Arrêtez de tamponner les dépenses de défense exorbitantes

0
62

Alors que l’inflation a atteint un sommet de trois décennies ce mois-ci, les conservateurs du Congrès ont profité de l’instant en attribuant entièrement la flambée des prix aux dépenses du gouvernement. Le Comité National Républicain informé Américains, “Soyez prêts à payer plus en cette période des fêtes à cause de la Bidenflation.”

Ce récit est loin d’être universellement accepté, mais il a mis les démocrates sur la défensive car l’un des textes législatifs de base de Joe Biden – le projet de loi sur la réconciliation de 1,75 billion de dollars, ou Build Back Better Act – attend d’être examiné par le Sénat. La menace réelle ou imaginaire de l’inflation pourrait faire complètement dérailler sa progression.

Biden n’a pas aidé sa cause lorsqu’il a imputé l’inflation aux chèques de relance de 1 400 $ autorisés par le projet de loi de secours COVID-19. Les prix ont augmenté parce que “les gens ont plus d’argent maintenant à cause de la première loi majeure que j’ai adoptée”, a déclaré Biden dans un discours plus tôt ce mois-ci, qualifiant cela d'”ironie”.

Au lieu de cela, Biden aurait dû mettre en lumière des coupables plus pertinents pour l’inflation – comme les entreprises avidité, par exemple. Mais même si l’inflation dépendait entièrement des dépenses gouvernementales, Biden pointer du doigt la législation sur les dépenses sociales comme principal coupable serait toujours injustifié.

Le projet de loi de réconciliation et le projet de loi de secours COVID autorisent respectivement 1,75 billion de dollars et 1,9 billion de dollars de dépenses fédérales sur dix ans. Le projet de loi sur les infrastructures récemment adopté prévoit 550 milliards de dollars sur cinq ans. Si le projet de loi de réconciliation est adopté intact, le programme économique de Biden exigera un peu plus de 4 000 milliards de dollars sur une décennie.

Les dépenses militaires devraient être le double de ce montant. Selon le plan de financement sur dix ans approuvé par les démocrates de la commission des crédits du Sénat, le Pentagone devrait recevoir au moins 8,31 billions de dollars pour les exercices 2022 à 2031.

Cependant, la différence entre les dépenses militaires et sociales est plus qu’une simple (vaste) disparité de financement. Les dépenses militaires jouent entièrement sur un ensemble de règles budgétaires différent.

Plus tôt ce mois-ci, les démocrates de la Chambre ont ordonné au Congressional Budget Office (CBO) de « noter » l’impact du projet de loi de réconciliation sur la dette nationale. Le but était de savoir si le projet de loi était en fait entièrement «payé» par les différentes compensations – comme l’augmentation des impôts et une meilleure application des taxes existantes – incluses dans le projet de loi que les démocrates avaient passé des mois à bricoler.

Le Congrès se comporte de manière très différente lorsqu’un projet de loi sur les dépenses militaires est déposé. Le budget du Pentagone pour l’année prochaine s’élève à 778 milliards de dollars, soit environ 4,5 fois le coût annuel moyen de la facture de réconciliation. Même s’il n’est pas du tout «payé», le projet de loi budgétaire du Pentagone passera probablement facilement par la chambre. Il est même prévu d’être voté avant le projet de loi de réconciliation.

La Chambre a adopté un projet de loi militaire de la même valeur fin septembre. À aucun moment, les démocrates de la Chambre n’ont fait appel au CBO pour calculer son impact sur le déficit. De plus, son passage n’a pas non plus été retardé de plusieurs mois pour trouver comment compenser son coût. On ne demande pas aux budgets militaires « Comment le payez-vous ? » comme le font les budgets pour l’amélioration sociale.

Du moins, ils ne l’ont pas fait depuis la guerre du Vietnam. Aucune guerre américaine depuis lors n’a été « payée » avec une augmentation d’impôt correspondante.

Le budget du Pentagone pourrait être la dernière source de levier que Biden a laissé pour faire avancer son programme économique. À court terme, cela signifie qu’il doit s’engager à opposer son veto au budget du Pentagone jusqu’à ce que le Sénat adopte intact son projet de loi de réconciliation.

Biden devra probablement déployer des tactiques similaires pour le reste de son mandat s’il a l’intention d’adopter d’autres projets de loi sur les dépenses sociales. Cependant, rien n’indique que Biden le fera lui-même, il incombe donc aux progressistes de lui présenter ce cas, publiquement et sans relâche.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici