Battez-vous pour la planète : rejoignez la manifestation nationale étudiante

0
261

Nous sommes en proie à une crise climatique. L’année dernière, des vagues de chaleur record ont traversé l’Europe, une sécheresse en Chine qui a presque asséché le fleuve Yangtze et des inondations au Pakistan qui ont tué 1 200 personnes. Il n’a jamais été aussi clair que nous devons fermer toute l’industrie des combustibles fossiles. C’est pourquoi nous organisons une journée nationale d’action pour le climat.

Le 17 mars, des étudiants de toute l’Australie se rassembleront pour exiger l’interdiction de nouveaux projets de combustibles fossiles, l’abrogation des lois anti-manifestations et des taxes sur les riches pour financer une transition vers les énergies renouvelables. Le rassemblement a été convoqué par l’Union nationale des étudiants, le principal organe politique représentant les étudiants universitaires en Australie.

Les raisons de se battre ne manquent pas. Au cours des dernières années, des villes ont été incinérées par des incendies de forêt et anéanties par des inondations. Un décès sur trois par canicule est attribuable à l’impact du changement climatique. Des millions de personnes pourraient devenir des réfugiés climatiques à mesure que leur pays d’origine deviendrait inhabitable. Des îles entières sont menacées par la montée du niveau de la mer.

Les gouvernements insistent sur le fait que nous n’avons pas besoin de nous battre parce qu’ils progressent. Ils pointent la croissance des investissements dans les énergies renouvelables comme preuve d’une « transition verte », ou encore les objectifs de réduction d’émissions qu’ils se sont fixés. Mais la réalité est que les investissements dans les combustibles fossiles et les émissions de carbone continuent de croître, et les objectifs climatiques ne valent pas le papier sur lequel ils sont imprimés.

En Australie, le gouvernement travailliste fédéral a été élu en promettant une action climatique. Vous vous attendriez à ce que, au minimum, cela interdise tous les nouveaux projets de combustibles fossiles. Ce serait insuffisant parce que nous devons les fermer, mais ce serait un début. Au lieu de cela, il y a plus de 100 nouveaux projets dans le pipeline. Aucun nombre de « cibles » ou de déclarations d’inquiétude ne peut changer ce fait fondamental : le travail empire les choses.

Dans le même temps, le parti travailliste est soucieux de donner l’apparence d’une action climatique. L’année dernière, il a légiféré un objectif de réduction des émissions de 43 % – un objectif qui est inapplicable parce que tout ce que la législation exige, c’est que le gouvernement produise un rapport annuel.

Cette année, le parti travailliste a annoncé des changements au mécanisme de sauvegarde climatique australien. Au premier abord, ceux-ci semblent plus substantiels : ils exigent que les gros pollueurs réduisent leurs émissions nettes de 5 % chaque année jusqu’en 2030. Cependant, les entreprises peuvent réduire leurs propres « émissions nettes » en achetant des crédits carbone, afin qu’elles puissent répondre aux exigences même si leurs émissions réelles la production de carbone augmente. Le ministre du Changement climatique et de l’Énergie, Chris Bowen, affirme que les changements sont « pro-climat, pro-industrie, pro-compétitivité ». Mais ils ne font pas grand-chose pour arrêter de polluer les entreprises. La priorité des travaillistes est le capitalisme australien, pas la planète dont nous dépendons.

Il devrait y avoir une réaction contre le vandalisme climatique des travaillistes. Au lieu de cela, il obtient un laissez-passer gratuit, en grande partie grâce au soutien des médias libéraux. Les Verts ont au moins critiqué les travaillistes, mais leur opposition est limitée.

Comme Katharine Murphy et Adam Morton, écrivant dans le Gardiennotait le 15 février : « Au lieu de chercher à limiter le nombre de crédits carbone que les entreprises peuvent utiliser… la salle des fêtes des Verts a décidé mardi de se concentrer sur l’interdiction du nouveau charbon et du gaz ».

Les Verts soulignent qu’ils « veulent travailler avec le gouvernement », plutôt que de le combattre.

Si nous voulons avoir le moindre espoir de sauver la planète, nous devons créer une opposition publique au gouvernement travailliste. Et cela signifie que nous devons protester, ne pas nous laisser bercer par la complaisance en espérant que les politiciens régleront le problème.

Les grèves étudiantes de 2019 ont fait basculer le débat mondial sur le climat. Ils ont donné à des millions de personnes dans le monde un avant-goût de notre pouvoir collectif. Le fait qu’il n’y ait pas eu de manifestations comme celle-là depuis des années est l’une des principales raisons pour lesquelles les travaillistes se sentent confiants de détruire la planète.

Nous ne pouvons pas souhaiter l’existence d’un mouvement de masse. Les réseaux militants et la culture qui existaient autrefois se sont atrophiés parce qu’ils ont cessé d’organiser des manifestations. Les dirigeants de groupes tels que School Strike 4 Climate et l’Union nationale des étudiants ont placé tous leurs espoirs dans le Parti travailliste plutôt que de mobiliser leurs partisans. Il en va de même pour les ONG climatiques telles que l’Australian Conservation Foundation.

Mais ce que nous pouvons faire, c’est lutter, même lorsque nous sommes moins nombreux, pour être une voix d’opposition. Nous pouvons briser le faux sentiment que “les adultes s’arrangent” et tirer la sonnette d’alarme.

C’est toujours ainsi que se construisent les mouvements de masse. Les rassemblements de masse pour l’égalité du mariage en 2017 ne sont pas venus de nulle part. Ils ont commencé comme des manifestations de dizaines ou de centaines de socialistes et de leurs partisans plus d’une décennie plus tôt. Le mouvement Black Lives Matter en 2020, le plus grand soulèvement de l’histoire des États-Unis, a commencé des années auparavant en s’organisant dans les communautés noires contre le meurtre par la police. C’est pourquoi nous devons faire descendre tout le monde dans la rue pour protester.

Les étudiants peuvent jouer un rôle essentiel à cet égard. L’année dernière, des étudiants iraniens ont mené un soulèvement national contre la dictature pour les droits des femmes et des minorités. En Australie, dans les années 1960, les étudiants étaient un élément clé du mouvement contre la guerre du Vietnam, créant des stations de radio radicales, cachant des insoumis dans leurs bâtiments syndicaux et marchant par milliers aux côtés des travailleurs. Les étudiants de gauche ont défié l’idéologie conservatrice de la guerre froide en s’impliquant dans la lutte pour les droits des Autochtones. Les minorités radicales d’étudiants ont longtemps été la clé pour remettre en question le statu quo et hisser la bannière du changement social et économique.

C’est ce dont nous avons besoin en ce moment. Toute personne en colère contre la destruction de la planète doit se joindre à la Journée nationale d’action du 17 mars. Mais ne vous contentez pas de venir, impliquez-vous avec Socialist Alternative et construisez le rassemblement en l’affichant, en le dépliant et en l’annonçant dans vos classes. Nous avons besoin de plus d’activistes si nous voulons avoir un peu d’espoir dans l’avenir. Et pas seulement des militants – nous avons besoin de socialistes, de personnes qui n’ont pas peur d’être controversées, de perturber le statu quo, de se battre pour un monde meilleur même si cela semble lointain.

L’alternative est d’être «réaliste» – d’accepter que les entreprises doivent être apaisées, que le parti travailliste est ce que nous pouvons espérer de mieux. Si vous trouvez que vous ne pouvez pas accepter cela, rejoignez-nous le 17 mars.

———-

La Journée nationale d’action aura lieu le 17 mars (3 mars à Sydney). Suivez l’événement Facebook pour les détails dans votre ville.

National: fb.me/e/2s35gusfu

Adélaïde : 18h, Parlement fb.me/e/3iBklkSiX

Brisbane : 18h, King George Square fb.me/e/3TRLFbMho

Canberra : 13h, Kambri à l’ANU fb.me/e/3aTqtmxX4

Melbourne : 14 h 00, Bibliothèque d’État de Victoria fb.me/e/3heprR8hL

Perth : fb.me/e/2Ax3CVP5l

Sydney (3 mars) : 11h, Université de Sydney fb.me/e/3ekIc6lDE

Wollongong : 12h30, Université de Wollongong fb.me/e/2b0ljG7Gm

Source: https://redflag.org.au/article/fight-planet-join-national-student-protest

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire