Bait-and-Switch dans le Bitterroot – CounterPunch.org

0
156

Pont de journal. Photo : Jeffrey St. Clair.

Tom Partin, de l’American Forest Resource Council, a laissé le chat sortir du sac dans son éditorial du 05/06/22 dans le journal Missoulian. Comme l’a dit Will Rogers, “il est plus facile de sortir le chat du sac que de le remettre dedans”.

Partin dévoile le classique appât et switch. Il commence par la menace d’incendie, puis poursuit en disant que le projet Bitterroot Front est nécessaire pour mener une récolte commerciale de bois sur plus de 55 000 acres et « aidera grandement à soutenir l’infrastructure de broyage existante. Sans la matière première vendue par le Service forestier… l’industrie ne serait pas en mesure de faire fonctionner ses usines à pleine capacité.

Les partisans de l’exploitation forestière commerciale aiment dire que toutes nos forêts sont envahies par la végétation. Cependant, la condition de base historique dans les montagnes Bitterroot a été documentée dans les journaux de l’expédition Lewis & Clark il y a plus de 200 ans avant que toute colonie européenne n’ait eu lieu.

En traversant les Bitterroots, ils se sont plaints de la forêt de poils de chien qui empêchait la récolte des cerfs et des wapitis et ils ont failli mourir de faim. Une anomalie ? Une équipe de scientifiques a conclu que les zones de forêt épaisse ont toujours fait partie de l’état normal du paysage (Odion et al. 2014. Examining Historical and Current Mixed-Severity Fire Regimes in Ponderosa Pine and Mixed-Conifer Forests of Western North America).

Le Ranger du district de Stevensville dénigre les opposants à ce gâchis en disant « ils ne veulent pas travailler avec les communautés ». Ou est-ce qu’ils ne sont pas disposés à tromper les communautés en leur faisant croire que l’exploitation forestière commerciale jusqu’à la frontière de Selway-Bitterroot Wilderness augmentera la protection des structures privées ? Ce ne sera pas le cas.

Le Service forestier sélectionne régulièrement la littérature scientifique, ignorant commodément la science qui ne fait pas la promotion de son programme d’exploitation forestière commerciale. La plupart des incendies commencent sur des terres privées, puis se déplacent sur les terres du service forestier (Downing et al. 2022. Human Ignitions on Private Lands Drive USFS Cross-boundary Transmission and Community Impacts in the Western US).

L’incendie le plus meurtrier et le plus destructeur de ces dernières années à Paradise, en Californie, était un incendie urbain déclenché par les lignes électriques de PG&E. Les maisons incendiées étaient le combustible du sous-étage et étaient entourées d’arbres non brûlés et l’incendie destructeur de Denton, dans le Montana, était un feu d’herbe. La commission du comté de Missoula explique bien cette situation dans sa lettre à la forêt nationale de Lolo (Missoula Current 6/10/22).

Les scientifiques du Forest Service Fire Lab, y compris le Dr Jack Cohen, spécialiste des incendies à la retraite, ont montré pendant des années que l’amincissement au-delà de la zone d’allumage domestique (HIZ), ou à environ 100 pieds des structures, n’est pas efficace pour protéger les structures. Comme le Bitterroot, la forêt nationale de Lolo déclare que l’interface Wildland-Urban s’étend sur des kilomètres des structures les plus proches dans les zones non urbaines. Ils protègent même des structures isolées uniques à une distance de deux milles et demi pour ouvrir davantage de zones à l’exploitation forestière commerciale.

L’éclaircie et le brûlage contrôlé à une certaine distance adjacente aux communautés et aux infrastructures essentielles sont raisonnables, mais le Service forestier a déformé la science pour l’adapter à ses propres objectifs. Ils ne veulent pas que les plans de vente commerciale de bois augmentent ou diminuent selon leurs propres mérites, alors ils utilisent une excuse pour contourner les lois sur la protection de l’environnement et de la faune.

L’appât et l’interrupteur des agents de ligne du Service forestier sont inacceptables. C’est le chat qui a été sorti du sac de l’industrie du bois. Si l’objectif est la récolte commerciale de bois à l’ancienne, alors ayez l’intégrité de le dire.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/15/bait-and-switch-in-the-bitterroot-2/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire