Affrontements en Équateur alors que les manifestations se poursuivent malgré une petite concession | Protestations Nouvelles

0
140

La police de la capitale équatorienne, Quito, a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants autochtones qui ont tenté de prendre d’assaut l’Assemblée nationale le 11e jour de manifestations paralysantes contre la hausse des prix du carburant et du coût de la vie.

Les affrontements de jeudi sont survenus après que les manifestants ont obtenu une concession du gouvernement équatorien lorsque le président Guillermo Lasso, actuellement isolé en raison d’une infection au COVID-19, leur a accordé l’accès à un centre culturel emblématique de la lutte indigène mais réquisitionné par la police ce week-end.

Cependant, plus tard dans la journée, un groupe de manifestants autochtones, dirigés par des femmes, s’est dirigé vers l’Assemblée nationale pour être repoussé par la police lorsque de violents affrontements ont éclaté.

La police a tiré des grenades lacrymogènes tandis que les manifestants lançaient des pierres et des feux d’artifice.

Leonidas Iza, un leader de la contestation qui dirige le groupe indigène CONAIE et qui avait précédemment salué la concession du gouvernement sur le centre culturel comme un “triomphe de la lutte”, s’est dit préoccupé par les affrontements.

“C’est un très mauvais signe, étant donné que nous avons demandé à notre base de marcher pacifiquement”, a-t-il déclaré.

Les manifestations, qui ont commencé le 13 juin dans un contexte de colère suscitée par les prix du carburant, de la nourriture et d’autres produits de base, ont coûté la vie à trois personnes et ont vu le gouvernement imposer l’état d’urgence à six des 24 provinces du pays.

On estime que 14 000 manifestants participent à la manifestation de masse du mécontentement, et quelque 10 000 d’entre eux se trouvent à Quito, qui est sous couvre-feu nocturne.

Les revendications des manifestants incluent une réduction des prix du carburant déjà subventionnés qui ont fortement augmenté ces derniers mois, ainsi que des emplois, des contrôles des prix alimentaires et davantage de dépenses publiques pour la santé et l’éducation.

Le gouvernement équatorien a autorisé des milliers de marcheurs à entrer dans le siège d’une grande organisation culturelle [Karen Toro/Reuters]

“Pour le dialogue”

Francisco Jimenez, ministre du gouvernement équatorien, a annoncé jeudi la concession du centre culturel, affirmant qu’elle avait été faite “dans l’intérêt du dialogue et de la paix”.

En échange, il a demandé que les personnes et les biens comme la nourriture et les médicaments puissent circuler librement, et a appelé à “l’arrêt des barrages routiers, des manifestations violentes et des attaques”.

Mais Jimenez a déclaré qu’il n’était pas possible de lever l’état d’exception comme l’exigeaient les manifestants.

Le gouvernement de Lasso dit qu’il se conforme également à d’autres demandes des manifestants, notamment des engrais subventionnés, l’annulation des dettes bancaires et l’augmentation des budgets pour la santé et l’éducation. Mais il a exclu de réduire les prix du carburant, affirmant que cela coûterait à l’État un milliard de dollars inabordable par an.

L’Équateur, un petit pays d’Amérique du Sud en proie au trafic de drogue et à la violence qui y est associée, a été durement touché par la hausse de l’inflation, du chômage et de la pauvreté, tous exacerbés par la pandémie.

Les manifestations, qui ont impliqué l’incendie de pneus et de branches d’arbres par des marcheurs vocaux brandissant des bâtons, des lances et des boucliers de fortune, ont paralysé la capitale et gravement nui à l’économie avec des barricades sur les routes principales.

Un manifestant blessé reçoit des soins médicaux lors d'une manifestation antigouvernementale à Quito, en Équateur
Un manifestant blessé reçoit des soins médicaux lors d’une manifestation antigouvernementale à Quito, en Équateur, le 23 juin 2022 [Santiago Arcos/Reuters]

L’Alliance des organisations de défense des droits de l’homme a déclaré qu’un homme de 38 ans était décédé mercredi dans la ville méridionale de Tarqui lors d’affrontements entre manifestants et policiers, qu’elle accuse de tactiques violentes.

Des dizaines de personnes ont également été blessées lors des manifestations dans tout le pays que les groupes autochtones se sont engagés à poursuivre jusqu’à ce que leurs demandes soient satisfaites.

La police, pour sa part, a déclaré que l’homme était décédé d’une condition médicale survenue “dans le cadre des manifestations”.

Deux autres personnes sont mortes lundi et mardi, selon l’Alliance, qui a également fait état de 92 blessés et de 94 civils arrêtés en 11 jours de manifestations.

Les responsables disent que 117 dans les rangs de la police et des soldats ont été blessés.

Mercredi soir, quelque 300 manifestants ont occupé une centrale électrique dans le sud de l’Équateur et pris brièvement ses opérateurs en otage, ont annoncé les autorités.

Les données officielles ont montré que l’économie perdait environ 50 millions de dollars par jour en raison des manifestations, sans compter la production de pétrole – le principal produit d’exportation du pays – qui a également été touchée.

Les producteurs de fleurs, une autre des principales exportations de l’Équateur, se sont plaints que leurs marchandises pourrissent car les camions ne peuvent pas atteindre leurs destinations.

La CONAIE a mené deux semaines de manifestations en 2019 au cours desquelles 11 personnes sont mortes et plus de 1 000 ont été blessées, causant des pertes économiques d’environ 800 millions de dollars avant que le président de l’époque n’abandonne son projet de réduire les subventions sur les prix du carburant.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/24/clashes-as-ecuador-protests-continue-despite-small-concessions

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire