Alors que Kishida rencontre Biden, quel est l’état de l’alliance américano-japonaise ?

0
60

La première visite du Premier ministre japonais Fumio Kishida à Washington en tant que dirigeant le 13 janvier 2023 a marqué une transformation majeure dans l’alliance américano-japonaise. Les nouvelles réformes sécuritaires du Japon et la réponse proactive de Tokyo à la crise ukrainienne ont été chaleureusement accueillies à Washington. Ils soulignent un Japon plus déterminé à renforcer ses propres capacités de défense et à contribuer à la dissuasion régionale, et révèlent un nouveau potentiel pour tirer parti du partenariat bilatéral pour relever de sérieux défis à l’ordre international.

Sans surprise, les relations américano-japonaises ont évolué à un rythme rapide dans les semaines et les jours précédant l’arrivée du dirigeant japonais, avec des annonces politiques majeures et des accords bilatéraux. Fin 2022, le gouvernement japonais a révisé sa stratégie de sécurité nationale (NSS), sa stratégie de défense nationale et son programme de renforcement de la défense. Une promesse majeure a traversé les documents stratégiques révisés : que Tokyo est prête à mobiliser sa puissance nationale globale pour relever les défis découlant de l’environnement de sécurité le plus sévère des 70 dernières années.

Au début de la nouvelle année, Yasutoshi Nishimura, chef du ministère japonais du commerce, de l’économie et de l’industrie, s’est rendu à Washington pour signer des accords visant à renforcer la coopération en matière de cybersécurité avec le département américain de la sécurité intérieure et à collaborer à l’éradication du travail forcé des chaînes d’approvisionnement mondiales avec le Représentant commercial américain. À peine quinze jours avant l’arrivée de Kishida, le Comité consultatif de sécurité (2+2 ministres des Affaires étrangères et de la Défense) a publié une déclaration commune faisant l’éloge d’une alliance modernisée adaptée à l’ère actuelle de concurrence stratégique et prête à agir de concert pour mettre en œuvre un engagement commun en faveur d’une dissuasion intégrée . Une semaine de diplomatie de haut niveau américano-japonaise a abouti à des engagements visant à améliorer la posture de défense alliée dans les îles du sud-ouest du Japon et à cultiver un régiment littoral de la marine américaine plus agile à Okinawa. Il a également étendu l’article 5 du traité de sécurité pour appliquer les engagements de défense américains à l’espace et cimenté le partenariat bilatéral sur l’exploration spatiale. Des accords se sont concrétisés sur la R&D de défense et la sécurité de la chaîne d’approvisionnement également.

Pour couronner le tout, la déclaration conjointe Biden-Kishida immédiatement après le sommet a noté non seulement que “l’alliance de sécurité n’a jamais été aussi forte”, mais que les alliés “s’opposent fermement à toute tentative unilatérale de modifier le statu quo par la force ou la coercition, partout dans le monde » (c’est moi qui souligne). Cela reflète une transformation en cours et prémonitoire : alors que les engagements bilatéraux en matière de sécurité restent le point d’ancrage de ce partenariat, les États-Unis et le Japon considèrent de plus en plus l’alliance comme un instrument pour projeter leur influence combinée afin de promouvoir la stabilité et l’état de droit dans un système international turbulent. Cela comprend des efforts pour préserver la paix dans les eaux diplomatiquement agitées du détroit de Taiwan. Le choc de l’invasion de l’Ukraine par la Russie a considérablement élargi les frontières géographiques de la coordination stratégique américano-japonaise, puisque Tokyo a été parmi les premiers à condamner publiquement la violence et à rejoindre la coalition internationale pour punir la guerre d’agression de Poutine. L’Ukraine a laissé une marque indélébile dans l’état d’esprit du public japonais et de son gouvernement au cours de l’année précise où les politiques globales de sécurité et de défense du pays étaient à l’examen. Il a imprégné une forte prise de conscience que seules les nations prêtes à se défendre peuvent espérer obtenir un soutien international large et soutenu.

Le sommet Biden-Kishida a réaffirmé la convergence stratégique entre les deux nations. Le spectre de trois puissances révisionnistes a aidé à focaliser leur programme : les missiles et les menaces nucléaires de la Corée du Nord ; l’utilisation par la Chine de la coercition, et non du droit international, pour faire avancer de vastes revendications territoriales ; et la guerre à grande échelle de la Russie en Europe. Même ainsi, la réponse du Japon à l’environnement international défavorable se démarque. Parmi les alliés de l’Amérique en Asie, Tokyo a été le plus disposé à dénoncer explicitement le comportement chinois qui sape l’ordre fondé sur des règles, et la stratégie de sécurité nationale récemment révisée est allée plus loin, désignant la Chine comme le plus grand défi stratégique du Japon. L’un des principaux objectifs de Kishida en venant à Washington à ce stade était d’expliquer, et d’obtenir le soutien du principal allié du Japon, comment son administration entend mettre en œuvre un programme stratégique beaucoup plus ambitieux en matière de défense, de diplomatie et de développement.

Sans surprise, les pourparlers bilatéraux se sont concentrés sur la défense. Sous Kishida, le Japon a supprimé le plafond informel des dépenses de défense, vieux de plusieurs décennies, à 1 % du PIB. Au lieu de cela, au cours des cinq prochaines années, les dépenses de défense du Japon viseront la barre des 2 % à la fois en révisant ce qui peut être inclus dans le budget de la défense (par exemple, les opérations de la Garde côtière et la protection des infrastructures critiques) et en augmentant les dépenses de défense de base de 50% – une augmentation considérable. Une innovation clé dans le nouveau NSS a été l’adoption par le Japon de capacités de contre-attaque, fournissant pour la première fois dans l’après-guerre l’autorisation à ses forces d’autodéfense de répondre à une attaque en frappant profondément en territoire ennemi. La barre sur l’utilisation de la force reste élevée – la survie du Japon doit être en jeu, aucun autre moyen de réponse ne doit être disponible et seul l’utilisation minimale de la force peut être employée. Mais la capacité du Japon à manier une lance pour se défendre renforcera à la fois la dissuasion et transformera l’alliance. Le soutien américain en matière de renseignement et de reconnaissance sera essentiel au succès d’une contre-attaque de missiles japonais. Plus important encore, une plus grande intégration des structures de commandement et de contrôle sera nécessaire à mesure que les capacités de projection de puissance du Japon se développeront. Cela n’a pas encore eu lieu et sera un véritable test pour la modernisation de l’alliance.

Compte tenu de la nouveauté et des implications stratégiques des réformes de sécurité du Japon, elles ont reçu la première place dans l’évaluation du sommet Biden-Kishida. Mais d’autres priorités tout aussi importantes sont apparues dans le discours politique de Kishida prononcé à la School of Advanced International Studies (SAIS) de l’Université Johns Hopkins. D’une part, la posture de défense renforcée du Japon engendrera une diplomatie plus proactive de manière à faire du Japon un allié plus précieux pour les États-Unis. Le voyage de Kishida à Washington faisait partie d’une tournée du G-7 avec des visites dans les cinq pays membres en préparation de l’accueil par le Japon du sommet des dirigeants du G-7 en mai. Le G-7 est sorti rajeuni de sa réponse à la crise ukrainienne, et l’engagement du Japon avec l’Europe a atteint de nouveaux sommets. L’année dernière, Kishida a été le premier Premier ministre japonais à assister à un sommet de l’OTAN. Lors de sa tournée diplomatique ce mois-ci, le Japon et le Royaume-Uni ont conclu un accord d’accès réciproque historique pour faciliter les déploiements de troupes pour des entraînements et des exercices conjoints, renforçant ainsi le réseau de partenariats de défense du Japon. Dans son discours au SAIS, le Premier ministre a annoncé une forte poussée diplomatique dans le voisinage du Japon avec à la fois une politique indo-pacifique libre et ouverte mise à jour et un sommet spécial avec l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est à la fin de l’année, et de plus grandes assurances. de la volonté de son administration de résoudre à court terme les problèmes bilatéraux avec la Corée du Sud. Ce seront les nouveaux critères permettant de mesurer le succès de l’ouverture diplomatique du Japon dans cette nouvelle ère politique après le mandat de Shinzo Abe.

Le Premier ministre en visite a tenu à faire appel aux pays du Sud, faisant passer le message selon lequel la diversité des valeurs n’éclipse pas l’objectif commun de protéger un ordre mondial fondé sur des règles et non sur le pouvoir nu. Mais pour gagner leur confiance, le Japon et d’autres doivent respecter les priorités des pays en développement en matière de sécurité alimentaire et énergétique, de viabilité de la dette et de soins de santé. La question pour les nations partageant les mêmes idées est de savoir si elles peuvent assurer le développement et l’engagement économique. C’est ainsi que Kishida a adressé un message important à un public composé d’une personne : un appel aux États-Unis pour qu’ils reviennent au projet de Partenariat transpacifique (TPP). Kishida a noté que même un cadre économique indo-pacifique réussi ne parviendra pas à répondre aux demandes régionales d’engagement économique global. Cet avertissement n’est certainement pas nouveau. Les responsables japonais l’ont livré à plusieurs reprises et leurs homologues américains ont le sentiment de l’avoir entendu jusqu’à la nausée. Mais le fait demeure que la libéralisation des échanges est le seul domaine où les États-Unis et le Japon n’ont pas été en mesure d’évoluer de manière synchronisée. Leur alignement plus étroit sur la défense et la diplomatie ne fait que rendre ce contraste plus frappant. Le contexte de la supplication de Kishida pour le TPP est important, car voici un dirigeant ayant vaincu un tabou politique de longue date (augmenter les dépenses de défense), demandant à son homologue de débloquer les possibilités qui découleraient de l’accomplissement d’un exploit similaire (actualiser le leadership commercial).

Ce nouveau chapitre des relations américano-japonaises ne fait que commencer. Le travail acharné consistant à développer une structure de commandement et de contrôle plus efficace et à planifier une division efficace du travail entre les alliés pour faire face aux éventualités régionales reste à faire. Une détermination commune à affronter les défis croissants que les pouvoirs autoritaires posent au système fondé sur des règles ne résout pas les innombrables complications d’une approche coordonnée à l’avenir. Un exemple en est la concurrence technologique avec la Chine. Notamment, il n’y a eu aucun mot lors de la visite de Kishida sur la volonté de Tokyo de renforcer les contrôles à l’exportation sur la Chine pour imiter la nouvelle approche restrictive des États-Unis. Et Kishida a souligné que le maintien d’un système de libre-échange ouvert reste la dernière frontière de l’alliance américano-japonaise.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire