Allons-nous laisser cela arriver aux Palestiniens ?

0
88

Il s’agit d’une version éditée d’un discours prononcé par Nick Everett, président des Amis de la Palestine WA, lors d’un rassemblement à Perth le 21 octobre.

Non loin de là se trouve un mémorial dédié aux six millions d’hommes, de femmes et d’enfants juifs qui ont péri pendant l’Holocauste. Il nous crie : « que cela ne se reproduise plus ».

Mais de tels crimes se sont produits à maintes reprises depuis 1945. Nos dirigeants ont une mémoire sélective en matière de génocide. Ils n’utilisent le terme de « génocide » que lorsque cela leur convient.

Pendant la guerre du Vietnam, le gouvernement américain a largué 2,75 tonnes de munitions sur le Cambodge, soit plus que les Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale. Sous l’administration Nixon, entre 1970 et 1973, cette frénésie de bombardements en tapis a tué au moins 150 000 personnes et a contribué à la famine et à la guerre civile, conduisant finalement au génocide du régime de Pol Pot.

Allons-nous laisser cela arriver aux Palestiniens ?

Peu après la sortie des États-Unis de l’Indochine, un nouveau génocide a commencé au Timor oriental, lorsque l’Indonésie l’a envahi le 7 décembre 1975. La veille, le président américain Gerald Ford avait rencontré le dictateur indonésien, le général Suharto, donnant ainsi son feu vert à cette invasion. Suharto était arrivé au pouvoir une décennie plus tôt à la suite d’un coup d’État militaire qui avait entraîné la mort d’un million d’Indonésiens, avec le soutien du gouvernement américain.

Au cours des 23 années d’occupation du Timor oriental par l’Indonésie, 250 000 Timorais, soit un tiers de la population, sont morts. Ce génocide a été rendu possible grâce aux armes fournies par les États-Unis et aux avions britanniques Hawke.

Allons-nous laisser cela arriver aux Palestiniens ?

Pendant douze ans, à partir de 1991, l’Irak a souffert du régime de sanctions de l’ONU imposé à la demande de Washington. Selon l’UNICEF, un demi-million d’enfants irakiens sont morts, soit plus que lors du bombardement d’Hiroshima.

Interrogée à la télévision nationale sur le bilan des morts, la secrétaire d’État américaine Madeleine Albright a répondu : « Nous pensons que le prix en vaut la peine ».

Le régime de sanctions n’a pris fin que lorsque les États-Unis ont bombardé et envahi l’Irak, dévastant le pays.

Allons-nous laisser cela arriver aux Palestiniens ?

En 2016, la junte militaire du Myanmar a lancé une campagne de nettoyage ethnique contre les Rohingyas dans l’État de Rakhine. Des dizaines de milliers de personnes ont été tuées, accusées d’être des étrangers et de la vermine terroriste. 750 000 personnes ont traversé la frontière vers le Bangladesh, où la plupart continuent de croupir dans des camps de réfugiés.

Avant le carnage, les gouvernements occidentaux ont minimisé les crimes de la junte militaire, désireuse de mettre la main sur les vastes ressources naturelles du Myanmar. La lauréate du prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi, saluée en Occident, a contribué à faciliter ce génocide, agissant comme le visage souriant du régime.

Allons-nous laisser les Palestiniens subir le même sort ?

Bien entendu, les Palestiniens ont leur propre expérience du nettoyage ethnique. Lors de la fondation de l’État d’Israël en 1948, 500 villages ont été dépeuplés et des milliers de personnes ont été tuées par les milices sionistes. Tout comme les Rohingyas, 750 000 personnes ont été chassées de chez elles et contraintes à l’exil permanent de leur pays d’origine.

Aujourd’hui, Israël veut répéter la Nakba de 1948 en détruisant des maisons et en forçant à nouveau des centaines de milliers de Palestiniens à l’exil.

Il y a une semaine, l’ambassadrice israélienne au Royaume-Uni, Tzipi Hotovely, a comparé les Palestiniens aux nazis dans une interview télévisée. Tout comme la guerre menée par la Grande-Bretagne contre l’Allemagne nazie a entraîné la mort de 600 000 civils, a déclaré Hotovely, il existe une équivalence morale dans le fait que des civils palestiniens soient tués par Israël.

Pourtant, le fascisme n’a pas été vaincu en 1945 par les bombardements des villes allemandes. Elle a été vaincue par les mouvements de résistance qui ont refusé d’abandonner face à l’adversité.

L’un des pires crimes commis par les nazis fut l’incarcération de 400 000 Juifs polonais dans le ghetto de Varsovie. Un peu comme la Gaza contemporaine, le ghetto était une prison à ciel ouvert, coupée du monde extérieur. Derrière les murs de la prison s’est développée une résistance déterminée à se battre et à ne pas être oubliée.

Le dernier survivant du ghetto de Varsovie, Marek Edelman, décédé en 2009, était un socialiste qui ne voulait rien avoir à faire avec le sionisme. Edleman a promis son soutien aux droits des Palestiniens.

« Être juif signifie toujours être avec les opprimés, jamais avec les oppresseurs », a-t-il déclaré.

Comme Edelman, nous devons résister. Nous devons nous tenir aux côtés des opprimés, des Palestiniens. Et nous ne devons jamais abandonner.

Source: https://redflag.org.au/article/are-we-going-let-happen-palestinians

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire