Banque de gènes pour préserver notre avenir

0
246

À un peu plus de 1 000 kilomètres du pôle nord, à 130 mètres au-dessus du niveau de la mer et à 120 mètres à l’intérieur d’une montagne calcaire se trouve le Svalbard Global Seed Vault. Ouverte pour la première fois en 2008 près de la ville de Longyearbyen, l’installation abrite plus d’un million de variétés de semences distinctes à environ moins 18 degrés Celsius – une police d’assurance à long terme destinée à préserver le patrimoine agricole mondial dans le futur.

Les graines stockées à Svalbard viennent du monde entier, avec des boîtes de Russie partageant un espace de stockage avec celles envoyées des États-Unis, de Chine et d’Ukraine, démontrant comment la science peut élever le progrès humain au-dessus des conflits ou des désaccords politiques.

Stocker des informations génétiques pour soutenir le progrès scientifique

Alors que le Global Seed Vault de Svalbard est peut-être le plus célèbre de son type, en partie à cause de son surnom de «Doomsday Vault», presque tous les pays de la planète exploitent une banque de gènes nationale quelconque. De l’Australie au Zimbabwe, du Koweït à la Corée du Sud, il est plus facile de trouver un pays qui n’exploite pas une banque de gènes qu’un autre.

L’International Nucleotide Sequence Database Collaboration (INSDC) est un partenariat de longue date qui centralise l’accès à l’ADN et à l’ARN humains collectés par la Banque de données ADN du Japon (DDBJ), l’Institut européen de bioinformatique (EMBL-EBI) au Royaume-Uni et le Centre national. for Biotechnology Information (NCBI) aux États-Unis. En offrant aux scientifiques un accès numérique sécurisé à certaines des plus grandes ressources d’ADN et d’ARN au monde, l’INSDC soutient tout, de la recherche en génomique au développement de médicaments et de traitements spécialisés.

L’initiative de l’UE 1+ million de génomes offre un exemple du type d’impact que le partage sécurisé d’informations génétiques humaines peut avoir. Réunissant les 22 nations de l’UE ainsi que le Royaume-Uni et la Norvège, l’initiative vise à rendre accessible au moins 1 million de génomes séquencés d’ici 2022. La catégorisation de ces informations créera une ressource de recherche révolutionnaire, qui pourrait conduire au développement de médicaments et thérapies personnalisés ciblés, tout en renforçant la prévention et en utilisant mieux les ressources médicales rares.

La China National GeneBank (CNGB), située à Shenzen et gérée par BGI Group, remplit bon nombre des mêmes fonctions que le Global Seed Vault et l’INSDC. Organisation à but non lucratif créée pour favoriser la R&D internationale en génomique, le CNGB permet aux scientifiques du monde entier d’étudier le matériel génétique végétal, animal et humain dans un cadre sécurisé.

La science génomique qui se déroule à Shenzen et ailleurs bénéficiera également probablement des progrès rapides réalisés dans l’informatique quantique, qui promet de révolutionner l’informatique en produisant des machines capables d’effectuer certains calculs beaucoup plus rapidement que les ordinateurs classiques. En octobre 2021, une équipe de recherche chinoise dirigée par Pan Jianwei de l’Université des sciences et technologies de Chine (USTC), a affirmé avoir développé un ordinateur quantique programmable plus d’un million de fois plus puissant que son concurrent le plus proche, le Sycamore de Google.

Pourquoi collaborer sur les banques de gènes est plus important que jamais

L’accélération du changement climatique pose des défis de taille à notre monde intégré et globalisé. Les régions de la planète qui sont actuellement propices à l’agriculture pourraient connaître un réchauffement rapide et même une désertification dans les années à venir, entraînant des conflits et une instabilité politique si des solutions telles que les banques de gènes et la recherche génomique associée ne sont trouvées. Malheureusement, vous n’avez pas besoin de chercher bien loin pour trouver des exemples modernes de ce processus en action. Il a été émis l’hypothèse qu’une grave sécheresse qui a eu lieu en Syrie entre 2007 et 2010, associée à des pratiques agricoles non durables et à une dépendance excessive à un nombre limité d’espèces cultivées, a contribué à l’émergence de la guerre civile syrienne.

Les banques de gènes et la recherche génomique connectée nous permettent de préserver des échantillons de cultivars existants, soutenant des informations qui pourraient nous aider à protéger les sources de nourriture et à fournir des cultures alternatives si les conditions climatiques changent, atténuant les facteurs qui ont conduit à l’instabilité actuelle en Syrie.

En effet, en utilisant la technologie de séquençage de BGI, des équipes de recherche internationales ont entrepris des études approfondies du génome du pois chiche afin de concevoir des stratégies de sélection plus efficaces pour une gamme de cultures. On espère que si ces stratégies sont mises en œuvre, la faim dans le monde pourra être éradiquée « d’ici 2030 », selon l’étude publiée dans Nature.

En outre, des organisations telles que Global Seed Vault, INSDC et China’s National GeneBank servent à coordonner la coopération scientifique internationale, permettant tout, de la préservation des espèces vulnérables au développement de nouveaux traitements médicaux et au-delà.

La voie à suivre est simple. L’élargissement sécurisé de l’accès à l’information génétique via des ressources telles que les banques de gènes a le potentiel d’influencer considérablement et positivement le rythme du progrès humain dans le futur. Indépendamment de cela, la coopération scientifique internationale contribue à rapprocher les communautés tout en nous encourageant à penser comme une espèce autrefois – un concept essentiel si nous voulons relever et surmonter les défis du 21st siècle.

Les obstacles auxquels nous sommes confrontés, qu’ils soient liés au climat ou à la santé publique, nous concernent tous. C’est la réalité de la vie dans un monde globalisé et interconnecté. Le Global Seed Vault du Svalbard est un parfait exemple de la façon dont l’étude scientifique peut nous unir dans une cause commune, mais il ne doit pas être l’exception à la règle.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire