Au moins 50 morts dans une attaque rebelle au Burkina Faso : Gouvernement | Nouvelles sur les conflits

0
42

Depuis 2015, le Burkina Faso est en proie à un conflit qui a fait plus de 2 000 morts.

Au moins 50 personnes sont mortes dans une attaque par des hommes armés contre un village du nord du Burkina Faso, a déclaré un porte-parole du gouvernement.

Les assaillants ont frappé dans la nuit de samedi à dimanche dans la commune de Seytenga, qui fait partie de la province de Seno, située dans les régions frontalières où des combattants liés à al-Qaïda et à l’EIIL (EIIL) sont impliqués dans un soulèvement armé.

“L’armée a jusqu’à présent retrouvé 50 corps” après l’attaque du village de Seytenga dans la nuit de samedi, a déclaré lundi le porte-parole Lionel Bilgo, ajoutant que le bilan “pourrait s’alourdir”.

Il y avait des comptes rendus différents du nombre de morts. Un responsable de la sécurité a déclaré lundi à l’agence de presse Reuters qu’au moins 100 personnes étaient mortes, tandis qu’une source locale qui n’a pas souhaité être nommée a déclaré à l’agence qu’environ 165 personnes avaient été tuées.

L’ONU a condamné l’attaque, qui, selon elle, a “fait de nombreuses victimes”, et a appelé les autorités à traduire les auteurs en justice.

L’Union européenne a également condamné l’incident, appelant à “faire la lumière sur les circonstances de ce meurtre”.

“La méthode utilisée par le groupe terroriste qui a perpétré l’attaque, à savoir l’exécution systématique de toute personne rencontrée dans le village, est épouvantable”, a déclaré lundi le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, dans un communiqué.

Seytenga a été le théâtre de combats sanglants la semaine dernière entre les rebelles et les forces gouvernementales.

Onze policiers ont été tués jeudi, déclenchant une opération militaire qui, selon l’armée, a entraîné la mort d’environ 40 combattants rebelles.

« L’effusion de sang a été causée par des représailles aux actions de l’armée », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Bilgo.

“Le pays a été touché mais l’armée fait son travail.”

Les organisations humanitaires de la région ont déclaré qu’environ 3 000 personnes étaient hébergées dans les villes voisines après avoir fui le village.

L’attaque est l’une des plus sanglantes depuis un coup d’État militaire en janvier, lorsque des colonels de l’armée nationale – irrités par l’incapacité des responsables à vaincre les groupes armés – ont renversé le président élu du pays, Roch Marc Christian Kaboré.

Le nouvel homme fort du pays, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, a immédiatement juré de faire de la sécurité sa principale priorité.

Après une relative accalmie dans les combats après le coup d’État, les attaques ont repris, faisant des centaines de victimes civiles et militaires au cours des trois derniers mois. Les attaques se sont concentrées dans le nord et l’est du pays.

L’État enclavé du Sahel est en proie à un soulèvement armé vieux de sept ans qui a fait plus de 2 000 morts et forcé quelque 1,9 million de personnes à fuir leur foyer au Burkina Faso depuis 2015.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/13/at-least-50-killed-in-burkina-faso-rebel-attack-government

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire