Berlin clarifie sa position sur l’interdiction des drapeaux russes et ukrainiens — RT World News

0
55

La commémoration de la victoire sur les nazis ne devrait pas être liée à l’action militaire en cours en Ukraine, selon les autorités de Berlin

Les affichages publics de drapeaux russes et ukrainiens seront interdits sur 15 sites commémoratifs à Berlin, dont l’emblématique mémorial soviétique de la Seconde Guerre mondiale dans le parc de Treptower, lors des célébrations du Jour de la Victoire les 8 et 9 mai, a annoncé vendredi le ministère de l’Intérieur de la ville. Cette décision a suscité la controverse après que certains médias et politiciens allemands, ainsi que l’ambassadeur d’Ukraine à Berlin, ont jugé la décision “scandaleux.”

L’idée derrière l’interdiction était que “La commémoration de la libération de l’Allemagne du national-socialisme les 8 et 9 mai 1945 doit être clairement séparée de la situation en mai 2022”, Le ministère de l’Intérieur de Berlin a déclaré samedi, faisant référence à l’action militaire russe en cours en Ukraine.

Il est important de « empêcher toute confrontation » sur les sites commémoratifs commémorant à la fois “Russe et Ukrainien” soldats morts en combattant les nazis, a-t-il ajouté, selon les médias allemands. Cette décision a été initialement annoncée par la police de Berlin et a déclenché un tollé de la part des politiciens et des médias.




Le tabloïd allemand Bild a publié samedi un article affirmant que “Berlin interdit les drapeaux ukrainiens lors de la commémoration de la fin de la Seconde Guerre mondiale.” Le déménagement a également été brutal critiqué par l’envoyé ukrainien à Berlin, Andrey Melnik, qui a appelé la décision “scandaleux” et a exhorté le maire de Berlin, Franziska Giffey, à l’annuler.

Le diplomate au franc-parler, qui n’est lui-même pas étranger à la controverse, a dénoncé la décision comme “Une gifle au visage” de l’Ukraine et de son peuple. Melnik a immédiatement reçu le soutien de certains cercles politiques allemands. Kai Wegner, le chef du bureau du parti CDU de l’ancienne chancelière Angela Merkel à Berlin, a également appelé sur Giffey pour la renverser décision “douloureusement erronée” et a fait valoir que “le drapeau ukrainien représente la lutte pour la liberté”.

Un député local, Tobias Bauschke, a également déclaré que le “les couleurs de l’Ukraine sont les couleurs de la liberté” et accusé les autorités berlinoises de trahir “toutes nos valeurs” en interdisant le drapeau ukrainien. Aucun responsable ou média allemand ne s’est opposé publiquement à l’idée d’interdire le drapeau russe.

Suite au tollé, la police de Berlin clarifié les règles relatives aux célébrations du Jour de la Victoire, disant que les affichages publics du drapeau ukrainien sont “généralement autorisé” dans la ville les 8 et 9 mai. Son exposition ne sera toujours limitée qu’aux sites commémoratifs spécifiques.


Le musée germano-russe de la Seconde Guerre mondiale change de nom

Les restrictions ne s’appliqueront pas aux diplomates et “d’autres personnes privilégiées, y compris les invités invités à la commémoration [ceremonies organized] par les ambassades » la police a mentionnéajoutant que “ces groupes de personnes” serait en mesure de porter les drapeaux ukrainiens sur n’importe quel site commémoratif.

Selon les médias, les autorités berlinoises ont également imposé des restrictions supplémentaires sur ce qu’elles ont décrit comme “événements pro-russes” devait se tenir dans la ville les 8 et 9 mai. Non “approbation publique” de ce que Berlin appelle “une guerre d’agression contre l’Ukraine” serait autorisé n’importe où dans la ville, ont-ils dit.

Pas d’uniformes militaires stylisés ou même “parties de l’uniforme” seraient autorisés sur les sites commémoratifs, a déclaré la police, interdisant tout “chansons de marche ou militaires” là aussi. Le symbole “Z” associé en Russie au soutien de l’action militaire en Ukraine serait également interdit, ont ajouté les responsables de l’application des lois.

Le développement intervient alors que le musée germano-russe de Berlin-Karlshorst, dédié aux relations germano-soviétiques et parrainé conjointement par l’Allemagne, la Russie, l’Ukraine et la Biélorussie, a décidé de supprimer la référence à la Russie dans son nom.

La décision a été prise pour protester contre les actions de la Russie en Ukraine, a déclaré son directeur, Jorg Morre, aux médias allemands plus tôt cette semaine. Le musée est installé dans le bâtiment où les forces d’Hitler ont signé la reddition inconditionnelle de l’Allemagne dans la nuit du 8 au 9 mai 1945, mettant fin à la guerre en Europe.



La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire