Après la victoire de Macron, la diplomatie de l’élargissement de nouveau sur le radar

0
41

Avec la guerre en Ukraine et le bruit entourant les élections présidentielles françaises, le sujet de l’élargissement de l’UE aux Balkans occidentaux avait presque complètement disparu de la conscience publique. En effet, avec le torrent de réfugiés ukrainiens qui pèse déjà sur les ressources de nombreux États membres, la dernière chose qui intéressait la plupart des citoyens de l’UE était d’ouvrir une nouvelle voie de libre circulation vers l’UE depuis l’Albanie et la Macédoine du Nord, pays candidats pauvres à l’UE. Tout le monde sauf la bureaucratie de l’élargissement de la Commission européenne, diverses ONG pro-élargissement et les pays candidats eux-mêmes, bien sûr.

Presque immédiatement après la victoire électorale de Macron le 24 avril en France, les choses ont cependant commencé à changer. Malgré les résultats des sondages qui montrent que le fort ressentiment anti-immigrés a considérablement stimulé les partis extrémistes lors de l’élection présidentielle et pourrait encore jouer un rôle lors des élections législatives françaises de juin, les partisans de l’élargissement de l’UE ont choisi de faire un autre effort pour lancer le processus d’adhésion à l’UE pour l’Albanie et la Macédoine du Nord. avant la fin imminente de la présidence française de l’UE. Washington a également décidé de poursuivre son soutien moral à l’élargissement en envoyant également un envoyé de haut niveau dans la région, bien que la plupart des observateurs comprennent que Washington n’a pas de vote à Bruxelles sur cette question et n’est guère plus qu’une pom-pom girl non invitée.

Impact de la guerre d’Ukraine

La question clé à l’heure actuelle est de savoir quel impact la guerre en Ukraine aura sur la stratégie globale d’élargissement de l’UE, et si l’Albanie et la Macédoine du Nord recevront un coup de pouce politique si et quand l’UE décide d’accorder le soi-disant statut de candidat à l’Ukraine, comme ainsi qu’éventuellement en Moldavie et en Géorgie.

La seule chose sur laquelle la plupart des observateurs s’accordent est qu’une certaine forme d’encouragement est absolument essentielle pour les pays candidats des Balkans occidentaux, même si les négociations d’adhésion formelles ne sont pas lancées immédiatement. Et avec le veto continu de la Bulgarie sur le début du processus d’adhésion de la Macédoine du Nord, quelque chose de tangible pour combler le vide est nécessaire pendant que les deux pays tentent de négocier un compromis significatif.

La fatigue liée à l’élargissement reste un problème dans toute l’UE, mais dans le cas des Balkans occidentaux, c’est principalement parce que l’Albanie et la Macédoine du Nord offrent si peu de nouveaux membres à l’UE, et parce que l’élargissement est principalement considéré comme un exercice de stabilisation géopolitique, ce qui le rend peu attrayant à presque tout le monde sauf aux dirigeants nationaux qui en ont presque certainement assez de répéter le mantra de l’élargissement sans prendre de mesures concrètes.

Conseil européen de juin imminent – ​​à quoi s’attendre ?

Les élections législatives françaises étant prévues pour juin, personne ne sait à quel point les objectifs du Conseil de l’UE de juin seront ambitieux concernant l’élargissement. Bien sûr, les partisans de l’élargissement diront jusqu’à la minute où la déclaration finale du sommet est close que l’UE est dans une situation “maintenant ou jamais” grâce à la guerre en Ukraine. En l’absence d’un accord rapide entre Sofia et Skopje, il y a peu de raisons de s’attendre à ce que l’UE accomplisse un miracle, compte tenu du nombre considérable d’autres questions controversées nécessitant une résolution immédiate.

Várhelyi et Donfried visitent les Balkans occidentaux

Le commissaire européen à l’élargissement, Olivér Várhelyi, s’est rendu à Sofia, Skopje et Tirana du 26 au 28 avril pour démontrer l’intérêt de la Commission à relancer le processus d’élargissement. Comme prévu, la plus grande « pression » a été exercée sur le gouvernement de Kiril Petkov à Sofia, avec l’objectif de lever le veto de la Bulgarie sur l’adhésion de la Macédoine du Nord à l’UE d’ici le sommet européen de juin. Alors que les pourparlers bilatéraux lancés en janvier de cette année progressent, au moins un parti nationaliste essentiel à la coalition de Petkov exige que les modifications potentielles de la constitution nord-macédonienne soient finalisées avant la levée du veto, ce qui augmente le risque de retards persistants.

Le Premier ministre albanais a indiqué que le pays perd patience face au différend Bulgarie-Macédoine du Nord qui retarde le début des négociations d’adhésion de son pays à l’UE. Rama a déclaré le 28 avril qu’il déciderait en juin de “dissocier” son pays de la Macédoine du Nord et d’aller de l’avant avec l’UE séparément, après avoir perdu plus d’un an dans le différend qui ne concerne pas son pays. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une approche soutenue par tous les États membres de l’UE, cette étape préserverait une partie de la dynamique d’élargissement qui s’estompe.

La secrétaire d’État adjointe américaine aux Affaires européennes et eurasiennes, Karen Donfried, a entamé sa première tournée dans les Balkans occidentaux la semaine dernière en visitant Pristina le 25 avril et Belgrade le lendemain. Le soutien à l’élargissement de l’UE était un objectif majeur de cette visite, mais pas le seul, car Donfried a également insisté pour que davantage de progrès soient réalisés sur le dialogue Kosovo-Serbie parrainé par l’UE en tant que mesure qui contribuerait à limiter l’influence russe dans les Balkans occidentaux. Donfried a également visité le Monténégro et la Bosnie lors de sa tournée régionale du 25 au 29 avril.

À Skopje et Tirana, Donfried a également souligné l’importance de l’élargissement de l’UE sur lequel les États-Unis n’ont aucune influence formelle. Pendant son séjour à Tirana, Donfried a pu rencontrer le commissaire à l’élargissement Várhelyi pour souligner davantage la “priorité partagée” que l’UE et les États-Unis accordent à l’élargissement, même si Washington ne peut guère faire plus que publier des déclarations de soutien sur la question.

Donfried a également été entraînée dans la controverse sur la réforme judiciaire en Albanie, une question cruciale pour l’éventuelle adhésion de l’Albanie à l’UE, lorsqu’elle a été invitée à défendre les politiques interventionnistes de l’ambassadeur américain résident, Yuri Kim, qui a travaillé avec une faction impopulaire du Parti démocrate d’opposition qui accepte les réformes judiciaires du gouvernement socialiste actuel comme transparentes et suffisantes pour répondre aux exigences de l’UE.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire