le manifeste de 2010 promettait une évolution progressive vers des Lords élus. Au pouvoir, le parti travailliste n’a pu obtenir le plus que la réduction du nombre de pairs héréditaires et la nomination des autres. Cependant, les scandales d’aujourd’hui prouvent qu’il ne s’agit guère d’une avancée lorsque c’est le Premier ministre qui contrôle les nominations et peut emballer les Lords avec des amis, des donateurs et des alliés.

La gauche travailliste, bien sûr, a historiquement mis le parti au défi d’adopter une position abolitionniste plus cohérente. Tony Benn, écrivant dans son magistère Bon sens (1993), a fait valoir que la Chambre des Lords fournirait toujours un « frein à une législation radicale ». Il a appelé à la place à une « Maison du peuple » entièrement élue, dans le cadre d’un projet plus large de la Grande-Bretagne devenant une république démocratique. La Chambre du peuple conserverait bon nombre des mêmes fonctions que les Lords, mais serait élue proportionnellement à la population des nations d’origine. « Les gouvernements doivent être soumis à des freins et contrepoids », a-t-il écrit, « mais ceux-ci devraient être démocratiques ».

Une partie de cette proposition a été reprise par le Parti travailliste sous la direction de Jeremy Corbyn. Le manifeste de 2017 appelait à une deuxième chambre élue, et le manifeste de 2019 promettait un « Sénat des Nations et des Régions ». Vers la fin de l’ère Corbyn, les dirigeants ont publié leur vision constitutionnelle, « Refaire l’État britannique : pour le plus grand nombre, pas pour le petit nombre ». Ici, l’idée du sénat a été esquissée plus en détail par un constitutionnaliste.

Comme pour tant d’autres, la politique du travail a reculé depuis lors. Au lieu de consacrer le rapport en tant que politique, un examen supplémentaire est effectué par Gordon Brown. Nous ne pouvons pas compter sur les grands et les personnalités de l’establishment pour statuer sur une telle question. Keir Starmer doit être contraint de respecter son engagement et de garantir que l’abolition des Lords figurera dans le prochain manifeste. Nous devons défendre et étendre les gains réalisés pendant l’ère Corbyn sur la démocratisation de notre constitution.

Le remplacement des Lords par une certaine forme de chambre élue, d’une part, peut ouvrir la possibilité d’un autre site de lutte à Westminster et des opportunités de faire pression sur un programme radical, en particulier si le système de vote était plus favorable aux candidats radicaux. Cependant, il est également possible que l’élite britannique tolère et intègre un Lords élu.

Un sénat élu n’aurait que les pouvoirs que les Communes lui ont donnés. Nous ne pouvons pas nous faire d’illusions sur le fait que Westminster puisse se réformer. La plupart des personnes en qui nous aurions confiance pour juger de l’avenir des Seigneurs espèrent enfiler elles-mêmes des robes d’hermine un jour.

Le mot « sénat » devrait également nous faire réfléchir. Les États-Unis ont un sénat démocratiquement élu. Il ne garantit pas la probité ou l’intégrité. Cela ne garantit pas qu’un programme radical populaire puisse être adopté plus simplement, comme les socialistes démocrates américains le découvrent maintenant. Un sénateur peut être acheté aussi sûrement qu’une pairie peut être vendue.

Une alternative potentiellement plus radicale à un Lords élu proposé par des militants civiques et des groupes libéraux est un modèle de jury citoyen. La fonction de contrôle d’une seconde chambre serait assurée par des électeurs choisis au hasard. Ce « Parlement des citoyens » fonctionnerait comme une assemblée de citoyens pendant deux ans, les citoyens ordinaires étant rémunérés pour leur temps. Cela représenterait une énorme avancée par rapport au système actuel et devrait garantir que les voix des travailleurs et des groupes marginalisés soient entendues.

Cependant, les partisans de ce type de réforme tiennent toujours à souligner qu’une telle institution doit être « non politique », non partisane, non partisane. Une sélection aléatoire de personnes, sans organisation, sans direction par une volonté politique combinée et organisée, ou une pression d’en bas, pourrait être plus à risque d’être dirigée par les forces organisées de la classe dirigeante, ou capturée par « l’expertise » de la classe dirigeante. bureaucrates qui maintiennent l’institution.

Une vraie réforme constitutionnelle ne peut arriver que lorsqu’elle est exigée et menée par les masses du pays, menées par un mouvement ouvrier avec une vision claire de la démocratie radicale qu’il souhaite instaurer. Une deuxième chambre démocratique ne fonctionnerait pour le peuple que s’il y avait un mouvement organisé à l’extérieur qui exigerait des changements et lui demanderait des comptes.

Il faut se méfier d’une ère de cynisme, de désillusion face à toute politique. Le scandale des dépenses des députés n’a pas inauguré un renouveau démocratique, mais onze ans et compte de la déprédation des conservateurs. Si la gauche travailliste et socialiste néglige la question de notre constitution et de notre système corrompu, d’autres acteurs plus cyniques pourraient s’en emparer.

C’est une question de souveraineté, de savoir où se trouve le vrai pouvoir. Notre système insiste sur le fait que la souveraineté appartient au Parlement. Nous, le peuple, avons le droit de dire toutes les quelques années sur qui devrait être là. En dehors des élections, occasionnellement, le mécontentement public concentrera les esprits législatifs. Mais les gens sont perçus comme des intrus dans tout cela – le vrai drame est perçu comme étant au sein du Parlement : dans les lobbies et à travers les bancs. Tout en enregistrant fidèlement cela, la presse politique débat et décide des problèmes ou des scandales qui « passeront » du Parlement au public – révélant la distance entre les deux.

La souveraineté devrait plutôt appartenir directement au peuple. Notre objectif ultime devrait être une chambre unique, à la tête d’une république radicale et démocratique. Un Sénat élu au suffrage direct devrait être une transition vers une véritable Chambre du peuple.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici