Affaiblir, mais ne pas ruiner, la Russie

0
57

Alors qu’il était en Pologne après son voyage à Kiev, le secrétaire à la Défense Lloyd Austin a déclaré que l’Occident cherchait à ce que la Russie sorte de sa guerre contre l’Ukraine gravement affaiblie, voire affaiblie. Le but est de s’assurer que la Russie n’aura pas la capacité de tenter une autre attaque au même endroit ou ailleurs dans le futur. C’est la bonne intention et ce serait un résultat souhaitable à court terme, tant que nous n’exagérons pas.

Aider l’Ukraine à résister à l’agression russe et à survivre en tant que nation doit être notre objectif. En tant que telle, la politique actuelle d’envois d’armes, de renseignement et d’autres soutiens indirects, et de puissantes sanctions économiques est logique. Mais l’affaiblissement permanent de la Russie ne doit pas être notre objectif à long terme, et nous devons veiller à ne pas créer les conditions qui produisent ce résultat. Laissons de côté les implications humanitaires pour le peuple russe. Une telle politique serait dangereuse.

Aucune analogie historique ne peut jamais être un guide parfait pour une politique future. Mais les leçons du traité de Versailles, négocié en 1919 après la Première Guerre mondiale, sont ici instructives.

Les dures conditions de Versailles ont ouvert la voie à l’effondrement de la République de Weimar en Allemagne, à la montée d’Adolf Hitler et à la Seconde Guerre mondiale. Convaincus de la justesse de leur cause et de la culpabilité de l’Allemagne pour avoir déclenché la Première Guerre mondiale, la Grande-Bretagne et la France se sont présentées chargées d’ours. Paris et Londres ont mis le blâme sur Berlin et ont choisi de le faire payer par le nez. Les paiements de réparation que le traité exigeait de l’Allemagne étaient sévères, s’élevant à plusieurs pour cent du PIB du pays pendant de nombreuses années. Cela a aggravé les souffrances de sa population pendant la Grande Dépression de la fin des années 1920 et du début des années 1930.

De même, l’armée allemande était soumise à des restrictions embarrassantes, avec des limites imposées à sa taille et des contraintes imposées à l’emplacement de ses forces – à l’intérieur de ses propres frontières. L’accumulation des difficultés économiques et de l’humiliation nationale a laissé la population allemande aigrie, et finalement trop en colère pour accepter tranquillement son sort. La seconde guerre mondiale a donc, en fait, été la continuation de la première, avec un écart de 20 ans entre les deux. Le même genre de chose pourrait se produire maintenant, même si avec le président russe Vladimir Poutine déjà au pouvoir, l’écart entre les crises pourrait être beaucoup plus court.

Quelles que soient les erreurs stratégiques que l’Occident a pu commettre en cherchant à élargir l’OTAN après la guerre froide, cela n’absout pas Poutine de la responsabilité morale de cette guerre. Mais l’analogie avec Versailles est toujours pertinente, notamment parce que le peuple russe semble ressentir différemment – du moins jusqu’à présent. Un sondage effectué en avril par une organisation indépendante a indiqué qu’une majorité de Russes croyaient à la caractérisation de la guerre par Poutine comme une « opération militaire spéciale », et qu’ils la soutenaient. Si l’économie russe se retrouve à plat ventre pour les années à venir, et que Poutine et sa machine médiatique d’État continuent d’encourager le peuple russe à blâmer l’Occident pour les punitions injustes, à attiser le ressentiment et à dynamiser les récits impérialistes basés sur l’identité, les graines pourraient être semé pour une autre guerre future.

Il est logique de maintenir des restrictions sur le commerce et les investissements de haute technologie avec la Russie même après la conclusion d’un cessez-le-feu ou d’un accord de paix, mais il est important que ceux-ci visent à limiter la capacité de la Russie à nous concurrencer militairement et pas seulement à des fins de prolongation punition nationale. Et nous devrons travailler pour un traité de paix qui permette à la Russie de retrouver l’accès au système bancaire occidental et de reprendre la fraction de ses exportations de pétrole et de gaz qu’elle pourra restaurer une fois les combats terminés.

L’Occident devrait également examiner attentivement les coûts et les avantages d’un renforcement permanent du flanc oriental de l’OTAN et de l’ajout de la Suède et de la Finlande à l’alliance. Cela ne veut pas dire que s’inquiéter des perceptions d’encerclement de Poutine devrait guider notre stratégie, mais il serait oublieux de l’histoire et à courte vue de prétendre que la population russe sera insensible à ces changements. Bien sûr, pour que toute paix soit possible, la Russie doit minimiser ses ambitions territoriales dans ce conflit et accepter que l’Ukraine reconstitue et renforce son armée après la fin des hostilités, à condition qu’elle ne demande pas l’adhésion à l’OTAN.

En clarifiant maintenant notre réflexion sur le type d’Europe d’après-guerre que nous recherchons, nous pouvons réduire le risque de revivre les erreurs de Versailles – et peut-être accélérer les négociations pour mettre fin à cette violence insensée. Personne n’est d’humeur à être gentil avec la Russie, mais un accord de paix trop dur qui ruine la Russie ne servirait pas nos propres intérêts à long terme.

Michael O’Hanlon est titulaire de la chaire Philip H. Knight en défense et stratégie à la Brookings Institution et auteur de plusieurs livres, dont «L’art de la guerre à l’ère de la paix : grande stratégie américaine et retenue résolue” et “Défense 101 : Comprendre l’armée d’aujourd’hui et de demain.” Suivez-le sur Twitter @MichaelEOHanlon.

Melanie W. Sisson est membre du programme de politique étrangère du Centre pour la sécurité, la stratégie et la technologie de la Brookings Institution, où elle étudie l’utilisation des forces armées dans la politique internationale, la stratégie de sécurité nationale des États-Unis et les applications militaires des technologies émergentes. Suivez-la sur Twitter @MWSBrookingsFP.



La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire