Alors que les hindous du Cachemire font face à des assassinats ciblés, des centaines de personnes fuient la vallée | Nouvelles sur les conflits

0
158

Une série d’attaques ciblées contre les hindous dans le Cachemire sous administration indienne a envoyé des ondes de choc dans la communauté minoritaire de la région, forçant des centaines de personnes à partir, selon un responsable.

Jeudi, un employé de banque, Vijay Kumar, de l’État du Rajasthan, dans l’ouest de l’Inde, a été tué par balle dans le district de Kulgam – le deuxième meurtre d’un Hindou dans la vallée en trois jours.

Mardi, des rebelles présumés ont abattu Rajni Bala, un enseignant hindou cachemirien de 36 ans, près de l’entrée d’une école publique du même district.

Depuis l’abrogation de l’autonomie limitée du Cachemire sous administration indienne en 2019, la région a connu un pic de violence contre les hindous du Cachemire, connus localement sous le nom de Pandits.

Les rebelles du Cachemire voient les pandits et même les musulmans locaux employés par le gouvernement dans la police et d’autres départements comme des collaborateurs du régime indien dans la seule région à majorité musulmane du pays.

Le mois dernier, des rebelles présumés ont tué deux policiers et un artiste de télévision – tous musulmans – lors de trois attaques ciblées distinctes, tandis qu’un troisième policier musulman a été tué dans une fusillade.

Les rebelles du Cachemire mènent un soulèvement armé contre New Delhi depuis la fin des années 1980, exigeant soit un État indépendant du Cachemire, soit sa fusion avec le Pakistan voisin.

Près de 250 000 pandits du Cachemire ont fui le Cachemire sous administration indienne après que la rébellion qui a commencé en 1989 a vu le meurtre d’hindous et des attaques contre leurs maisons.

Un rapport de 2008 de la police de la région, qui a mené une enquête sur ses propres cas entre 1989 et 2008, a déclaré que les rebelles avaient tué 209 pandits du Cachemire au cours de cette période, dont 109 meurtres en 1989 et 1990, lorsque la violence à leur encontre était à son apogée.

Cependant, des groupes de droite hindous et même un récent film de Bollywood affirment que ce nombre se chiffre en milliers, certains qualifiant même les assassinats ciblés de “génocide”.

Le territoire himalayen du Cachemire a été divisé entre l’Inde et le Pakistan lors de la partition du sous-continent en 1947. Les deux puissances nucléaires revendiquent la région dans son intégralité et ont mené deux de leurs trois guerres à grande échelle sur le territoire.

Les tensions dans la vallée ont culminé depuis 2019, le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi mettant en œuvre un certain nombre de lois et de politiques qui, selon les musulmans locaux, visent à modifier la démographie de la région.

Soutenu par la présence de près de 600 000 soldats indiens dans la vallée, ce qui en fait la région la plus militarisée du monde, le gouvernement de Modi a également fait pression pour relocaliser les Pandits déplacés dans la vallée, déclenchant des attaques ciblées par des rebelles présumés.

Rien que cette année, au moins 16 meurtres de ce type ont eu lieu. Le mois dernier, des rebelles présumés ont abattu Rahul Bhat, un employé du gouvernement, dans son bureau du district de Budgam.

Le meurtre a déclenché des jours de protestations de la part de centaines de pandits vivant dans des quartiers à haute sécurité, appelés localement colonies de migrants, répartis dans la vallée pittoresque.

Les hindous du Cachemire bloquent une route lors d’une manifestation contre le meurtre de Rahul Bhat, à la périphérie de Srinagar [File: Dar Yasin/AP]

Exigences de sécurité, relocalisation

La vague de meurtres de Pandits a ravivé les protestations de la communauté, qui malgré les assurances de sécurité du gouvernement, exigent leur relocalisation en dehors de la région instable.

Dans un mémorandum adressé le 23 mai au chef de l’administration de la région, Manoj Sinha, les employés du gouvernement hindou ont menacé de “démissionner en masse” si leurs demandes n’étaient pas satisfaites.

“Le meurtre récent … nous a laissé sans espoir ni pouvoir de subsistance pour vivre en ces heures les plus sombres”, a déclaré le mémorandum, faisant référence au meurtre de Rahul.

“Tous les employés de la minorité cachemirienne en poste dans la vallée devraient être immédiatement déplacés hors de cette province pour empêcher toute nouvelle effusion de sang”, a-t-il ajouté.

Près de 150 employés de Pandit ont quitté la région depuis le milieu du mois dernier, a déclaré un responsable à Al Jazeera sous couvert d’anonymat.

Les médias ont rapporté jeudi que la police avait bouclé une zone de Kashmiri Pandit dans la ville principale de Srinagar et renforcé la sécurité autour des endroits où vivent des employés du gouvernement hindou.

Près de 3 800 Pandits étaient retournés dans la vallée dans le cadre d’une politique de réhabilitation du gouvernement fédéral lancée en 2008. La politique comprenait des promesses d’emplois gouvernementaux et un logement sûr pour la communauté minoritaire.

« Comment puis-je retourner au Cachemire ? »

Mais maintenant, au milieu des meurtres et des menaces, de nombreux pandits déplacés ne savent pas s’ils veulent retourner dans la vallée.

Bhat, qui a été tué le mois dernier à 35 ans, avait pris un poste au gouvernement en 2011 pour retrouver ses racines après avoir été déplacé au début des années 1990.

“Mon monde s’est effondré. Quelle était sa faute ? Pourquoi cela lui a-t-il été fait ? sa femme Meenakshi Bhat a déclaré à Al Jazeera chez elle dans la région de Durga Nagar à Jammu, dans la partie sud du Cachemire sous administration indienne, où un grand nombre de Pandits vivent depuis 1989.

Meenakshi Bhat, épouse de l'hindou du Cachemire tué Rahul Bhat avec sa fille à leur résidence dans la ville méridionale de Durga Nagar au Jammu.
Meenakshi Bhat, 32 ans, avec sa fille dans leur maison de Durga Nagar à Jammu [Al Jazeera]

“Je veux que justice lui soit rendue. Comment puis-je retourner au Cachemire ? Je ne peux pas », a-t-elle déclaré. “Pour moi, mon rêve de vivre au Cachemire s’est évanoui avec le meurtre de mon mari.”

Les Bhats ont une fille de sept ans. « Ma fille disait toujours qu’elle est la fée de son père. Elle l’a cherché partout. Que dois-je lui dire ? dit Meenakshi.

Le père de Rahul, Bitta Ji Bhat, a déclaré que “très peu de choses ont changé au cours des 30 dernières années” pour les Pandits.

“Il n’y a pas de sécurité pour nous au Cachemire… Nous étions alors en train d’être tués et nous sommes en train d’être tués maintenant”, a-t-il déclaré à Al Jazeera.

« Nous voulons la justice. Pendant des décennies, seule la politique s’est jouée en notre nom.

La tante de Rahul, Sarla Miskeen, a émigré à Jammu dans les années 1990. Elle dit que son fils, un ingénieur, a pris un poste au gouvernement dans la vallée du Cachemire il y a trois mois dans le cadre du programme fédéral, mais refuse de revenir en raison du meurtre de son cousin.

« Mon fils est déprimé et perturbé. Il ne veut plus rentrer maintenant. Nous voulons juste que le gouvernement le transfère définitivement au Jammu. Comment peut-il y retourner alors qu’un de nos fils a été tué là-bas ? Quelle garantie de sécurité avons-nous ? Miskeen a déclaré à Al Jazeera.

Des proches de Rahul Bhat chez eux à Durga Nagar dans le Jammu.
Les proches de Rahul Bhat chez eux à Durga Nagar dans le Jammu [Al Jazeera]

Les observateurs disent que les rebelles présumés ciblent les minorités et les travailleurs non locaux du Cachemire sous administration indienne pour empêcher les étrangers de s’installer dans la région contestée.

Les rebelles n’ont même pas épargné les hindous qui n’ont jamais quitté la vallée. En octobre de l’année dernière, Makhan Lal Bindroo, un pandit cachemirien bien connu qui dirigeait une pharmacie dans le centre commercial de Srinagar, a été abattu.

“Politique de haine et de division”

Avec la montée de la violence, de nombreux hindous du Cachemire ont le sentiment que cela fait trois décennies « d’attente et de fausses promesses » de sécurité par les régimes successifs.

Sunil Pandita, 45 ans, ingénieur de profession, vit dans les camps de Jagti à Jammu, qui abritent 4 000 familles hindoues du Cachemire. Il dit que toute mention de son village ancestral dans le district de Kupwara dans la vallée lui fait monter les larmes aux yeux.

Sunil Pandita, un hindou du Cachemire, qui vit dans la colonie de migrants Jagti à Jammu
Sunil Pandita, un hindou du Cachemire, vit dans la colonie de migrants Jagti à Jammu [Al Jazeera]

Déraciné il y a 30 ans, Pandita dit qu’il voit souvent sa maison dans ses rêves.

« Je vois des vergers de pommiers et des villages tranquilles. Je me souviens des beaux jours insouciants d’autrefois », a déclaré Pandita à Al Jazeera en se rappelant comment sa famille a dû fuir la nuit dans un camion après avoir senti la tension dans le village où vivaient seulement quatre familles Pandit.

« Nos voisins musulmans ont essayé de nous arrêter, mais eux-mêmes n’étaient pas sûrs de pouvoir assurer notre sécurité. La vie a été un cauchemar depuis lors, d’un refuge à l’autre, mais pas de maison », a-t-il déclaré.

Mais Pandita dit que retourner dans son village ancestral, alors que la violence contre les membres de sa communauté augmente, « est hors de question ».

“Tant qu’il y aura cette politique de haine et de division, retourner au Cachemire n’est pas possible pour notre communauté”, a déclaré Pandita.

“Nous pensions que le gouvernement actuel résoudrait nos problèmes, mais il n’a rien fait pour nous”, a-t-il déclaré. “Le rêve de la maison semble très lointain en ce moment.”

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/2/as-kashmir-hindus-face-targeted-killings-hundreds-flee-valley

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire