Al-Qaïda jure de se venger de l’Inde

0
130

Le groupe terroriste menace de commettre des attentats-suicides en réponse aux propos d’un politicien sur le prophète Mahomet

La police est en état d’alerte dans toute l’Inde, après qu’un affilié du groupe terroriste Al-Qaïda a menacé d’une vague d’attentats-suicides suite aux propos incendiaires d’un politicien du parti au pouvoir sur le prophète Mahomet.

Al-Qaïda dans le sous-continent indien (AQIS) a publié lundi une lettre indiquant que les États de Delhi, Mumbai, Uttar Pradesh et Gujarat seraient visés.

Le groupe a juré d’utiliser des enfants comme kamikazes et d’attaquer des politiciens hindous vivant dans des enceintes fortifiées.

Le gouvernement indien a déclaré qu’il prenait la menace au sérieux et la police des États énumérés est placée en état d’alerte maximale.

Lire la suite

Les musulmans français enragés par les affiches du bus Borat montrant un personnage vêtu de mankini portant une bague “Allah”

Cela fait suite à une vague mondiale d’indignation musulmane suite aux commentaires de Nupur Sharma, le porte-parole national du Bharatiya Janata Party (BJP) indien. Le 26 mai, Sharma a participé à un débat télévisé et a exprimé son point de vue sur le prophète Mahomet et sa femme Aïcha. La vidéo est ensuite devenue virale et a été condamnée par de nombreux musulmans comme un blasphème.

Le contrecoup a vu Sharma et le chef des médias du BJP à Delhi, Naveen Kumar Jindal – qui a tweeté à propos du prophète puis supprimé le message – suspendu et étiqueté “éléments marginaux” qui ne représentent pas les vues du gouvernement indien.

Sharma s’est ensuite excusée sur Twitter, affirmant qu’elle n’avait jamais eu l’intention d’insulter les croyances religieuses de qui que ce soit. La femme de 37 ans a insisté sur le fait que son commentaire était en réponse à “insulte et manque de respect continus” contre la divinité hindoue Mahadev faite pendant le débat. « Par la présente, je retire ma déclaration sans condition », elle a écrit.

Lire la suite

PHOTO DE DOSSIER : Un véhicule de police en Norvège.  2017. © Reuters / NTB Scanpixc / Ole Berg-Rusten
La police norvégienne “s’excuse” d’avoir ordonné à un local de retirer les dessins du prophète Mahomet qu’il avait mis en place pour défendre la liberté d’expression

Ses excuses n’ont pas réussi à apaiser la colère musulmane, qui s’est propagée bien au-delà de l’Inde. Mardi, l’Indonésie, les Émirats arabes unis, les Maldives, la Jordanie, Bahreïn, la Libye, le Qatar, le Koweït, l’Iran, l’Arabie saoudite, Oman et l’Afghanistan ont tous déposé des plaintes officielles concernant les commentaires des membres du BJP.

L’Indonésie, qui compte la plus grande population musulmane du monde, a convoqué l’ambassadeur indien à Jakarta. Bahreïn a dénoncé ces propos comme “une provocation aux sentiments des musulmans et une incitation à la haine religieuse.”

Le hashtag #ShameOnBJP est également à la mode sur Twitter. Cependant, de nombreux utilisateurs ont également soutenu Sharma et ont insisté pour que le gouvernement de Modi ne cède pas à la pression du monde musulman.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire