Arrêtez l’exploitation minière en haute mer avant qu’elle n’arrive

0
180

Alors même que l’océan se débat sous les assauts de la pêche industrielle, du réchauffement des océans, de la pollution et de l’acidification, les entreprises poussent à l’exploiter d’une manière nouvelle et dangereuse.

L’exploitation minière en haute mer comprend des projets d’extraction de nodules polymétalliques du fond marin. L’exploitation commerciale pourrait commencer dès 2024. Cela impliquerait des machines de la taille d’une maison extrayant sans distinction le contenu du fond marin, envoyant le matériau à un navire à la surface, le traitant, puis rejetant une boue d’eaux usées dans l’océan.

Certaines entreprises ont déclaré que les sédiments seront renvoyés à une profondeur inférieure à 1200 m. C’est ce qu’on appelle la zone bathypélagique – et certains animaux qui y vivent comprennent des vipères, des baudroies, des requins à volants, des anguilles et des calmars. Les panaches de sédiments, comme ceux créés par l’exploitation minière des fonds marins, sont connus pour être mortels pour les poissons, car les particules endommagent leur capacité à respirer.

Les machines minières apportent du bruit et de la lumière, perturbant la vie dans un environnement normalement calme et sombre. En se déplaçant, les machines remuent les sédiments, enterrant et étouffant les organismes.

Malgré les affirmations des entreprises, il ne s’agit pas d’une forme « douce » d’exploitation minière, et les fonds marins ne sont pas un « vaste désert marin », mais abritent une diversité d’espèces dont l’existence pourrait bientôt être menacée.

L’extinction des espèces est considérée comme un “résultat probable” de l’exploitation minière en eaux profondes.

Les formations rocheuses appelées nodules polymétalliques sont recherchées car elles contiennent des métaux comme le nickel, le cuivre, le cobalt et le manganèse, utilisés dans les batteries des véhicules électriques. Pour cette raison, l’exploitation minière des fonds marins a été présentée comme un service à la planète. Pourtant, les mêmes entreprises qui prétendent se soucier de la durabilité font pression pour accélérer les réglementations, pour commencer à exploiter un biome fragile, risquant l’effondrement de l’écosystème.

Les nodules polymétalliques jouent un rôle clé dans l’environnement marin profond. Ils régulent la teneur en éléments nutritifs et le pH des eaux environnantes. Ils sont l’habitat et le lieu de reproduction de nombreuses espèces et abritent des communautés complexes de microbes qui aident à séquestrer le carbone.

La mer profonde est le plus grand puits de carbone actif de la planète, et l’exploitation minière peut endommager de manière permanente sa capacité à séquestrer le carbone, aggravant ainsi le changement climatique.

Il n’est ni vert, ni éthique de risquer le plus grand puits de carbone de la Terre ou de condamner des régions entières de l’océan comme zones sacrifiées.

C’est un moment clé pour agir – l’exploitation minière en eaux profondes n’a pas encore commencé, et nous avons la possibilité de l’arrêter avant qu’elle ne se produise.

Voici quelques façons d’agir maintenant.

Signez ces pétitions :

https://www.pacificblueline.org/pacific-blue-line-statement

https://www.change.org/p/canada-support-a-moratorium-and-stop-deep-sea-mining-now

https://www.change.org/p/international-seabed-authority-stop-deep-sea-mining

Joignez-vous à la manifestation contre l’exploitation minière en haute mer à Vancouver le 8 juin 2022 :

https://www.facebook.com/events/1055519198711190/?ref=newsfeed

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/27/stop-deep-sea-mining-before-it-happens/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire