Amnesty dit que l’Inde devrait mettre un terme à la répression “violente” des manifestations musulmanes | Actualités sur l’islamophobie

0
169

Un important groupe de défense des droits de l’homme a déclaré que l’Inde devait immédiatement mettre fin à une répression “violente” contre les musulmans qui sont descendus dans la rue pour protester contre les propos du responsable du parti au pouvoir à propos du prophète Mahomet et de sa femme Aïcha.

Les autorités « réprimaient de manière sélective et vicieuse les musulmans qui osent parler… contre la discrimination à laquelle ils sont confrontés », a déclaré mardi Aakar Patel d’Amnesty International dans un communiqué.

“Réprimer les manifestants par un recours excessif à la force, des détentions arbitraires et des démolitions punitives de maisons… est une violation totale des engagements de l’Inde en vertu du droit international des droits de l’homme.”

Des milliers de musulmans sont descendus dans les rues à travers l’Inde pour protester contre les commentaires anti-islamiques de deux membres du parti nationaliste hindou Bharatiya Janata (BJP) du Premier ministre Narendra Modi.

Deux adolescents musulmans ont été tués et des centaines d’autres arrêtés la semaine dernière lors de manifestations à l’échelle nationale contre ces commentaires, qui ont entraîné l’Inde dans une fureur diplomatique et provoqué une indignation généralisée dans le monde musulman.

Amnesty a exigé une “libération immédiate et inconditionnelle” des manifestants emprisonnés.

“Punition extrajudiciaire collective”

Mardi également, dans une lettre adressée au juge en chef de la Cour suprême indienne, six anciens juges éminents et six avocats chevronnés ont déclaré que le gouvernement de l’État d’Uttar Pradesh avait agi illégalement en démolissant la maison d’un militant musulman à la suite des manifestations.

Le ministre en chef de l’État Yogi Adityanath, un partisan de la ligne dure du BJP en robe safran, a ordonné la démolition le week-end de tous les bâtiments illégaux des personnes accusées d’être impliquées dans la violence la semaine dernière, y compris la maison de l’activiste Mohammad Javed dimanche.

Adityanath, l’un des politiciens nationalistes hindous les plus en vue de l’Inde, est connu pour sa rhétorique sectaire contre la forte minorité musulmane de l’Inde, forte de 200 millions de personnes. Il a appelé à plusieurs reprises les autorités à démolir les maisons des personnes accusées de crimes, une exhortation qui, selon les critiques, viole les lois constitutionnelles et relatives aux droits de l’homme qui interdisent les châtiments collectifs.

Les anciens juges et avocats ont exhorté la Cour suprême à prendre des mesures pour “arrêter la détérioration de la situation de l’ordre public” dans l’Uttar Pradesh.

“La manière coordonnée dont la police et les autorités de développement ont agi a conduit à la conclusion claire que les démolitions sont une forme de punition extrajudiciaire collective, attribuable à une politique de l’État qui est illégale”, ont-ils écrit.

Les responsables locaux ont déclaré que la démolition était justifiée car certaines parties de la maison avaient été construites illégalement et que Javed ne s’était pas présenté aux audiences sur la question en mai. La police de l’Uttar Pradesh a déclaré que Javed était également impliqué dans les violences lors de l’une des récentes manifestations.

Mais la fille de Javed, Afreen Fatima, âgée de 24 ans, également une militante de premier plan, a déclaré à Al Jazeera que la famille n’avait pas participé aux manifestations de vendredi dans la ville. Elle a également rejeté les allégations de l’administration municipale selon lesquelles leur maison avait été construite illégalement.

« Nous payions nos taxes d’habitation depuis environ 20 ans et pas une seule fois nous n’avons reçu d’avis de la part des autorités de développement d’Allahabad que notre maison était illégale. Pourquoi prenaient-ils même nos impôts s’il s’agissait d’une maison illégale ? » elle a dit à Al Jazeera TV.

KK Roy, l’avocat de Javed, a déclaré à Al Jazeera que le bâtiment appartenait à la femme de Javed et non à lui.

« En vertu de la loi musulmane sur la propriété personnelle, le mari ne peut pas avoir de part dans les biens de sa femme. Étant donné que Javed n’a aucun droit sur la propriété conformément à la loi, l’avis en son nom est illégal. Nous avons contesté l’avis et demandé une amende d’au moins 10 millions de roupies [$1.3m],” il a dit.

Patel d’Amnesty a déclaré que les arrestations et les démolitions faisaient « partie d’une escalade alarmante des mesures prises par les États contre les musulmans ».

Pendant ce temps, les musulmans ont défilé mardi dans la ville de Calcutta, dans l’est de l’Inde, au cours d’une deuxième semaine de manifestations contre les propos anti-islam des responsables du BJP.

Les manifestations se sont étendues à plusieurs villes du nord et de l’est, certaines foules brûlant des effigies de Nupur Sharma – la porte-parole du BJP dont les commentaires lors d’un débat télévisé ont déclenché la fureur.

Le parti a suspendu Sharma et expulsé un autre responsable à New Delhi pour ces commentaires, et a déclaré qu’il condamnait toute insulte envers toute religion. Mais les critiques disent que la polarisation religieuse s’est approfondie en Inde depuis l’arrivée au pouvoir de Modi en 2014.

Modi n’a jusqu’à présent pas commenté la controverse sur les remarques du prophète.

Près de 20 pays à majorité musulmane, dont le Qatar, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Oman et l’Iran – tous des partenaires commerciaux importants pour l’Inde – ont déposé des protestations diplomatiques contre les propos anti-islamiques et exigé des excuses.

D’énormes manifestations ont également eu lieu dans les pays voisins de l’Inde, la police estimant que plus de 100 000 personnes se sont mobilisées à travers le Bangladesh après les prières de la congrégation du vendredi.

5 000 autres personnes sont descendues dans les rues de la ville pakistanaise de Lahore, exigeant que leur gouvernement prenne des mesures plus fortes contre l’Inde à la suite de ces commentaires.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/15/muslims-in-india-continue-protests-over-prophet-remarks

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire