Alice Springs : regain de racisme dans le NT

0
79

Les médias nationaux ont été remplis de reportages sur une vague de criminalité à Alice Springs. Les statistiques de la police du Territoire du Nord ont été largement diffusées, montrant des infractions contre les biens signalées en hausse de près de 60% au cours des douze derniers mois, des agressions en hausse de 38% et un doublement de la violence domestique. Presque universellement, cela a été attribué à la fin, en juillet dernier, d’une interdiction de l’alcool de quinze ans dans de nombreuses communautés autochtones.

Pour diaboliser davantage les peuples autochtones, des sections des médias ont recherché «l’infirmière de l’arrière-pays» Rachel Hale après avoir publié des images d’une bagarre de rue entre des adolescents autochtones et un couple d’hommes blancs. Promue par divers médias pour son expertise (elle est en fait une infirmière cosmétique faisant du Botox et des produits de comblement), ses opinions sur la méchanceté de la vie de famille autochtone ont été largement traitées comme une bonne monnaie plutôt que comme un préjugé raciste.

En plus des médias qui s’accrochent à quiconque peut jeter de l’huile sur le feu, il y a eu une intensification de la suprématie blanche à Alice Springs, illustrée par une grande réunion publique aux allures de lynchage, organisée par des entreprises locales, et des appels pour la violence d’autodéfense contre les Autochtones ouvertement faite en dehors de la réunion à l’ABC. Pour ceux qui peuvent le supporter, la page Facebook “Action for Alice 2020” donne pleinement voix à cette mentalité.

La dynamique raciste est donc assez claire. Si une autre intervention de l’État ne supprime pas les droits des peuples autochtones, ce sera l’enfer à payer.

Dans cette optique, la réponse des travaillistes et des libéraux a été punitive. Le chef de l’opposition, Peter Dutton, a appelé à l’intervention de la police fédérale pour rétablir l’ordre. Même la police du NT a rejeté cela, ne serait-ce que pour la raison qu’ils avaient « déjà rempli les prisons ».

Le Premier ministre Anthony Albanese n’a offert qu’une autre forme de réponse punitive – de nouvelles restrictions partielles sur l’alcool, avec la perspective d’autres à venir. Il a également promis 48,8 millions de dollars sur deux ans pour une série de mesures, y compris la conformité aux permis d’alcool.

La ventilation de ces dépenses révèle les priorités du gouvernement. Alors que 14,2 millions de dollars seront utilisés pour augmenter le nombre de policiers, les 25 millions de dollars supplémentaires alloués aux services communautaires ne font que prolonger les accords de financement inadéquats qui, autrement, auraient expiré. Malgré la rhétorique de «sauver» les femmes et les enfants autochtones, seulement 2 millions de dollars iront aux services de lutte contre la violence familiale.

Ayant systématiquement détruit la vie des aborigènes pendant plus de deux siècles, le capitalisme australien n’est pas trop désireux d’indemniser ces dommages.

Au lieu de cela, l’accent mis actuellement sur l’interdiction de l’alcool n’est pas une solution, mais une excuse pour ignorer les vrais problèmes auxquels sont confrontés les Autochtones : la pauvreté sous-jacente et les traumatismes, aggravés par une surveillance policière excessive.

Ce qui se passe à Alice Springs suit maintenant un modèle de tollé médiatique au sujet de la prétendue criminalité autochtone, suivi de mesures punitives.

En 2020, une vague de criminalité largement signalée à Tennant Creek a été utilisée pour justifier l’abrogation des droits de libération sous caution des jeunes, ce qui rend plus difficile pour les jeunes d’obtenir une caution. Cela a contribué à une augmentation de 94 % de la population de jeunes détenus en 2021-2022, presque tous des enfants autochtones.

Mais le plus grand exemple récent de ce modèle est l’intervention NT de 2007 du gouvernement Howard, rebaptisée et poursuivie par le gouvernement travailliste suivant en 2012 sous le nom de Stronger Futures.

En 2007, des allégations de criminalité aborigène endémique ont précipité l’invasion militaire de plus de 70 communautés aborigènes et campements urbains dans les Territoires du Nord. Il a duré quinze ans, jusqu’à son expiration en juillet dernier. Bien que les interdictions discriminatoires d’alcool aient pris fin, bon nombre de ses aspects punitifs, tels que les pouvoirs étendus de la police dans les communautés éloignées et les restrictions aux droits sociaux, demeurent.

La situation actuelle n’est pas une surprise mais une conséquence directe de ces politiques racistes et de la diabolisation des peuples autochtones qu’elles ont à la fois inspirées et légitimées.

Il n’y a aucune preuve pendant toute cette période que les communautés ou les enfants autochtones étaient plus en sécurité à la suite de l’intervention militaire. Au lieu de cela, un nombre croissant d’enfants et d’adultes autochtones ont été enfermés pour des infractions mineures telles que la conduite sans permis ou la conduite de véhicules non assurés ou non immatriculés. Et les enfants autochtones ont été enlevés à leurs familles.

Les contacts des peuples autochtones avec la police et les tribunaux sont épouvantables. Les chiffres publiés en novembre montraient que 99,3 % des jeunes détenus des Territoires du Nord étaient autochtones, soit six fois la moyenne nationale déjà effroyable. Malgré des changements à venir à la fin de cette année, l’âge de la responsabilité pénale reste à 10 ans dans le NT.

Le centre de détention pour jeunes Don Dale, notoire mais pas exceptionnel, lieu de l’utilisation de cagoules et d’autres contraintes physiques, de passages à tabac brutaux et d’un isolement continu dans les cellules de prison, reste ouvert malgré une recommandation de la commission royale en 2017 de le fermer.

Plutôt qu’une crise de «la loi et de l’ordre» (dont il y a eu trop), ce qui se passe à Alice Springs révèle une crise en cours pour les peuples autochtones. Kirra Voller, défenseure des jeunes et enseignante stagiaire, comprend la douleur ressentie par ces enfants. “Beaucoup de ces enfants ne se soucient pas de savoir s’ils vivent ou meurent, parce que personne d’autre ne s’en soucie”, a-t-elle déclaré à l’ABC l’année dernière.

Les femmes arrêtées Elaine Peckham, Doreen Carroll et Brenda Shields du groupe Strong Grandmothers of the Central Desert ont déclaré qu’une grande partie des problèmes à Alice Springs découlait d’un traumatisme et d’une dépossession continus, de la perte de pouvoir apportée par l’intervention NT et de la pauvreté et le manque de services et les investissements, qui obligent les gens à quitter les communautés et à s’installer en ville. Près de 45 % des Autochtones des Territoires du Nord vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Bien que le gouvernement fédéral dépense bien plus d’un milliard de dollars pour l’intervention, il y a une somme dérisoire pour résoudre tout cela. Mieux (et beaucoup moins cher) diaboliser et blâmer les peuples autochtones.

Beaucoup a été fait des événements à Alice Springs par les opposants de droite à la voix ainsi que par ses partisans au gouvernement. Indépendamment des «visages noirs haut placés» des deux côtés, ils se sont unis sur des solutions accusant les victimes.

Source: https://redflag.org.au/article/alice-springs-renewed-racism-nt

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire