Alors qu’Adani intensifie l’exploitation minière, les villageois seront déplacés pour la troisième fois | Nouvelles des affaires et de l’économie

0
51

Sambalpur, Inde – Nityananda Deep craint de perdre sa maison pour la troisième fois de sa vie depuis que sa maison en terre a été désignée pour démolition par les autorités minières, il y a environ un an.

L’homme de 80 ans est un résident du hameau éloigné de Behermunda, dans le district de Sambalpur, dans l’État d’Odisha, dans le sud de l’Inde, à environ quatre heures de route de la capitale Bhubaneswar.

La première fois que Deep a été déplacé, c’est lorsqu’un barrage a été construit dans la région en 1957. Lui et sa famille ont déménagé à trois kilomètres (1,8 miles) sur un terrain de deux acres que le gouvernement leur a donné où ils ont cultivé du paddy et des légumes.

La famille a de nouveau été expulsée en 2005 lorsque leur terrain a été attribué à une mine de charbon, le bloc I de la mine de charbon de Talabira, et ils ont déménagé sur un terrain stérile à environ un kilomètre (0,62 m) de là, dit-il.

Aujourd’hui, Deep et sa famille de 13 personnes sont à nouveau confrontés au déplacement alors que le gouvernement prévoit d’étendre l’exploitation minière dans la région. « Maintenant, où allons-nous ? » demande Deep, sa voix tremblant avec l’âge.

Le septuagénaire n’est pas seul. Une trentaine de ménages du hameau de 300 habitants seront déplacés pour la troisième fois.

Les villageois font partie des 1 894 familles – 9 467 personnes – dans six villages qui sont confrontés au déplacement pour les blocs de charbon II et III de Talabira dans les districts de Sambalpur et Jharsuguda.

La famille de Deep fait partie des 30 familles du hameau qui seront déplacées pour la troisième fois [File: Gurvinder Singh/Al Jazeera]

L’entreprise du milliardaire indien Gautam Adani est propriétaire de Talabira-I et détient les droits d’exploitation des deux autres blocs.

La décision d’intensifier l’exploitation minière fait suite au début précoce d’un été plus chaud que prévu avec une augmentation de la demande de lignes électriques et des stocks de charbon qui s’épuisent, ce qui conduit à des appels à creuser et à importer plus de charbon.

Mais les experts disent qu’avec une réserve de charbon allouée estimée à 1,5 million de tonnes, l’Inde n’a pas vraiment de pénurie de charbon et qu’il n’y a pas besoin de nouveaux blocs de charbon.

“Le pays dispose de suffisamment de blocs de charbon opérationnels pour l’exploitation minière et la plupart d’entre eux ne sont toujours pas exploités à pleine capacité”, a déclaré Nandikesh Sivalingam, directeur du Center for Research on Energy and Clean Air, un groupe de réflexion à but non lucratif. Le problème, dit-il, est une combinaison de mauvaise planification et de problèmes fiscaux qui ont empêché le charbon d’arriver là où il est nécessaire à temps.

« Les nouveaux investissements devraient être axés sur l’amélioration de l’efficacité du secteur et non sur la création de nouvelles centrales électriques ou de nouvelles mines de charbon. La couverture verte ne devrait pas être inutilement détruite pour ouvrir de nouveaux blocs de charbon quand ce n’est pas nécessaire », a-t-il déclaré.

“Des voleurs sur nos propres terres”

Le bloc de charbon de Talabira-I a été attribué à Hindalco Industries, qui l’a exploité de 2005 à 2014, lorsque le plus haut tribunal indien a annulé les licences d’exploitation de 218 blocs de charbon, dont Talabira-I, après les avoir déclarés illégaux. En 2015, le gouvernement a cédé le bloc à une autre société privée, GMR Chhattisgarh Energy Ltd, qui a dû arrêter l’exploitation minière en 2018 lorsque son approbation a expiré. En 2019, le groupe Adani a racheté cette société et l’a renommée Raipur Energen Limited. Il n’a pas encore commencé à exploiter ici.

Lorsque le bloc de charbon a été attribué à Hindalco, quelque 69 hectares (170 acres) de terres ont été emportés pour l’exploitation minière, dont 50 hectares (123 acres) de forêt riche en manguiers, sal et arbres médicinaux utilisés pour la fabrication de médicaments naturels. , a déclaré Damru Rohi Das, 40 ans, un habitant de Behermunda Hamlet qui dépendait de ce travail pour sa subsistance.

Das dit qu’on lui a offert 140 000 roupies (1 800 $) par acre, un montant qu’il appelle « une somme dérisoire ».

Le gouvernement a également offert des emplois à ceux qui avaient perdu à la fois leur terre et leur maison. Comme Das n’avait perdu que sa terre, il n’y avait pas d’offre d’emploi pour lui et il s’est tourné vers des emplois subalternes dans les champs agricoles pour gagner sa vie, a-t-il déclaré à Al Jazeera.

Une fois l’exploitation minière arrêtée sur ordonnance du tribunal en 2014, Das est passé à l’extraction du charbon de la mine fermée de Talabira-I pour le vendre pour joindre les deux bouts – mais il a été accusé d’avoir volé le charbon, a-t-il déclaré.

Das et d’autres villageois comme Kartik Rohi Das (les deux ne sont pas liés) se rendent aux mines à 4h du matin pour éviter de se faire prendre par la police. Une fois qu’ils ont extrait le charbon à l’aide de pelles et de leurs mains, ils le chargent, 100 kg (220 livres) en moyenne, sur leurs vélos et colportent 20 à 25 km (12-15 m) pour le vendre aux propriétaires de petits restaurants et aux ménages qui utilisent encore du charbon. pour cuisiner. Ce travail leur rapporte un revenu quotidien moyen de 250 à 300 roupies (3,18 $ à 3,81 $), explique Rohi Das.

“Mais nous sommes souvent harcelés par les flics et les responsables de l’entreprise qui nous emmènent au poste de police et nous détiennent pendant plusieurs heures”, a-t-il ajouté. « Nous sommes qualifiés de voleurs et accusés de vol de charbon. C’est si douloureux de faire face à une telle humiliation pour la terre qui nous appartenait autrefois.

Les jeunes locaux du bloc 1 de talabira transportent du charbon dans des sacs sur leurs cycles
Les villageois prennent du charbon du bloc de charbon de Talabira-I pour le vendre pour joindre les deux bouts [File: Gurvinder Singh/Al Jazeera]

Exploitation minière à Talabira-II et III

En 2016, le bail minier pour Talabira-II et III a été accordé à NLC India Limited (NLCIL), une société gouvernementale basée à Chennai, pour fournir du charbon à la centrale thermique Neyveli Talabira au Tamil Nadu et à la National Thermal Power Corporation à Odisha.

En 2018, Talabira (Odisha) Mining Private Limited, une filiale d’Adani Enterprises, a obtenu les droits d’extraction du charbon ou est devenu un “développeur et opérateur minier” pour les deux blocs. L’opérateur entrepreneur exécute toutes les activités pour le compte de la société titulaire du bail minier, de la planification et du développement de la mine à l’extraction et au transport du charbon, le tout moyennant un forfait convenu contractuellement.

Ensemble, les deux blocs de charbon sont estimés avoir des réserves de 553,98 millions de tonnes de charbon et une capacité de production de 20 tonnes métriques par an.

Pour les deux blocs, le gouvernement a réservé 1 914,063 hectares (4 729 acres) dans les six villages, dont 1 038,187 hectares (2 565 acres) de terres forestières, 457,078 hectares (1 129 acres) de terres agricoles.

Autorisations “falsifiées” et moyens de pression

En vertu de la loi indienne, 75% des résidents de la zone du projet doivent l’approuver avant que toute exploitation minière puisse commencer. L’exploitation minière à Talabira-II (et à Talabira-III quand cela commence) se fait avec le consentement qui a été donné en 2012, a déclaré Dilip Sahu, un militant social de la région. Il ajoute que même les signatures sur cette liste d’approbation avaient été falsifiées, affirmant que l’écriture manuscrite sur la plupart des signatures est la même.

“Nous avons des preuves pour prouver qu’un faux a été commis”, a déclaré Sahu. Un manque de fonds a retardé leur projet de porter plainte devant les tribunaux, a-t-il déclaré.

Les responsables du NLCIL ont refusé de répondre aux questions d’Al Jazeera quant à savoir s’ils étaient au courant des allégations selon lesquelles l’approbation avait été falsifiée.

Les villageois vivant près de Talabira-II se plaignent que les déchets générés par l’exploitation minière à ciel ouvert sont déversés en grandes quantités dans leurs champs afin de les pousser à quitter leurs terres ou à les vendre à la société minière à des prix dérisoires.

Khirod Chandra Pradhan, 45 ans, de Patrapalli, l’un des six villages touchés par ce projet, est l’un des nombreux à avoir vendu sa terre il y a quelques mois car la qualité du sol s’est détériorée à cause du déversement de déchets.

Son terrain, d’environ 0,4 hectare (un acre), lui a rapporté 2,6 millions de roupies (33 414 $), ce qui, dit-il, n’est pas un prix équitable et il a été contraint de vendre son terrain récemment à cause des déchets qui y étaient déversés. « Nous ne sommes pas contre le développement, mais nous avons besoin d’une compensation adéquate, de maisons et de moyens de subsistance pour survivre », a-t-il déclaré.

Les villageois se plaignent également de fréquentes « secousses semblables à des tremblements de terre » chaque fois que l’exploitant de la mine utilise des explosifs pour creuser plus profondément dans la terre et qui ont mis leur vie en danger et laissé leurs maisons couvertes de fissures.

“Nous nous précipitons tous les jours à l’extérieur de nos maisons lorsque la sirène retentit” pour les avertir de l’explosion, a déclaré Chanchala Boghar, 80 ans, une veuve du village de Talabira qui s’est récemment échappée de justesse lorsque sa hutte a été renversée par l’impact de l’explosion. quand elle était dehors.

La zone fait également partie de la vallée de l’Ib qui a été identifiée comme une zone gravement polluée selon l’indice global de pollution de l’environnement en raison de plusieurs mines de charbon dans la région.

Chanchala Boghar dit que sa maison s'est effondrée à cause de l'exploitation minière
Chanchala Boghar (photo) dit que sa hutte a été renversée par le dynamitage [File: Gurvinder Singh/Al Jazeera]

Le NCLIC réfute les allégations

Les responsables du NCLIC ont réfuté les allégations des villageois tandis que les employés des entreprises d’Adani ont refusé de s’exprimer sur la question, affirmant qu’ils n’étaient que les sous-traitants travaillant pour le NCLIC.

Un haut responsable du NCLIC, qui a requis l’anonymat car il n’était pas autorisé à parler aux médias, a déclaré que l’entreprise suivait “la plupart des règles environnementales” et ne déversait les débris extraits que sur des terrains déjà achetés. Il a ajouté que l’entreprise verse une indemnisation conformément aux normes gouvernementales et offre également une allocation mensuelle de 3 000 roupies (38,3 $) à chaque adulte d’une famille qui a perdu ses terres et sa maison à cause de l’exploitation minière et n’est pas en mesure d’obtenir un emploi dans l’exploitation minière. compagnie. Le montant augmentera de 500 roupies (6,39 $) tous les deux ans, a-t-il déclaré.

« Nous avons offert des emplois à environ 300 habitants [in the mining project] et nous créons des emplois de manière progressive chaque fois qu’il y a des postes vacants », a déclaré le responsable, ajoutant qu’une centrale électrique était en construction et créerait davantage d’emplois dans la région.

Lors d’une récente soirée de juin, Deep, dont la maison sera démolie pour Talabira-II, s’est assis près de la mine abandonnée, s’inquiétant des options de carrière pour son petit-fils. “Le bloc de charbon a déjà transformé les jeunes de notre village en voleurs de charbon qui sont régulièrement harcelés par l’administration mais je ne veux pas que mon petit-fils connaisse un sort similaire”, a-t-il déclaré.

« Je veux qu’il étudie. Mais son avenir semble sombre une fois que nous redeviendrons sans-abri.

Source: https://www.aljazeera.com/economy/2022/6/30/as-adani-steps-up-mining-villagers-to-be-displaced-third-time

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire